Vous êtes ici : Accueil > Ils soutiennent Droit au Corps

Ils soutiennent Droit au Corps

Les personnalités suivantes apportent officiellement leur soutien à Droit au Corps.

Si vous faites partie du monde médical, juridique, politique, que vous êtes une personnalité et que vous partagez nos idées, n’hésitez pas à nous contacter pour nous apporter votre soutien.

Si vous souhaitez nous aider sans apparaître publiquement sur notre site, nous assurerons cette discrétion.

Linda Weil-Curiel

Linda Weil-Curiel avocate

Avocate au barreau de Paris et animatrice à la Commission pour l’Abolition des Mutilations Sexuelles (CAMS), Linda Weil-Curiel est célèbre pour avoir été l’une des premières à militer contre la pratique de l’excision en France et à obtenir la condamnation pénale d’exciseuses et de parents.

Sami Awad Aldeeb Abu-Sahlieh

Sami Aldeeb juriste

Sami Aldeeb est un juriste suisse. Responsable du droit arabe et musulman à l’Institut suisse de droit comparé de 1980 à 2009, il dirige le centre de droit arabe et musulman, et il enseigne dans différentes universités en Suisse, en France et en Italie. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont un intitulé Circoncision masculine – circoncision féminine: débat religieux, médical, social et juridique, publié en arabe, en anglais et en français.

Jérôme Segal

Jérôme Ségal enseignant chercheur

Jérôme Segal est historien, maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne, actuellement en poste à Vienne, en Autriche, où il enseigne à l’université de Vienne. Il publie dans différents médias, en France comme en Autriche, et rédige de nombreuses recensions. Il tient aussi un blog sur l’Autriche, avec près de 400 entrées depuis 2008. Membre de la communauté juive en Autriche, il s’engage depuis 2012 contre la circoncision forcée, en France, en Autriche ainsi qu’en Allemagne.

Michel Garenne

Michel Garenne chercheur en démographie

Michel Garenne est chercheur en démographie à l’Institut Pasteur. Il est l’auteur de nombreux articles scientifiques sur les dynamiques démographiques en Afrique. Il a travaillé sur la question de la circoncision et du sida. Il a enseigné la démographie de la santé dans de nombreuses universités françaises et étrangères.

Gilles Formet

Gilles Formet psychiatre sexologue

Gilles Formet est psychiatre, psychanalyste et sexologue. Il a été élu au sein des conseils d’administration ou de bureaux de plusieurs sociétés savantes et syndicats professionnels dont il préside les comités d’éthique, et participe activement à la formation de psychiatres et sexologues. Il intervient fréquemment lors de congrès et est l’auteur d’articles de clinique ou de méta-sexologie. Dès 2003, il remit en cause la pratique de la circoncision rituelle lors d’un congrès national de sexologie à Paris.

Nous considérons l’excision et l’infibulation comme des mutilations sexuelles et certains Etats l’interdisent, mais rien sur la circoncision rituelle qui pourtant est aussi une atteinte à l’intégrité corporelle et sans que la personne en aie le choix, puisque cela se pratique sur des enfants, voire des nourrissons.

Les conséquences physiques et sensorielles ne sont certainement pas du niveau de celles de l’excision et de l’infibulation, mais des témoignages de personnes circoncises lorsqu’ils sont adultes décrivent une modification de la sensibilité.

Il faut informer, faire prendre conscience, car simplement interdire risque de renvoyer ce geste dans la clandestinité avec le danger de gestes mal faits et d’infections.

Certes, pour certains c’est le fondement de l’appartenance, mais ne peut-on pas symboliquement s’inscrire dans une communauté, une religion autrement ? Peut-on attendre des autorités religieuses de prendre en compte cette question et y répondre en remplaçant la circoncision par un autre symbole ?

Depuis des millénaires au nom des religions on massacre des personnes, on mutile des enfants : va-t-on encore continuer longtemps au XXIème siècle ? – Gilles Formet

Michel Beaugé

Docteur Michel Beaugé

Michel Beaugé est Docteur en médecine. Il s’est installé comme généraliste à Quimper en 1976. En 1992, il est l’un des premiers diplômés en andrologie. À partir de cette date, il se consacre exclusivement à une activité d’andrologie et de sexologie.

Il rédige son mémoire de fin d’études sur la prise en charge médicale du phimosis congénital de l’adolescent. Ce document est communiqué à l’Association contre la Mutilation des Enfants (AME) qui lui avait fourni des informations sur la circoncision des bébés aux États-Unis. Un professeur de médecine londonien et un médecin américain traduisent chacun ce document et le diffusent en langue anglaise.

Aucun autre travail traitant de la masturbation et d’une prise en charge médicale de la persistance du phimosis n’avait été publié auparavant. Je suis donc un précurseur.

Suite à ces publications j’ai reçu des enfants, des ados, des jeunes et moins jeunes adultes, en consultation ; en provenance de toute la France mais aussi des pays limitrophes. Et puis j’ai consulté par mail avec des étrangers, Nord et Sud-Américains, Australiens… J’ai été demandé pour intervenir à la tribune du Seventh International Symposium on Human Rights and modern Society à l’université de Georgetown Washington D.C. en avril 2002. J’y ai été gratifié d’une standing ovation prolongée.

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page