Vous êtes ici : Accueil > Actualité > Droit au Corps aux Assises Françaises de Sexologie et de Santé Sexuelle
Droit au Corps aux Assises Françaises de Sexologie et de Santé Sexuelle

Droit au Corps aux Assises Françaises de Sexologie et de Santé Sexuelle

FrançaisEnglish

Du jeudi 15 au dimanche 18 mars 2018 se tenaient à Marseille les 11ème Assises Françaises de Sexologie et de Santé Sexuelle. Droit au Corps était sur place pour y tenir un stand, une première pour l’association.

Deux de nos adhérents, Sophie et Sam, ont ainsi diffusé de l’information auprès des nombreux professionnels (français, belges et suisses) venus à leur rencontre : sexologues, psychologues, urologues, gynécologues, sages-femmes, infirmiers/ières. Ceux-ci ont pu parfaire leurs connaissances sur la santé du pénis, l’anatomie et la physiologie du prépuce, les conséquences de la circoncision ou encore la restauration du prépuce. Beaucoup ont manifesté leur satisfaction de voir ces sujets « enfin » abordés. Félicitations et encouragements ont été largement exprimés.

À l’occasion de cet événement, Droit au Corps avait produit une brochure et un roll-up, tous deux tirés de son argumentaire, ainsi que des cartes de visite. Vous pouvez imprimer la brochure et la diffuser à votre tour en la téléchargeant à cette adresse.

stand droit au corps assises francaises sexologie sante sexuelle marseille 2018

Nous avions également apporté du matériel de restauration du prépuce (un dispositif TLC Tugger), un ManHood, des cartes de visite de notre site ami Phimosis ABC, et une reproduction de prépuce (l’HuFo, pour Human Foreskin : prépuce humain) prêtée par l’association Foregen que nous remercions. Cette pièce a attiré de nombreux visiteurs sur le stand et a suscité un réel engouement.

stand droit au corps circoncision

L’affiche de la campagne Alerte Excision aimablement mise à disposition par l’association Excision, parlons-en ! rappelle que la mission de Droit au Corps est universaliste : « la communauté mondiale ne se doit-elle pas de protéger tous les enfants de manière égale, quel que soit leur genre ? »

affiche alerte excision association excision parlons en

La participation de Droit au Corps à ces Assises s’inscrit dans la perspective 2018 de relayer les bonnes pratiques pour la santé du pénis et fait suite à la présentation assurée par l’association lors des 54èmes journées médicales havraises.

Droit au Corps se félicite de l’information diffusée et des contacts établis lors de cette manifestation, remercie le comité d’organisation des Assises pour sa confiance, ainsi que ceux qui ont rendu possible la présence de notre association par leur bénévolat ou leur don.

Programme des Assises Françaises de Sexologie et de Santé Sexuelle 2018.

*

ENTRETIEN AVEC SOPHIE ET SAM

Avant les assises, aviez-vous des craintes à l’idée de parler publiquement de circoncision ?
Oui bien sûr, c’est un sujet tabou. Cette pratique touche à la fois au médical, à la sexualité, au religieux, à la tradition, à la famille, à la transmission, ce qui le rend très délicat à aborder.

Comment avez-vous préparé votre présence sur le salon ?
Nous nous sommes préparés avec la vision de l’association comme source d’inspiration, afin de rester en toute circonstance bienveillant envers tous les participants. L’objectif n’était pas d’être en opposition mais toujours en écoute dans le respect permanent du monde médical et religieux.

Avez-vous volontairement choisi la présence d’un homme et une femme sur le stand ?
Oui bien sûr, car la sexualité est représentée par des hommes et des femmes à la sensibilité différente. La circoncision concerne l’individu directement impliqué mais également son entourage : mère, compagne, qui ne doit pas être mis à l’écart.

Redoutiez-vous d’être pris à partie ?
C’est une éventualité que nous avions imaginée. Nous avons été au contraire agréablement surpris des échos et retours favorables que suscitait notre présence.

Qu’est-ce qui a le plus intéressé les congressistes qui sont venus vous voir ?
Sans aucun doute l’intérêt et le rôle du prépuce dans la sexualité, tant pour l’homme que pour la femme. Quasiment tous les congressistes ont découvert sur notre stand, grâce à l’HuFo, que le prépuce représentait 50 % de la peau du pénis et entre 50 et 80 % des zones érogènes.

Qui est venu sur le stand ?
Nous avons essentiellement rencontré des sexologues, des psychologues, des gynécologues, des étudiants et des formateurs. Le sujet semblait tellement « surprenant » qu’il a même interpellé les non congressistes : sapeur-pompier, personnel de la sécurité !

Avant de vous rencontrer, les congressistes avaient-ils un a priori sur la circoncision ?
Certains avaient une image positive de la circoncision, mais la très grande majorité avait un a priori négatif et nous avons entendu : « enfin on en parle », « ce n’est pas trop tôt », « on ose enfin en parler comme d’une mutilation », etc.

Qu’est-ce qui vous a le plus surpris ?
Leur surprise de découvrir le rôle et la fonction du prépuce dans la sexualité de l’homme et de la femme. Et aussi que toutes les cartes de visite de Phimosis-abc ont été dévalisées, ce qui en dit long sur les besoins de formation en matière de santé du pénis. Quant à l’âge du décalottage chez le garçon, c’est l’ignorance totale.

Qu’est-ce qui vous a le plus déçu ?
Qu’un urologue puisse affirmer que le prépuce n’a aucune terminaison nerveuse et qu’il n’y a aucune conséquence à son ablation. Certaines personnes qui passaient devant notre stand avec un regard réprobateur sans même venir nous parler.

Forts de cette expérience, quel argument majeur proposez-vous pour faire avancer ce sujet sensible ?
À n’en pas douter, il faut aborder le rôle et la fonction du prépuce, qui sont méconnus. Une meilleure connaissance de cet organe et de son rôle contribuerait grandement à sa préservation !

Pourquoi vouloir sensibiliser les professionnels ?
Parce qu’ils sont les relais indispensables pour mettre fin à l’ignorance sur les points que nous venons d’évoquer. Ils doivent pleinement remplir leur rôle d’information.

Au final, vous diriez que votre mission a réussi si… ?
. ce sujet tabou et ignoré sort du silence
. chaque participant relaie l’information reçue
. le débat sur les conditions d’un consentement libre et éclairé s’entrouvre, grâce à vous qui nous lisez !

Retrouvez toutes les actions publiques de Droit au Corps sur cette page.

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page