Vous êtes ici : Accueil > Témoignages et interviews > Circoncision : allocution d’Eran Sadeh, intactiviste israélien (vidéo)

Circoncision : allocution d’Eran Sadeh, intactiviste israélien (vidéo)

Eran Sadeh est aujourd’hui l’un des principaux représentants du mouvement intactiviste en Israël. Il est le fondateur de l’association Gonnen Al Ha-Yeled (« Protéger l’enfant »).

Fin 2012, alors que le débat sur la circoncision imposée aux jeunes garçons bat son plein en Allemagne, il participe à une conférence de presse à Berlin aux côtés de médecins et de défenseurs des droits de l’enfant.

Voici la vidéo de son allocution sous-titrée en français :

TRANSCRIPTION DE L’ALLOCUTION

« Je m’appelle Eran Sadeh. Je suis israélien. Je suis juif.

Je suis venu d’Israël pour m’adresser à la chancelière Angela Merkel, aux membres du Bundestag [parlement allemand], au peuple allemand, aux docteurs, aux avocats et à tout parent dans le monde qui a l’intention de faire circoncire son enfant.

Je suis né il y a 43 ans à Tel Aviv, bébé en bonne santé avec un corps parfait.

Huit jours après ma naissance, un homme a tenu mes jambes pendant qu’un autre coupait une partie de mon pénis avec un couteau.

Eran Sadeh, intactiviste juif israélien

Eran Sadeh montre des photos de la circoncision qu’il a subie lorsqu’il avait huit jours.

J’ai souffert, j’ai hurlé, j’ai saigné. C’était fini.

Mais la partie qui a été coupée de mon pénis a disparu pour toujours.

Trente-six ans plus tard, mon fils est né. Deux jours avant la date prévue pour sa circoncision, en cherchant sur Internet des informations sur le docteur-mohel que nous avions choisi, je suis tombé par hasard sur ce paragraphe tiré du Guide des égarés, par Maïmonide, le grand philosophe juif.

Je cite :

En ce qui concerne la circoncision, je pense que l’un de ses objectifs est de limiter les rapports sexuels et d’affaiblir l’organe de la reproduction autant que possible, et de rendre ainsi l’homme modéré. Certains croient que la circoncision sert à retirer un défaut dans la formation de l’homme ; mais tout le monde peut facilement répondre : Comment les produits de la nature peuvent-ils être déficients au point de requérir une intervention externe pour les compléter ? D’autant que l’utilité du prépuce pour cet organe est évidente. La blessure causée à cet organe est exactement le but recherché ; C’est, je crois, la meilleure raison pour le commandement concernant la circoncision.

Fin de citation.

J’étais choqué. Je me suis rendu compte que la motivation juive pour la circoncision était de diminuer le plaisir sexuel, la même motivation que celle derrière les mutilations génitales féminines.

J’étais tellement stupéfait par ce texte que je me suis mis à lire tout ce que je pouvais trouver sur cette partie qui avait été amputée de mon pénis.

Plus je lisais et comprenais l’anatomie et les fonctions du prépuce, plus il devenait impossible d’échapper à la prise de conscience douloureuse et révoltante que mon corps avait été violé, mon pénis endommagé et diminué dans sa capacité à ressentir le plaisir, et que je ne serai jamais capable de connaître et d’apprécier le sexe tel que la nature l’a conçu.

L’amputation du prépuce supprime un tissu organique hautement érogène de la taille d’une petite fiche chez l’homme adulte.

Un homme à qui il manque ce tissu recouvrant la hampe du pénis ressent moins de plaisir, parce qu’il n’a pas les milliers de terminaisons nerveuses contenus dans ce tissu organique amputé.

Le prépuce sert de fourreau protecteur qui s’enroule et se déroule sur la verge, réduit le frottement et stimule les terminaisons nerveuses spécialisées et le gland, rendant ainsi le sexe plus confortable et agréable pour les deux partenaires. Puis j’ai lu cette description du rituel juif de la circoncision, incluant la peri’a, qui consiste à racler le côté intérieur du prépuce pour le séparer du gland avec l’ongle du mohel, qu’il garde long et taille en pointe spécialement pour cette tâche, ainsi que le metzitzah b’peh, quand le mohel met la bouche sur le pénis qui saigne pour sucer le sang.

Et ne vous y méprenez pas : ces opérations sont requises par la Loi juive.

J’ai découvert des rapports montrant que rien qu’en Israël, des centaines de bébés garçons sont envoyés chaque année en urgence au bloc opératoire pour traiter des complications faisant suite à des amputations du prépuce.

J’ai appris que des études montrent que la douleur infligée au bébé durant la circoncision est traumatique et affecte négativement ses réactions à la douleur dans les périodes ultérieures de sa vie, et j’ai lu les témoignages de mères sur les cris de leur(s) fil(s) durant la période de cicatrisation, quand la plaie entre en contact avec l’urine.

J’ai aussi appris, et c’était très rassurant, que des juifs en Israël et partout dans le monde, en nombre sans cesse croissant, choisissent de garder leur(s) fil(s) intact(s).

Grâce à toute l’information dont j’ai pris connaissance ce jour-là, ma femme et moi avons décidé de laisser notre fils intact, j’ai donc appelé le docteur-mohel et annulé la circoncision.

Comme vous le voyez, la circoncision n’est rien d’autre qu’un euphémisme pour l’amputation forcée d’une partie saine du corps d’un enfant sans défense, causant des dégâts corporels irréversibles, de la douleur et exposant l’enfant à un risque. Tout cela au nom de la religion et de la tradition.

Cela n’est pas acceptable dans un pays qui protège les droits de l’enfant, en particulier le droit à l’intégrité corporelle et le droit à une protection égale par la loi.

Les leaders religieux juifs, tentant de bloquer toute critique de la circoncision, accusent l’Allemagne d’antisémitisme.

Je condamne cette accusation. Je crois, comme de nombreuses personnes en Israël, que la tentative d’interdiction de la circoncision des mineurs en Allemagne, qui est soutenue par la majorité des gens ici, n’a rien à voir avec l’antisémitisme et a tout à voir avec le respect des droits de l’enfant.

Il est important de noter que la circoncision n’est pas un prérequis à l’identité juive.

D’après la Loi juive, l’enfant prend le statut de sa mère, donc si la mère est juive, l’enfant est juif, qu’il soit circoncis ou non.

Note aux docteurs : vous n’avez pas à effectuer des circoncisions religieuses.

C’est une violation de la première loi de votre code d’éthique qui est : « D’abord, ne pas nuire. »

Une amputation forcée d’une partie saine du corps d’un mineur non consentant sans indication médicale est une agression qui cause des dégâts corporels, et ces dégâts corporels entraînent une responsabilité à la fois pénale et civile dont on ne peut se décharger.

Un consentement des parents à la circoncision est invalide, car les parents ne peuvent autoriser une amputation d’une partie saine du corps de leur enfant sans nécessité médicale.

Docteurs, vous n’êtes pas des machines à amputer. Vos obligations professionnelles sont de soigner et traiter un patient. Si l’enfant devant vous est en bonne santé, qu’il soit garçon ou fille, vous n’enlevez rien de son corps.

La seule issue légale et éthique à ce conflit de droits est de reporter la circoncision à un âge où le sujet peut légalement consentir à l’amputation d’une partie de son pénis.

Mon corps, mon choix.

Cette solution limite la liberté de religion, mais cela est seulement temporaire. Si, cependant, vous amputez de force le prépuce d’un enfant mineur qui ne peut donner son consentement, vous le privez de son droit à l’intégrité physique pour toujours.

Je souscris à la pétition mise en place par la Deutsche Kinderhilfe pour avoir un débat public médical et légal avant que toute législation violant les droits constitutionnels de l’enfant à son intégrité corporelle et à une égale protection soit passée par le Bundestag.

Chancelière Angela Merkel, le mouvement pour éradiquer la circoncision forcée des mineurs est un mouvement global. Partout dans le monde, des hommes qui comme moi sont blessés par l’amputation de leur prépuce, des mères et des pères qui font souffrir leurs enfants contre leur volonté à cause de la religion, de la tradition et de la pression sociale, des parents qui ont le courage de repousser la pression sociale, des universitaires de toutes disciplines et des hommes ordinaires horrifiés par cette pratique nocive, douloureuse et immorale, tous ont les yeux tournés vers vous, vers l’Allemagne, pour que vous preniez la tête dans la protection des droits de l’enfant.

Je vais maintenant dire quelques mots en hébreu.

Par la présente, j’en appelle aux juifs d’Israël et de partout dans le monde : renseignez-vous sur les avantages d’un pénis intact, sur les désavantages d’un pénis coupé, et rejoignez le mouvement irrépressible de dizaines de milliers de juifs partout dans le monde qui accueillent leurs fils dans ce monde sans violer leur intégrité corporelle, sans les faire souffrir et sans les mettre en danger.

Ici prend fin une année et ses malédictions, ici commence une nouvelle année avec ses bénédictions. Bonne année. »

Traduction et sous-titrage : Droit au Corps

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page