Vous êtes ici : Accueil > Témoignages et interviews > Circoncision et Sida : lettre d’un médecin ougandais

Circoncision et Sida : lettre d’un médecin ougandais

Je suis un médecin ougandais et je voudrais faire part de mon opinion sur la circoncision masculine au vu de la nouvelle étude publiée récemment dans le Daily Monitor par Gregory Boyle et George Hill. Cette étude montre que l’Ouganda a été floué par les défenseurs de la circoncision qui revendiquent que c’est un atout vital pour réduire les infections au VIH en Afrique.

Je suis certain que la majorité des médecins ougandais ne pensent pas que la circoncision soit réellement un outil de prévention, puisque beaucoup ont vu des hommes circoncis devenir victime de la maladie.

Il est important de comprendre qu’aujourd’hui le VIH/Sida n’est plus simplement une maladie. C’est aussi devenu une industrie qui rapporte des milliards de dollars et financée essentiellement par les États-Unis (qui possèdent ironiquement le taux le plus élevé de contamination au VIH dans le monde occidental et le plus haut taux de circoncision masculine avec plus 80 %).

Les organisations de lutte contre le VIH en Ouganda reçoivent des milliards en financement et avec la circoncision qui est maintenant encouragée, encore plus de fonds leur sont donnés. Combien de dollars supplémentaires ces organisations ainsi que notre ministère de la Santé vont-elles recevoir si elles montrent qu’elles peuvent circoncire quatre millions d’hommes ougandais dans les cinq prochaines années !

Vous pouvez donc comprendre d’où vient cette passion de supprimer les prépuces masculins ! Bien sûr les industries pharmaceutiques américaines vont également en tirer des bénéfices. Elles promeuvent maintenant un dispositif pour circoncire, le Prepex, qu’elles veulent introduire sur le marché africain. Donc plus il y a d’hommes circoncis et plus elles font de profits !

Prepex, pour la circoncision de masse en Afrique

Le Prepex, commercialisé par Circ MedTech, est un dispositif créé pour des campagnes de circoncisions massives et utilisé dans plusieurs pays africains.

Il est intéressant de regarder comment les professionnels de la santé qui ont été appelés à donner leur opinion sur les nouvelles recherches publiées par le Daily Monitor ont répondu. Tous rejettent la nouvelle étude comme s’il s’agissait de protéger leur gagne-pain ! Un bon médecin dirait qu’il regardera d’abord l’ensemble des rapports et recherches avant de tirer toute conclusion.

Même l’ambassadeur des États-Unis a dû écrire un article intitulé « La circoncision réduit la propagation du Sida » dans le Daily Monitor du 8 mars. Bien sûr, on sait tous que le travail de l’ambassadeur des États-Unis est de protéger les intérêts des Américains.

En conclusion, comme beaucoup de médecins inquiets, je pense que la circoncision est une dangereuse diversion dans la lutte contre le sida et un gaspillage des ressources déjà insuffisantes qui devraient plutôt être utilisées dans des méthodes de préventions reconnues comme les préservatifs et les campagnes d’information afin de faire changer les comportements.

Docteur Sam Mugisa,
Mbarara
sammugisah@yahoo.com

Source : Kenya Central

Traduction française : Droit au Corps

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page