Vous êtes ici : Accueil > Le prépuce > Le décalottage du petit garçon (vidéo)

Le décalottage du petit garçon (vidéo)

Le site magicmaman.com a réalisé une vidéo sur le décalottage, une pratique qui pose question à beaucoup de parents et qui est aujourd’hui fortement déconseillée par les spécialistes, bien que malheureusement encore trop répandue.

Voici la vidéo, suivie de la transcription :

Attention : à 2:42, l’information donnée concernant l’âge auquel il faudrait s’inquiéter d’un prépuce non rétractable (« après 4 ou 7 ans ») est erronée. Pour en savoir plus, lire : « Le développement naturel du prépuce » !

À lire également : Phimosis, décalottage forcé : interview du docteur Beaugé

Qu’est ce que le décalottage ?

Le décalottage de la verge, c’est libérer le gland du prépuce : c’est faire apparaître le gland en faisant descendre le prépuce.

Le nouveau-né à la naissance a un phimosis physiologique, c’est à dire que le prépuce (la peau qui recouvre le gland) est très serré, adhère au gland et est très étroit.

Deux phénomènes physiologiques :

  • l’étroitesse du prépuce, qui fait qu’il ne peut pas descendre tout au long du gland de façon spontanée ;
  • des adhérences qui sont entre le prépuce et le gland.

Petit à petit, avec le temps qui passe, ces adhérences vont disparaître et il va y avoir une élasticité de la peau du prépuce : un agrandissement qui va faire que petit à petit la peau pourra descendre et libérer le gland.

Le décalottage se fait il naturellement ?

Cela se fait normalement, physiologiquement, au fur et à mesure de la petite enfance, de façon très variable : entre 3-4 ans parfois pour certains, 6-7 ans, voire certains enfants où le décalottage n’est complet qu’à l’adolescence et se termine par les actes masturbatoires.

Note de Droit au Corps : pour plus de précisions, se reporter à la partie « Développement naturel du prépuce » de notre article sur le prépuce.

Peut on forcer le décalottage ?

Il faut surtout éviter de tirer violemment pour décalotter à tout prix parce qu’on pourrait en tirant sur ces adhérences là faire justement qu’il y ait après des cicatrisations, des blessures, et que ce soit plus problématiques qu’autre chose.

Et puis en tirant trop fort on peut créer des paraphimosis, c’est à dire qu’on libère certes le gland du prépuce mais quand il est décalotté se crée un oeudème qui étrangle le gland et ça c’est une urgence en fin de compte.

Donc décalotter c’est une chose, il faut toujours à chaque fois même que l’on descend un petit peu, recalotter au fur et à mesure de la progression. Et il faut laisser le temps faire, par les érections spontanées.

Quand s’inquiéter ?

Quand il existe un phimosis pathologique et non pas physiologique, c’est à dire un vrai rétrécissement du prépuce, ça se voit, ça se dépiste.

Là il sera toujours temps, après 4 ou 7 ans [Note de Droit au Corps : attention, il s’agit ici d’une grosse erreur ! Lire la partie « Développement naturel du prépuce » de notre article sur le prépuce], cela dépend des pédiatres, de travailler en donnant des crèmes à base de corticoïdes pour assouplir, lever les adhérences, permettre moins d’inflammation, et puis en fin de compte permettre un décalottage dans 70 à 95 % des cas.

Et si vraiment ça ne marche pas, qu’il y a des infections répétées, qu’il y a une douleur aux érections, eh bien à ce moment là il y aura nécessité d’une plastie chirurgicale *, c’est à dire 2 incisions latérales : ouvrir, élargir et recoudre, ce qui permet toujours de décalotter et recalotter le gland en ayant simplement élargi le prépuce.

qui n’est pas une circoncision, la circoncision n’ayant d’objectifs que culturels ou religieux mais pas d’hygiène ou de régler un phimosis, la circoncision étant d’enlever complètement le prépuce.

Source : Magic Maman

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page