Vous êtes ici : Accueil > Actualité > Mutilations génitales : l’actualité du mois de mai 2014

Mutilations génitales : l’actualité du mois de mai 2014

Droit au Corps vous propose chaque mois un retour sur l’actualité concernant les mutilations génitales imposées, que celles-ci soient féminines (excision) ou masculines (circoncision). Voici ce qu’il fallait retenir en mai.

Pour suivre l’actualité en continu, suivez-nous sur TwitterFacebook et Google+ !

Sommaire :

  1. Journée Mondiale pour l’Autonomie Génitale
  2. Actualité concernant la circoncision
  3. Actualité concernant l’excision

Journée Mondiale pour l’Autonomie Génitale

Mercredi 7 mai, c’était la deuxième édition de la Journée Mondiale pour l’Autonomie Génitale. L’origine de cet événement ? Deux ans auparavant, le tribunal de grande instance de Cologne (Allemagne) avait estimé que la circoncision d’un enfant pour motifs religieux représentait une blessure corporelle et que le droit d’un enfant à son intégrité physique primait sur le droit des parents.

Mais sous la pression des instances religieuses, le Bundestag (assemblée parlementaire) avait adopté quelques mois plus tard une loi autorisant la circoncision d’enfants de sexe masculin, quel qu’en soit le motif (plus d’informations ici).

Quoi qu’il en soit, des manifestations ont désormais  lieu chaque année dans différentes villes pour célébrer le jugement historique du tribunal de Cologne.

Cette année, la Journée Mondiale pour l’Autonomie Génitale a reçu le soutien de 25 organisations issues de 7 pays de trois continents (sociétés médicales, associations de défense des droits humains).

Journée Mondiale pour l'Autonomie Génitale

Logo officiel de la Journée Mondiale pour l’Autonomie Génitale

En Allemagne

Les associations MOGiS et Pro Familia ont organisé à Cologne un symposium le 6 mai et une manifestation le lendemain. Un représentant de Droit au Corps était sur place en la personne de Guy Sinden.

Le symposium du 6 mai a fait salle comble avec près de 100 visiteurs. Y étaient invités des experts du milieu scientifique, de toutes disciplines confondues : psychiatrie et psychologie, droit, urologie, chirurgie, pédiatrie et sciences sociales. Ce symposium a démontré une fois de plus que les opposants à la circoncision non thérapeutique des enfants sont présents dans toutes les disciplines et groupes culturels (des intervenants juifs et musulmans étaient présents).

Il est à noter que la visite de la Maire de Cologne fut annulée, sans remplacement ni lecture de son discours de bienvenue. Les partisans de la circoncision, pourtant invités, n’ont pas tenu à donner suite.

La manifestation du 7 mai a également été un succès avec plusieurs dizaines de participants et de nombreux intervenants de qualité.

Intactivistes allemands à Cologne (2014)

Photo de groupe devant le tribunal de Cologne

Le Français Mohamed Louizi, ancien président de l’association des Etudiants Musulmans de France (EMF-Lille), a tenu un discours qu’il a ensuite publié sur son blog et dont voici la vidéo :

Toutes les autres vidéos sont disponibles sur le site officiel.

Notons aussi la présence de Jérôme Segal, dont nous avons publié l’excellente tribune le mois dernier :

Jérôme Segal manifeste contre la circoncision forcée (Cologne 2014)

À lire sur le blog de Jérôme Segal : Bilan de la campagne contre la circoncision forcée

D’autres photos sont disponibles sur la page Facebook de l’association Intaktiv.

Au Canada

À Vancouver, des intactivistes locaux ainsi que l’organisation CAN-FAP ont célébré la journée en organisant une manifestation.

Des intactivistes manifestent à Vancouver

Voici une vidéo de l’événement dans laquelle Glen Callender, le fondateur de CAN-FAP, est interviewé :

Le reste des photos est disponible sur le compte Facebook de James Loewen.

En Angleterre

Les intactivistes du groupe Men Do Complain ont également manifesté à Londres, en déployant notamment une banderole sur laquelle on pouvait lire « Stop the chop ».

Manifestation de Men Do Complain

Accéder à la vidéo

Et en France ?

Droit au Corps a pour objectif de célébrer cette Journée Mondiale pour l’Autonomie Génitale en organisant sa propre manifestation à Paris l’année prochaine. Rendez-vous en 2015 !

Actualité concernant la circoncision / les MGM

En Europe

Danemark : un bébé a été grièvement blessé lors d’une circoncision dans une clinique privée de Copenhague et est actuellement dans le coma (BT.dk) ; un homme victime de la circoncision nous explique pourquoi le Danemark doit avoir le courage de ses convictions et interdire la pratique sur les mineurs (The Copenhagen Post) ; Rappelons que le Danemark est l’un des pays les plus proches de l’interdiction de la circoncision non thérapeutique imposée aux enfants.

Suisse : une femme a déposé plainte contre son conjoint après que celui-ci a fait circoncire leur fils durant les vacances d’été (Tribune de Genève).

En Amérique du Nord

États-Unis : Un homme qui voulait faire circoncire son nouveau-né explique pourquoi il a changé d’avis (The Good Men Project) ; Témoignage similaire d’un jeune papa qui a laissé son fils intact après s’être renseigné sur la pratique, à lire sur le Huffington Post ; Superman est-il circoncis ? Voici la réponse.

Elle se bat pour que son fils reste intact

Un juge de Floride a récemment ordonné qu’un petit garçon de trois ans soit circoncis sur la demande du père et contre la volonté de la mère ; un appel immédiat a entraîné la suspension de cette décision et une action en justice est attendue (New Times Broward-Palm Beach).

De nombreux médias ont relayé l’affaire, comme le Daily Mail, Haaretz, Russia Today ou encore Inquisitr.

Liens sympathisants :

Une manifestation a eu lieu devant le tribunal ayant rendu la décision.

Manifestation intactiviste pour le petit Chase

Intaction passe la vitesse supérieure

L’organisation Intaction a fait sensation en dévoilant son unité éducative mobile, un camion recouvert de photos d’hommes victimes de la circoncision avec écrit en grosses lettres : « Circumcision, I did not consent » (« Circoncision, je n’étais pas d’accord »).

Intaction dénonce la circoncision imposée

Visiter Intaction.orgSoutenir Intaction sur Facebook

Le camion a circulé dans les rues de New-York et d’autres villes sont prévues. L’idée est de stationner notamment devant les hôpitaux, les campus universitaires et différents événements publics afin de sensibiliser et informer le public sur les conséquences de la circoncision imposée.

Le site Vice.com a consacré un article à cette opération, article qui a été très lu et partagé, à tel point qu’une version française a vu le jour.

Canada : Glen Callender, fondateur du site CAN-FAP, lance une nouvelle campagne  pro-prépuce intitulée Foregasm, dont le but est de sensibiliser sur l’utilité du prépuce dans la sexualité. Tout est expliqué sur Intact News ;

Le 12 mai, des intactivistes du groupe Toronto Circumcision Resources ont manifesté à Toronto contre un médecin pratiquant des circoncisions rituelles, notamment avec metzitzah b’peh, pratique qui consiste à poser sa bouche sur le pénis tout juste circoncis et d’aspirer le sang afin de « nettoyer » la plaie. Voici le communiqué de presse ainsi que les photos de l’événement.

En Afrique

Algérie : comme chaque année, des circoncisions collectives d’enfants sont organisées pour venir en aide aux parents n’ayant pas les moyens de payer l’opération (La Dépêche de Kabylie) ;

Maroc : même chose dans ce pays, avec la « circoncision bénévole » d’environ 400 enfants la semaine dernière (Aujourd’hui le Maroc) ;

Ces circoncisions collectives sont co-organisées par le Croissant-Rouge, ce qui est particulièrement choquant. En effet, le mouvement indique dans ses principes fondateurs qu’il « s’efforce de prévenir et d’alléger en toutes circonstances les souffrances des hommes. Il tend à protéger la vie et la santé ainsi qu’à faire respecter la personne humaine. »

Ce mouvement devrait donc œuvrer pour le droit à l’intégrité physique des enfants et se prononcer contre la circoncision qui leur est imposée.

Afrique du Sud : les chefs traditionnels veulent s’assurer que la « saison de circoncision traditionnelle » de cette année ne conduise pas à de nombreux décès comme ce fut le cas l’année dernière (The New Age) ;

Swaziland : l’USAID prévoit de dépenser 24,5 millions de dollars pour circoncire entre 150 000 et 200 000 garçons et hommes swazilandais d’ici à 2018, et ce afin de lutter contre le VIH/sida (CNSNews.com) ; comme le rappelle Circ Watch, une enquête démographique datée de 2006/2007 indiquait que les hommes circoncis étaient plus touchés par l’infection au VIH (22 %) que les hommes intacts (20 %) !…

Kenya : une récente enquête (Kenya Aids Indicator Survey 2013) n’a pas pu montrer que la circoncision permettait de réduire le taux d’infection au VIH. Au contraire, un pic de prévalence a été identifié dans des zones où le programme de circoncision est le plus intense (Standard Digital) ;

Zimbabwe : la campagne de circoncision est source de débat, notamment lorsque ce sont les enfants qui sont visés (Daily News Zimbabwe).

En Asie

Aux Philippines, la circoncision est très répandue chez les jeunes garçons ; un article de PhilStar.com en explique les raisons.

Il s’agit de la « saison » où les circoncisions sont pratiquées, l’événement est appelé « Operation Tuli« .

Le site gouvernemental Philippine Information Agency publie des articles (comme celui-ci) qui relatent les opérations de circoncision de masse.

Actualité concernant l’excision / les MGF

En Europe

France : retour sur la polémique du « point du mari » avec cet article de Libération.

Entretien avec Aminata Traoré, auteure du livre Le couteau brûlant, à lire sur Excision, parlons-en.

Le 8 avril dernier, la mobilisation Excision, parlons-en ! a tenu une conférence intitulée « Asile et excision : les défis de la protection ». Le compte-rendu des échanges est disponible à cette adresse.

Mercredi 28, l’émission Priorité Santé réalisée par RFI était consacrée à l’excision. Avec comme invités le docteur Pierre Foldès, inventeur dans les années 1990 d’une technique de chirurgie réparatrice de l’excision ; Aminata Traore, auteure du livre Le couteau brûlant ; Abou Amel Camara, coordinateur national de Tostan au Mali. L’émission est disponible à cette adresse.

Belgique : interview de Zahra Ali Cheik, une femme excisée qui travaille au GAMS Belgique, à lire sur Excision, parlons-en.

Royaume-Uni : les professionnels de la santé attirent l’attention des parlementaires sur le fait que des exciseuses viennent dans le pays pour pratiquer des cérémonies durant lesquelles jusqu’à une douzaine de jeunes filles peuvent être mutilées (The Guardian) ;

La police et la douane ont lancé une campagne destinée à intercepter les familles qui se rendraient à l’étranger dans le but d’aller faire mutiler sexuellement leur(s) fille(s) (The Guardian) ; une femme suspecte a ainsi été arrêtée à l’aéroport de Hearhrow, à Londres (BBC News) ;

À Birmingham, un médecin a été privé du droit d’exercer après qu’un tribunal a jugé qu’il avait donné des conseils pour arranger une opération de mutilation génitale féminine (BBC News) ;

Les infirmières ont un rôle important à jouer dans l’éradication des mutilations génitales féminines, mais certaines peuvent avoir peur de faire des signalements par crainte d’être vues comme culturellement insensibles, estime une infirmière de haut rang (Nursing Standard) ;

Par ailleurs, un numéro d’aide spécialement mis en place pour traiter des mutilations génitales féminines a reçu plus de 200 appels en moins d’un an.

En Amérique du Nord

États-Unis : la mobilisation Excision, parlons-en fait le point sur l’excision aux États-Unis, qui est en hausse ;

Jaha Dukureh, une Américaine victime de cette mutilation, mène une campagne pour alerter le pays sur la situation (The Guardian) ; lire également son témoignage ;

Elle a lancé une pétition qui sera adressée au Président des États-Unis et qui a déjà récolté plus de 160 000 signatures à l’heure où nous écrivons ces lignes (accéder à la pétition) ;

D’autres témoignages sont à lire sur le site The Guardian.

En Afrique

Côte d’Ivoire : Les guides religieux et leaders communautaires se sont engagés vendredi 16 mai à Abidjan dans une déclaration signée, à lutter contre les mariages précoces et les mutilations génitales féminines (abidjan.net) ;

Égypte : le premier procès dans le pays pour un cas de mutilation génitale féminine, dont nous vous parlions le mois dernier, a été repoussé à la date du 19 juin (allAfrica) ; à lire également sur cette affaire, l’article de BBC News (avec reportage vidéo) ou encore celui de The Guardian ;

Guinée : L’institut national de recherche et d’actions pédagogiques (INRAP) a servi de cadre du 27 au 29 mai, à un atelier de formation sur les mutilations génitales féminines, organisé par l’ONG plan Guinée en partenariat avec le ministère des actions sociales (Africa Guinée) ;

Irak : 3,8 millions d’Irakiennes sont concernées par l’excision. Le point sur la pratique dans ce pays à lire sur Excision, parlons-en ;

Kenya : la Première dame a appelé la population à arrêter les mutilations génitales féminines (allAfrica) ; ces pratiques sont illégales au Kenya, mais alors pourquoi est-ce qu’elles continuent ? C’est le titre d’un article à lire sur The Star ; Linah Chebii Kilimo, une militante anti-MGF, raconte comment elle a échappé à la pratique (The Star) ;

« Les Masaï, une des plus anciennes tribus africaines, ont changé le destin de 52 fillettes en instaurant un ‘rite de passage alternatif’ – pratiqué sans rituel d’excision – lors d’une cérémonie traditionnelle de deux jours au Kenya. » (EpochTimes) ;

Mali : Equipop et son partenaire malien l’AMSOPT mènent un projet pilote pour l’abandon des mutilations sexuelles féminines dans la région de Kayes. Depuis 2011, 80 des 100 villages du projet se sont déjà engagés sur la voie de l’abandon de l’excision (Equipop) ;

Nigéria : un médecin met en garde les parents contre les mutilations génitales féminines (The Nigerian Observer).

En Asie

Inde : un article de DNA India revient sur A Pinch of Skin, un documentaire de 2012 sur les mutilations génitales féminines en Inde.

Page Facebook du documentaire

En Océanie

Australie : à Sydney, trois personnes vont êtres jugées pour une affaire de mutilations génitales commises sur deux jeunes filles (news.com.au) ;

The Sydney Morning Herald a consacré un long article à la reconstruction chirurgicale du clitoris (lire l’article).

Une information importante nous a échappé ? Merci de nous la signaler dans les commentaires !

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page