Vous êtes ici : Accueil > Circoncision : comprendre > Circoncision et VIH/sida : l’ablation du prépuce ne protège pas
Circoncision et VIH/sida : l’ablation du prépuce ne protège pas

Circoncision et VIH/sida : l’ablation du prépuce ne protège pas

La théorie selon laquelle la circoncision masculine protège du VIH/sida est le dernier argument en date utilisé par les partisans de la circoncision pour justifier la pratique.

Depuis maintenant plus d’un siècle, chaque génération de médecins pro circoncision, aux États-Unis notamment, avance un nouveau prétexte afin de pérenniser la pratique. Le VIH/sida étant l’un des fléaux de notre époque, il n’est pas étonnant que certains de ces médecins tentent de démontrer que l’ablation du prépuce soit une solution pour y remédier.

Explication et analyse d’un argument fallacieux et dangereux.

 

L’origine du mythe

Sans surprise, la théorie selon laquelle la circoncision pourrait protéger de l’infection au VIH a été inventée et développée aux États-Unis.

Dans un article daté de 1986, le Docteur Valiere Alcena émit la théorie que l’ablation du prépuce pourrait prévenir l’infection au VIH. (1)

Le médecin américain Aaron J. Fink, un célèbre partisan de la circoncision masculine, fit ensuite la promotion de la théorie d’Alcena en publiant des lettres dans les revues médicales. (2-4)

Puis d’autres médecins, comme l’américain Gerald N. Weiss, contribuèrent au développement de cette théorie à travers un article publié en Israël (1993), identifiant le prépuce comme un possible point d’entrée du VIH. (5)

Les partisans de la circoncision nord-américains ont ensuite promu la circoncision avec des articles d’opinions dans les revues médicales. (6,7)

Stephen Moses, Daniel T. Halperin, et Robert C. Bailey sont d’autres partisans de la circoncision bien connus en Amérique du Nord. (7,8)

De nombreuses études d’observation furent menées en Afrique, mais ne trouvèrent pas de preuves suffisantes pour recommander la circoncision en tant que moyen de prévenir l’infection au VIH. (9)

 

Drapeau des Etats-Unis en forme de carte

Après avoir proposé la circoncision pour lutter contre la masturbation, le cancer du pénis, les infections urinaires ou encore pour favoriser l’hygiène, les circonciseurs américains s’attaquent au VIH/sida.

Les 3 études menées en Afrique

Après l’échec des précédentes études pour démontrer un quelconque effet protecteur lié à la circoncision, les médecins pro-circoncision obtinrent des fonds des Instituts américains de la santé et de l’Agence Nationale de Recherches sur le SIDA pour conduire des essais randomisés contrôlés (ERC) en Afrique.

Le but de ces études était de savoir si la circoncision est efficace pour prévenir l’infection au VIH de femme à homme.

Trois ERC furent conduits de 2002 à 2006 :

  • Un ERC en Afrique du Sud sous la supervision du Français Bertran Auvert ; (10)
  • Un ERC au Kenya sous la supervision des Nord-américain Robert C. Bailey et Stephen Moses ; (11)
  • Un ERC en Ouganda sous la supervision du Nord-américain Ronald H. Gray. (12)
Afrique sur la carte du monde

L’Afrique, victime une fois de plus des expérimentations occidentales.

Voici le résultat cumulé de ces études :

  • Sur les 5411 hommes soumis à la circoncision, 64 (1.18 %) sont devenus porteurs du VIH
  • Sur les 5497 hommes du groupe de contrôle, 137 (2.49 %) sont devenus porteurs du VIH

La conclusion des chercheurs est que la circoncision réduit de 53 à 60 % le risque de contracter le VIH, mais uniquement pour l’homme et exclusivement lors de pénétrations vaginales.

Comment sont-ils arrivés à ce chiffre de 60 %, qui s’est diffusé comme une traînée de poudre dans les médias ? 

Il s’agit en fait du quotient entre deux risques relatifs de contracter le VIH.

La baisse absolue de l’infection au VIH était de seulement 1.31 % (2.49 – 1.18), ce qui n’est pas statistiquement significatif comme l’ont fait remarquer Boyle & Hill (13), surtout si l’on prend en compte les nombreuses failles méthodologiques remettant en cause ces résultats, lesquels ne se reflètent d’ailleurs pas dans le monde réel (cf partie 4).

 

POURQUOI LE CHIFFRE DE 60 % DONNÉ SEUL EST-IL TROMPEUR ?

Donner uniquement le chiffre de baisse relative induit en erreur et donne l’impression d’un effet fulgurant car il exclut le nombre d’individus à traiter pour arriver à l’effet désiré.

Prenons un exemple simple pour mieux comprendre :

  1. Considérons une population de 100 habitants ;
  2. Chaque année, 2 individus de cette population sont touchés par une maladie ;
  3. Un médecin trouve un remède permettant de sauver 1 personne sur 2 ;
  4. Il se contente alors d’annoncer à la population : « Avec mon médicament, vous aurez 50 % de chance en moins de tomber malade ! »

Ce chiffre permet de tromper la population, qui sera plus encline à acheter le médicament. En aurait-il été de même si le médecin avait annoncé qu’il faudrait traiter 100 individus pour en soigner un seul et que par conséquent le taux d’efficacité absolu de son médicament était de 1 % ?

Le phénomène de la roulette russe

En admettant que les résultats des trois études menées en Afrique soient parfaitement fiables (ce qui est contesté), un homme circoncis finira de toutes façons par contracter le VIH s’il a des rapports sexuels non protégés avec une femme infectée.

Perrey et al. (2012) relèvent plusieurs arguments des opposants :

Le premier est celui du danger associé à la répétition d’un risque même réduit par la circoncision masculine. Le phénomène serait semblable au jeu de la roulette russe. Si l’on met une balle dans le barillet et que l’on joue une fois, la probabilité d’être atteint est faible. Si l’on répète l’opération plusieurs fois, la probabilité s’approche très vite des 100 %. (55)

Le Conseil National du Sida indique dans son rapport de 2007 :

La transmission du virus par une femme infectée à un homme non infecté est un phénomène aléatoire, dont la probabilité cumulée sur 12 mois, en cas d’exposition répétée est comprise entre 10% et 20%. En cas d’exposition répétée, même si l’homme circoncis a moins de risque de contracter une éventuelle infection, le phénomène de répétition va le conduire à s’infecter lui aussi, même si cela prend plus de temps. (16)

Roulette russe
Michel Garenne (2012), démographe à l’institut Pasteur, explique :

La circoncision ne fait que réduire le risque de transmission d’une femme infectée à un homme non infecté en cas d’exposition mais ne protège pas. Le risque chez l’homme non circoncis est évalué en moyenne à 1/1000 à chaque rapport sexuel exposé, et à la moitié chez l’homme circoncis. (…) Or, on ne pourrait pas « vendre » un programme de circoncision de masse en essayant de convaincre les hommes que leur risque va passer de 1/1000 à 1/2000, ce qui serait un message scientifiquement correct : personne ne mordrait à l’hameçon avec ce genre d’argument, et avec raison. Pour vendre le projet, on parle donc de « protection » ou « protection partielle », ce qui induit le patient en erreur et lui laisse croire qu’il sera en partie protégé. On comprend l’argument de marketing, mais ce n’est pas une information correcte qui est donnée au patient.

Il continue :

D’un point de vue biologique, l’effet s’explique assez simplement : le prépuce contient de nombreuses cellules cibles pour le virus VIH et, donc, en les enlevant on évite les infections qui auraient pu se produire par cette voie. Mais le gland et l’urètre contiennent aussi des cellules cibles, probablement en quantité équivalente, ce qui fait que l’homme circoncis est tout aussi susceptible que l’homme intact (non circoncis). D’ailleurs, cela se voit clairement dans les trois essais randomisés : même dans le groupe circoncis, l’incidence du VIH est de l’ordre de 1 % par an, ce qui est considérable et devrait se traduire par 40 % d’hommes infectés entre 20 et 59 ans : ils ne sont certainement pas protégés !

Garenne conclut :

D’un point de vue démographique, les choses semblent se passer ainsi : pour les hommes non exposés (en couple stable avec une femme non infectée), la circoncision n’a pas d’effet ; pour les hommes très exposés (en couple stable avec une femme infectée ou hors couple ayant de nombreux partenaires), la circoncision n’a pas d’effet à long terme, car le virus va toujours trouver une porte d’entrée tôt ou tard. Ce n’est guère que dans les cas d’exposition occasionnelle que l’on peut s’attendre à une réduction du nombre d’infections (cas d’hommes en couple stable qui visitent occasionnellement des prostitués sans précaution ; cas d’hommes ayant très peu de partenaires occasionnels, etc.). Ces cas d’exposition occasionnelle ne jouent vraisemblablement qu’un rôle mineur dans les dynamiques d’épidémie et expliquent que l’impact à long terme de la circoncision soit négligeable en population générale. (56)

Aussi étonnant que cela puisse paraître, le Pr Auvert a conclut son étude en disant que 60 % de réduction équivalait « à ce qu’un vaccin de haute efficacité aurait accompli. » Comme l’a fait remarquer Michel Garenne : « Un vaccin de haute efficacité doit offrir une protection à long terme de 95 % ou plus. » (14)

La décision de l’OMS et d’ONUSIDA

Organisation Mondiale de la Santé

Suites aux résultats des ERC, l’OMS et ONUSIDA organisent en mars 2007 une consultation technique à Montreux (Suisse).

À l’issue de la réunion, un texte officialisant la circoncision masculine comme nouvelle technique de réduction des risques de transmission du VIH fut publié.

Ces recommandations concernent l’Afrique subsaharienne dans les zones à haute prévalence, pour les hommes informés et volontaires ainsi que pour les mineurs suffisamment matures pour prendre une décision libre et renseignée, ou avec le consentement de leurs parents s’ils ne sont pas en âge de donner leur assentiment. (15)

Remarque : si le consentement des parents suffit, cela signifie donc qu’un individu peut être circoncis par la volonté d’autrui, sans décider lui-même librement.

ONUSIDA - UNAIDS

En outre, ce document indique que « la circoncision ne confère qu’une protection partielle » et qu’il convient de préconiser pour les hommes circoncis « l’utilisation correcte et régulière des préservatifs masculins et féminins, comme pour les hommes non circoncis ».

Question : s’il faut porter un préservatif après avoir été circoncis, pourquoi ne pas directement avoir commencé avec les préservatifs ? Moyen plus efficace, moins coûteux et moins invasif que la circoncision (voir plus bas).

Critiques adressées à la réunion de Montreux

Perrey et al. (2012) indiquent :

Le but de la conférence de Montreux (…) était de donner une légitimité à la préconisation en exposant ses bases scientifiques et en discutant de sa mise en oeuvre. La maîtrise des débats et de leur issue releva d’une sélection soigneuse des personnes et intervenants invités (…). Les quelques opposants à la mesure ayant publié sur ce sujet n’ont pas été conviés à participer, et ce qu’ils soient sexologues/urologues, épidémiologistes, démographe, spécialistes de sciences sociales ou représentants d’associations ayant une attitude critique. (55)

Dowsett, seul sociologue de renom présent au congrès, a déclaré :

Le chairman de la deuxième journée a dirigé les débats de telle sorte que toute forme d’opposition soit placée sous contrôle. Aucune possibilité en fonction de l’agenda établi de formuler la moindre critique. (55)

Michel Garenne (2012) indique dans la conclusion de son article :

La décision de Montreux en 2007 a été prise sous la pression d’activistes acharnés, trop rapidement, sans débat contradictoire et sans tenir compte de preuves formelles de l’absence d’impact démographique qui aurait été la seule justification d’un tel programme. (…) C’est regrettable, car cela donne une mauvaise image des institutions, en particulier l’OMS et ONUSIDA, et ne peut qu’entamer, une fois de plus, la confiance des populations. C’est d’autant plus regrettable que les énormes ressources consacrées aux programmes de circoncision de masse auraient certainement été mieux employées pour d’autres formes efficaces de prévention et pour le traitement des malades. (56)

France : réaction du Conseil national du sida

Conseil National du Sida

La même année, le Conseil National du Sida a quant à lui estimé que la circoncision est « une modalité discutable de réduction des risques de transmission du VIH » qui souffre d’une « communication confuse », concluant que « la circoncision comme moyen de réduction des risques s’adresse uniquement aux pays à haute prévalence » et qu’elle n’est donc « pas applicable dans les pays du Nord. » (16)

Application de la mesure

Les pays concernés par cette mesure sont les suivants : Botswana, Burundi, République Centrafricaine, Kenya (province de Nyanza), Lesotho, Liberia, Malawi, Mozambique, Namibie, Rwanda, Afrique du Sud, Swaziland, Tanzanie, Ouganda, Zambie, Zimbabwe.

Il s’agit de pays en épidémie généralisée et en hyperendémie dans lesquels le virus se propage principalement par voie hétérosexuelle et où il y a une forte proportion (>80%) d’hommes qui ne sont pas circoncis.

Des programmes de circoncision de masse ont alors été mis en place, ainsi qu’une véritable propagande pour inciter les hommes à se faire circoncire.

Un point sur la situation en 2013 : voir cet article.

Publicité pour la circoncision masculine en Ouganda

Ci-dessus, propagande pour inciter les hommes à se faire circoncire en Ouganda. Ci-dessous, au Zimbabwe.

Campagne pour la circoncision au Zimbabwe

Perrey et al. (2012) indiquent :

De manière générale, [certains auteurs] se demandent quel imaginaire s’est développé autour de la circoncision masculine dans les populations concernées par les essais. Selon eux, un indice de réponse à cette question est donné par le logo attribué par les participants à l’étude d’Orange Farm. On y voit deux mains ouvertes supportant un homme grand et fort faisant saillir ses biceps. Sans forcer l’interprétation, l’idée de puissance et de virilité apportée par la circoncision masculine se dégage inéluctablement. (55)

Centre de circoncision masculine en Afrique du Sud

Des études très critiquées

Les 3 ERC menées en Afrique font l’objet de très nombreuses critiques qui remettent les résultats en question.

Biais culturels des chercheurs

Lorsque l’on étudie sur la circoncision, les biais culturels doivent être pris en compte.

La pratique de la circoncision est très largement déterminée par la culture. De fortes croyances et opinions entourent la pratique. Il est important de comprendre que les biais personnels des chercheurs ainsi que la pratique de la circoncision dans leurs pays respectifs peuvent influencer leurs interprétations de leurs recherches  – Siegfried et al. 2003 (9)

Plus de 50 % des garçons en Amérique du Nord sont encore concernés par la circoncision non thérapeutique. Il y a un biais culturel bien connu en faveur de la circoncision en Amérique du Nord (18-21), ce qui peut influencer les médecins qui dirigent les études ou ceux qui prennent les décisions politiques, comme l’Académie des Pédiatres Américains. Les docteurs qui conduisent ces études peuvent ne pas posséder les caractéristiques nécessaires de neutralité et d’objectivité.

Ainsi, les chercheurs issus de cultures où la circoncision est répandue et qui sont eux-mêmes circoncis devraient idéalement refuser de conduire des études sur le sujet.

Les chercheurs des trois études menées en Afrique sont connus pour être des partisans de la circoncision. Ils avaient déjà supporté la circoncision par le passé. Le Docteur Auvert est un partisan de la circoncision depuis au moins 2001, (22) le professeur Moses depuis au moins 1994 (8), et le professeur Bailey depuis au moins 1998. (23)

 

Pour mieux comprendre de quelle manière un médecin circoncis peut être influencé, se reporter à la partie « Médecins pro-circoncision : pourquoi ? » de notre article sur les conséquences psychologiques.

Problèmes méthodologiques

Les trois ERC souffrent de nombreuses failles méthodologiques dont voici une liste non-exhaustive :

1) Les 3 études furent toutes clôturées prématurément, officiellement pour une raison d’éthique. Si les études avaient continué comme prévu, il est probable que les résultats auraient été encore moins significatifs.

Mills & Siegfried (2006) ont fait remarquer qu’une fin prématurée d’études de type ERC avait pour conséquence d’exagérer les bénéfices. (24) Dowsett & Couch (2007), même après la publication des trois études, ont trouvé que les preuves avancées n’étaient pas suffisantes pour supporter un programme de circoncision afin de prévenir du VIH. (25)

Montori et al. (2005) ont étudié le problème que présente une fin précoce d’un ERC, voici leur conclusion :

Randomized clinical trials stopped early for benefit are becoming increasingly common, particularly in top medical journals. Adequate descriptions of the methods used to inform the decision to truncate the trial are often lacking. Trials stopped early for benefit, particularly those with few events, often report treatment effects that are larger than typical of interventions that have been definitively studied. These considerations suggest that clinicians should view results of RCTs stopped early for benefit with skepticism. (26)

Il peut donc être supposé que les résultats commençaient à se retourner contre l’intention première des chercheurs de prouver l’effet bénéfique de la circoncision sur le taux d’infection au VIH.

2) Les hommes circoncis devaient attendre avant de reprendre les rapports sexuels, réduisant leur exposition au VIH.

Ils furent informés que pendant la période de convalescence les relations sexuelles étaient à éviter pendant 6 semaines.  De plus, la zone opérée devenue plus sensible devait de préférence être protégée par un préservatif.

A supposer que les circoncis aient suivi ces préconisations, ils auraient été exposés 78 semaines à une contamination potentielle alors que le groupe de contrôle (intacts) le fut dès le début de l’étude et donc sur une durée de 84 semaines. Cette différence de temps d’exposition avoisine les 7 %.

3) Les informations concernant l’utilisation conseillée du préservatif ne furent pas prodiguées au groupe des hommes intacts.

Le groupe circoncis avait donc des instructions sur l’utilisation du préservatif que le groupe de contrôle n’avait pas.

4) Le nombre des personnes perdues de vue pendant les études excède de loin le nombre d’infectés.

De nombreux hommes ont abandonné l’étude et n’ont donc pas été comptés dans les résultats finaux :

  • Dans l’étude menée en Afrique du Sud, 251 hommes (151 intacts, 100 circoncis) ont abandonné l’étude.
  • Dans l’étude menée au Kenya, 179 hommes (92 intacts, 87 circoncis) ont abandonné l’étude.
  • Dans l’étude menée en Ouganda, 273 hommes (133 intacts, 140 circoncis) ont abandonné l’étude.

Le nombre cumulé d’hommes circoncis ayant abandonné l’étude, s’élevant à 327, excède de loin le nombre d’hommes circoncis ayant contracté le VIH, soit 64.

Il est plus probable que les hommes circoncis ayant abandonné l’étude aient pris cette décision par déception, après avoir appris qu’ils avaient contracté le VIH alors qu’ils pensaient que la circoncision les protégerait.

People who drop out of trials are statistically much more likely to have done badly, and much more likely to have had side-effects. They will only make your drug look bad. So ignore them, make no attempt to chase them up, do not include them in your analysis. – « Bad Science » by Ben Goldacre, Fourth Estate, London (2008), p 209.

5) Certaines transmissions ont eu lieu par voie non-sexuelle.

Un nombre substantiel de participants semble avoir contracté le VIH hors des relations sexuelles : 23 des 69 infections rapportées dans l’étude sud-africaine et 16 des 67 dans l’étude ougandaise. (27)

6) Les études ont ignoré l’infection au VIH par le sang.

Le Docteur Jennifer Vines, de l’université Oregon Health & Science à Portland, commente :

…the authors did not control for other sources of HIV transimission such as blood transfusions or exposure through infected needles. … Controlling for this route of infection could result in a smaller difference between HIV infection rates in the circumcised versus uncircumcised groups, indicating that circumcision may not be as effective at decreasing HIV transmission as the article suggests. (28)

A 29:09, Ryan McAllister explique brièvement les différentes failles des trois ERC :

D’autres études montrent des résultats contraires

Le nombre de publications allant à l’encontre des trois ERC est très important dans la littérature médicale, nous ne livrons ici qu’une liste non exhaustive : 

Dans un rapport de 2009, l’Agence des États-Unis pour le développement international indique :

Il semble n’y avoir aucune relation claire entre la circoncision masculine et la prévalence du VIH. Dans 8 des 18 pays pour lesquelles des données existent, la prévalence du VIH est plus faible chez les hommes circoncis, tandis que dans les 10 pays restants la prévalence du VIH est plus élevée chez les hommes circoncis. (29)

Taux d'infection au VIH entre circoncis et intacts

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Garenne (2008) a étudié les données de 13 pays d’Afrique subsaharienne et n’a pas trouvé d’association entre taux de circoncision et prévalence du VIH. (30)

Connolly et al. (2008) n’ont trouvé aucun effet protecteur de la circoncision dans la prévention de la transmission du VIH en Afrique du Sud. (31)

Une étude de la United States Navy (2004) ayant porté sur la population militaire américaine n’a pas trouvé d’association entre circoncision et prévention du VIH ou d’autres maladies sexuellement transmissibles. Les facteurs de risques étaient l’utilisation irrégulière du préservatif, un nombre élevé de partenaires sexuels ou encore la pratique du sexe anal. (32)

De Witte et al. (2007) ont démontré que les cellules de Langerans du prépuce ont un effet protecteur contre les pathogènes, dont le VIH, en sécrétant de la langerin. (33)

Les données géographiques du monde réel ne coïncident pas

Si la circoncision réduisait le risque d’infection au VIH, on pourrait s’attendre à trouver un taux de contamination inférieur parmi les populations circoncises ; or, c’est parfois le contraire.

Au Cameroun, où 91 % de la population masculine est circoncise, la proportion circoncis/intacts ayant contracté le VIH était de 4,1 contre 1,1 en 2007. (34)

Au Ghana : “(…) la grande majorité des hommes Ghanéens (95%) sont circoncis… Il y a peu de différence dans la prévalence du VIH selon qu’ils soient circoncis ou pas (…)” (35)

Au Lesotho, où la moitié de la population masculine est circoncise, la proportion circoncis/intacts ayant contracté le VIH est de 22,8 contre 15,2. (36)

Au Malawi, 20 % de la population masculine est circoncise. La proportion circoncis/intacts ayant contracté le VIH est de 13,2 contre 9,5. (37)

Au Rwanda, selon une étude de santé publique réalisée en 2005, la proportion circoncis/intacts ayant contracté le VIH était de 3,8 contre 2,1. (38)

Au Swaziland, 22 % des hommes circoncis sont affectés par l’épidémie contre 20 % des hommes intacts. (39)

Au Zimbabwe, le taux de prévalence au VIH chez les circoncis était de 14 % alors que celui des non-circoncis était de 12 % (ZHDS 2010/2011).

En Malaisie : selon Datuk Zaman Khan, vice-président du conseil contre le SIDA, plus de 70 % des 87.710 personnes souffrant du sida dans le pays sont musulmans. En Malaisie, la plupart – si ce n’est la totalité – des hommes musulmans sont circoncis, alors que la circoncision est rare dans la communauté non musulmane. Dans ce pays, 60 % de la population est de confession musulmane, ce qui signifie que le VIH se répand dans la communauté comptant une majorité d’hommes circoncis plus rapidement que dans la communauté où les hommes sont majoritairement intacts. (40)

Aux Philippines, où la circoncision est considérée comme un important rite de passage à l’âge adulte, la majorité de la population masculine est circoncise. Dans le rapport global sur le sida de 2010 publié par l’ONUSIDA, les Philippines faisaient partie des 7 pays rapportant plus de 25 % de nouvelles infections par le VIH entre 2001 et 2009, alors que le taux d’infections dans les autres pays s’est soit stabilisé, soit a montré un déclin significatif du taux de nouvelles infections. Parmi tous les pays d’Asie, seuls les Philippines et le Bangladesh rapportent une augmentation des cas de VIH, les autres étant soit stables, soit en diminution. (41)

En Israël, bien que la circoncision soit quasiment systématique, elle n’y a pas stoppé la transmission du VIH. (42)

Les États-Unis sont le pays occidental ayant le taux de circoncision masculine le plus élevé, mais aussi le taux de VIH le plus élevé. (43)

Garenne (2012) indique :

Les seules rationalité et justification médicale et éthique de la circoncision seraient un fort impact démographique en population générale, au moins égal à celui d’autres programmes de santé. Or, on avait dès le début, la preuve du contraire : on avait observé de grosses épidémies de VIH/sida dans des populations complètement circoncises et on observait de nombreux cas d’infection chez des hommes circoncis, y compris chez ceux qui avaient été circoncis par un personnel médical qualifié. Ce fut d’ailleurs mon expérience personnelle en travaillant chez les Shangaan d’Afrique du Sud, population presque exclusivement circoncise (>90 %) où la séroprévalence du sida était élevée (> 25 %) dès les années 2000. La preuve statistique en fut fournie par les Enquêtes démographiques et de santé (…). Les résultats étaient indiscutables : le risque relatif standardisé sur 19 enquêtes était de 1.00, ce qui montre qu’à exposition égale les hommes circoncis et les hommes non-circoncis ont le même niveau d’infection (la même séroprévalence) en Afrique. (…) La valeur statistique de ces données est sans commune mesure avec celle des essais randomisés. Elles démontrent sans ambiguïté qu’il n’y a pas d’impact démographique notable de la circoncision masculine sur le risque d’infection en population générale. (…) Or, ce fait, pourtant majeur, a été totalement occulté par tous les acteurs favorables à la circoncision (…). S’il avait été discuté à la réunion de Montreux, la décision aurait été nécessairement différente. (56)

Dans cet entretien vidéo (2013), le professeur Gregory Boyle critique les 3 études menées en Afrique :

 

Ces données sont la preuve éclatante que le taux de circoncision dans une population n’est pas lié avec la diffusion du VIH.

Pourquoi la politique de l’OMS est-elle dangereuse ?

Le programme de l’Organisation mondiale de la santé d’utiliser la circoncision comme moyen de réduction des risques d’infection au VIH en Afrique subsaharienne est l’objet de nombreuses critiques.

Baisse de l’utilisation du préservatif chez les hommes circoncis

Il est important de noter que les hommes circoncis peuvent toujours contracter l’infection au VIH et transmettre le virus à leur partenaire.

Or, les campagnes de circoncision massive mises en place par l’OMS peuvent créer un faux sentiment de sécurité chez les hommes nouvellement circoncis qui peuvent se croire immunisés à tort et ne plus utiliser de préservatifs.

J’ai entendu dire que si l’on se faisait circoncire, on ne pouvait pas attraper le VIH/sida. Je n’ai pas besoin d’utiliser un préservatif ou de me soucier de tous ces autres moyens de prévention… – Mukasa, un Ougandais de 37 ans (44)

De plus, la circoncision supprime des nerfs du pénis (45) et cause une perte de sensibilité et de fonction sexuelle. (46) Pour cette raison, beaucoup d’hommes circoncis sont réticents à utiliser un préservatif qui réduit les sensations devenues déjà faibles par la désensibilisation du gland.

Ainsi, les campagnes de circoncisions instaurées par l’OMS pourraient avoir un effet contre-productif et réduire d’avantage l’utilisation du préservatif, ce qui pourrait étendre l’infection au VIH.
Le préservatif est le seul moyen efficace connu de se protéger de l’infection au VIH mais également de toutes les autres IST. De plus, une étude de 2008 a montré qu’une politique d’utilisation systématique du préservatif dans les pays visés par l’OMS serait 95 fois moins coûteuse que la circoncision. (47)
Des préservatifs de différentes couleurs

Tout homme, circoncis ou non, doit utiliser un préservatif pour se protéger et protéger son ou sa partenaire sexuel(le).

Augmentation du risque pour les femmes

Les femmes qui ont un rapport sexuel non protégé avec un homme circoncis et infecté par le VIH ne bénéficient d’aucune protection (48) et pourraient même courir un risque plus grand de contracter le VIH. (49, 50)

Bien souvent, la désensibilisation du gland engendre un acte sexuel plus brutal et plus long, l’homme ayant besoin d’une stimulation plus prononcée et étendue dans la durée pour parvenir à l’éjaculation. Par conséquent, les micro-blessures et saignements vaginaux sont plus fréquents, aggravant ainsi le potentiel de transmission du virus.

Les femmes sont également plus à risque si elles pensent que leur partenaire circoncis est immunisé contre le VIH. Comme nous l’avons vu plus haut, le partenaire circoncis risque également d’être plus réticent à utiliser des préservatifs, surtout s’il se croit immunisé.

Risques et regrets

Les campagnes de circoncision massives orchestrée par l’OMS entraîneront inévitablement de nombreux problèmes physiques, psychologiques et sexuels chez des hommes et enfants qui étaient en bonne santé.

La circoncision présente en effet des risques de complication sérieux. Récemment, un homme circoncis dans le cadre de ces campagnes a ainsi perdu son pénis.

La circoncision entraîne également des effets négatifs sur la sexualité. Il est certain que de nombreux hommes regretteront la procédure et, puisque celle-ci est irrémédiable, des dommages psychologiques chez les hommes circoncis sont également à prévoir.

Un argument irrecevable pour faire circoncire un enfant

La circoncision supprime de manière irrémédiable un tissu sain et fonctionnel.

Même si les trois études africaines étaient correctes, l’ablation du prépuce chez un enfant sain pour prévenir d’une potentielle future infection au VIH ne pourra jamais se justifier car cela serait totalement contraire à l’éthique et constituerait une violation du droit à l’intégrité physique de l’enfant.

De plus, les trois ERC menées en Afrique ont étudiées la transmission du VIH entre adultes et ne peuvent pas être utilisées pour supporter la pratique de la circoncision non-thérapeutique sur des enfants qui ne sont pas encore sexuellement actifs et qui ne peuvent pas donner leur consentement.

Chez les hommes adultes désirant se faire circoncire, un consentement libre et éclairé est par contre possible et nécessaire : pour cela, les hommes doivent être informés sur les risques de la circoncision et de la perte sensorielle qui en résulte. Ils doivent également être informés que l’opération n’offre pas de protection complète et que l’utilisation de préservatifs restera nécessaire.

Le nombre de témoignages provenant d’hommes qui ont accepté de se faire circoncire pour ne plus utiliser de préservatifs indiquent que l’information n’est pas diffusée et qu’un consentement éclairé n’est pas toujours possible. (51, 52, 53)

Interview de Steven Svoboda, directeur exécutif d’Avocats pour les droits de l’enfant :

Conclusion

La circoncision ne peut en aucun cas être considérée comme un moyen efficace de lutter contre le VIH / sida.

Des moyens efficaces, moins coûteux et moins invasifs que la circoncision existent pour lutter contre le VIH/sida : le préservatif et l’éducation.

Circoncire un enfant sain pour le protéger du VIH/sida est irrationnel, contraire à la science, à l’éthique et aux droits de l’enfant.

Les campagnes de circoncisions massives encouragées par l’OMS sont dangereuses pour toutes les raisons évoquées plus haut, en plus d’être scandaleuses pour les populations africaines qui se voient encouragées à se faire circoncire ou à faire circoncire leurs enfants.

Les trois études menées en Afrique souffrent de nombreuses failles et les données géographiques du monde réel montrent qu’une population circoncise peut avoir un taux d’infection au VIH plus élevé qu’une population intacte.

Ces études ont notamment été menées par des hommes ayant déjà encouragé la circoncision par le passé, eux-mêmes très certainement circoncis. Une motivation supposée de ces chercheurs pourrait être d’utiliser la peur du VIH/sida pour diffuser la circoncision masculine dans le monde. (54)

L’Académie des Pédiatres Américains a ainsi utilisé l’argument de la circoncision pour lutter contre le VIH/sida dans sa dernière politique, alors même que l’OMS précise que la pratique n’est efficace que dans certains pays africains à haute prévalence.

Dans un article de 2013, des médecins européens avaient alors démontré les biais culturels des médecins américains en faveur de la circoncision.

Interview de John Geisheker, directeur exécutif de Médecins opposés à la circoncision :

 

Notes et références

Notes et références

Article en partie construit avec l’aide de l’article de Doctors Opposing Circumcision.

1. Alcena V. AIDS in third world countries. N Y State J Med 1986;86(8):446.

2. Fink AJ. A possible explanation for heterosexual male infection with AIDS [letter]. N Engl J Med 1986;315:1167.

3. Fink AJ. Newborn circumcision: a long-term strategy for AIDS prevention. J R Soc Med 1989;82(11):695.

4. Fink AJ. Newborn circumcision: a long-term strategy for AIDS prevention. J R Soc Med 1990;83(10):673.

5. Weiss GN, Sanders M, Westbrook KC. The distribution and density of Langerhans cells in the human prepuce: site of a diminished immune response? Isr J Med Sci 1993;29(1):42-3.

6. Cameron DW, Simonsen JN, D’Costa LJ et al. Female-to-male transmission of HIV-1: risk factors for seroconversion in men. Lancet 1989, ii:403-7.

7. Halperin DT, Bailey RC. Male circumcision and HIV infection: 10 years and counting. Lancet 1999;354(9192):1813-5.

8. Moses S., Plummer FA, Bradley, JE, Ndinya-Achola, JO, Nagelkerke NJ, and Ronald AR. The association between lack of male circumcision and risk for HIV infection: a review of the epidemiological data. Sex Transm Dis 1994;21:201-10.

9. Siegfried N, Muller M, Volmink J, Deeks J, Egger M, Low N, Weiss H, Walker S, Williamson P. Male circumcision for prevention of heterosexual acquisition of HIV in men (Cochrane Review). In: The Cochrane Library, Issue 3, 2003. Oxford: Update Software.

10. Auvert B, Taljaard D, Lagarde E, Sobngwi-Tambekou J, Sitta R, et al. (2005) Randomized, controlled intervention trial of male circumcision for reduction of HIV infection risk: The ANRS 1265 trial. PLoS Med 2:e298.

11. Bailey RC, Moses S, Parker CB, et al. Male circumcision for HIV prevention in young men in Kisumu, Kenya: a randomised controlled trial. Lancet 2007;369:643-56.

12. Gray RH. Kigozi G, Serwadda D, et al. Male circumcision for HIV prevention in men in Rakai, Uganda: a randomised trial. Lancet 2007;369:557-66.

13. Boyle GJ, Hill G. Sub-Saharan African randomised clinical trials into male circumcision and HIV transmission : Methodological, ethical and legal concerns. J Law Med. 2011;19(2):316-334

14. Garenne M (2006) Male Circumcision and HIV Control in Africa. PLoS Med 3(1): e78. doi:10.1371/journal.pmed.0030078

15. « Nouvelles données sur la circoncision et la prévention du VIH : conséquences sur les politiques et les programmes » (PDF), consultation technique de l’OMS et de l’ONUSIDA.

16. Rapport sur la circoncision : une modalité discutable de réduction des risques de transmission du VIH, Conseil National du Sida, 24 mai 2007.

17. « La circoncision, moyen peu coûteux de prévention du sida », Nouvel Obs, 21 juillet 2010, dépêche Reuters.

18. Paige KE. The ritual of circumcision. Human Nature 1978;1(5):40-8.

19. Riner R. Circumcision: a riddle of american culture. Presented at the First International Symposium on Circumcision, Anaheim, California, March 1-2, 1989.

20. Miller GP. Circumcision: cultural-legal analysis. 9 Va. J. Social Policy & the Law 2002;9:497-585.

21. Waldeck SE. Using male circumcision to understand social norms as multipliers. University of Cincinnati L Rev 2003;72:455-526.

22. Auvert et al., 2001a, Ecological and individual level analysis of risk factors for HIV infection in four urban populations in sub-Saharan Africa with different levels of HIV infection, AIDS, 15, Suppl 4, S15-330.

et Auvert et al., 2001b, Male Circumcision and HIV infection in four cities in sub-Saharan Africa, AIDS, 15, Suppl 4, S31-40.

23. Moses S, Bailey RC, Ronald AR. Male circumcision: assessment of health benefits and risks. Sex Transm Infect 1998;74(5):368-73.

24. Mills J, Siegfried N. Cautious optimism for new HIV prevention strategies. Lancet2006;368:1236.

25. Dowsett GW, Couch M. Male circumcision and HIV prevention: is there really enough of the right kind of evidence? Reprod Health Matters 2007;15(29):33-44.

26. Montori et al.Randomized trials stopped early for benefit: a systematic review. JAMA. 2005 Nov 2;294(17):2203-9.

27. Gisselquist D. Points to consider: responses to HIV/AIDS in Africa, Asia, and the Caribbean. London: Adonis and Abbey, 2008, chapter 7.

28. Lien mort, sera mis à jour bientôt.

29. Mishra, Vinod, Amy Medley, Rathavuth Hong, Yuan Gu, and Bryant Robey. 2009. Levels and Spread of HIV Seroprevalence and Associated Factors: Evidence from National Household Surveys. DHS Comparative Reports No. 22. Calverton, Maryland, USA: Macro International Inc. p. 209.

30. Michel Garenne. African Journal of AIDS Research 2008, 7(1): 1–8.

31. Connolly C, et al..Male circumcision and its relationship to HIV infection in South Africa: Results of a national survey in 2002. S Afr Med J 2008;98:789–94.

32. Thomas AG, Bakhireva LN, Brodine SK, Shaffer RA. Prevalence of male circumcision and its association with HIV and sexually transmitted infections in a U.S. navy population (Abstract no. TuPeC4861). Presented at the 15th International AIDS Conference, Bangkok, Thailand, July 11-16, 2004.

33. de Witte L, Nabatov A, Pion M, et al. Langerin is a natural barrier to HIV-1 transmission by Langerhans cells. Nat Med 2007;13:367–371.

34. Mosoko, Jembia J.; Affana, Gislaine A. N. (2005). « 16″. In Calverton, MD, USA. Prévalence du VIH et facteurs associés. Cameroon: DHS. pp. 309.

35. Marum; L.; J. Muttunga; F. Munene (2003). « 13″. HIV Prevalence and Associated Factors. Nairobi, Kenya: Central Bureau of Statistics. pp. 250-251.

36. Ministry of Health and Social Welfare; Bureau of Statistics (2005). HIV PREVALENCE AND ASSOCIATED FACTORS. Calverton, Maryland: Ministry of Health and Social Welfare. pp. 13.

37. Chipeta, John; Schouten, Erik; Aberle-Grasse, John (2005). « 12″. HIV PREVALENCE AND ASSOCIATED FACTORS. Calverton, Maryland: National Statistical Office. pp. 234.

38. http://www.measuredhs.com/pubs/pdf/FR183/15Chapter15.pdf, page 234.

39. http://www.measuredhs.com/pubs/pdf/FR202/FR202.pdf, page 256.

40. Lien mort, sera mis à jour bientôt.

41. Inquirer Global Nation

42. Haaretz : 1234.

43. Rapport de l’ONUSIDA, juin 1998.

44. The Monitor – (Kampala, Ouganda) 10 avril 2007. Jan Arjwang.

45. Taylor JR, Lockwood AP, Taylor AJ. The prepuce: specialized mucosa of the penis and its loss to circumcision. Br J Urol 1996;77:291-5.

46. Kim D, Pang M. The effect of male circumcision on sexuality. BJU Int 2006 Published on line ahead of print. doi: 10.1111/j.1464-410X.2006.06646.x

47. McAllister RG, Travis JW, Bollinger D, Rutiser C, Sundar V: The Cost to Circumcise Africa. Int. J, Men’s Health 2008;7(2):307–316.

48. Turner, et al. Men’s circumcision status and women’s risk of HIV acquisition in Zimbabwe and Uganda. AIDS 2007, 21:1779-1789.

49. Wawer M, Kigozi G, Serwadda D, et al. Trial of male circumcision in HIV+ men, Rakai, Uganda: effects in HIV+ men and in women partners. 15th Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections. 3-6 February 2008. Boston. Abstract 33LB. [Résumé de l’étude]

50. Circumcision protects men from AIDS but might increase risk to women, early results suggest. International Herald Tribune, Tuesday, 6 March 2007.

51. IRIN, Swaziland: Circumcision gives men an excuse not to use condoms. UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. 31 July, 2008.

52. Nyakairu, F. Uganda turns to mass circumcision in AIDS fight. Reuters Africa. 13 August, 2008.

53. Gusongoirye D. Rwanda: Nothing can fight HIV/AIDS better than discipline. The New Times (Kigali) February 12, 2008.

54. Van Howe RS, Svoboda JS, Hodges FM. HIV Infection and circumcision: cutting through the hyperbole. J R Soc Health 2005;125(6):259-65.

55. Perrey C, Giami A, Rochel de Camargo K, Oliveira Mendonça A: De la recherche scientifique à la recommandation de santé publique : la circoncision masculine dans le champ de prévention du VIH. Sciences Sociales et Santé, Vol. 30, n°1, mars 2012. doi: 10.1684/sss.2012.0101

56. Garenne, M: La circoncision médicale masculine comme outil d’une politique sanitaire : le marketing de la science. Sciences Sociales et Santé, Vol. 30, n°1, mars 2012. doi: 10.1684/sss.2012.0102

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page