Vous êtes ici : Accueil > Circoncision : comprendre > La circoncision masculine, qu’est-ce que c’est exactement ?
La circoncision masculine, qu’est-ce que c’est exactement ?

La circoncision masculine, qu’est-ce que c’est exactement ?

Avertissement : certaines images et vidéos de cet article peuvent choquer.

La circoncision masculine consiste en l’ablation du prépuce, une partie normale, saine et fonctionnelle du pénis.

Elle est le plus souvent effectuée sans aucune raison thérapeutique sur des bébés ou des enfants qui ne peuvent évidemment pas donner un consentement libre et éclairé.

Par conséquent, la circoncision constitue une grave atteinte à l’intégrité physique de l’individu qui la subit et pose un problème éthique fondamental.

La circoncision est irréversible : elle modifie de manière irréparable le corps de la victime en supprimant de manière définitive le prépuce et les fonctions qui lui sont propres.

En France, voici ce que dit la loi :

Il ne peut être porté atteinte à l’intégrité du corps humain qu’en cas de nécessité médicale pour la personne ou à titre exceptionnel dans l’intérêt thérapeutique d’autrui.

Le consentement de l’intéressé doit être recueilli préalablement hors le cas où son état rend nécessaire une intervention thérapeutique à laquelle il n’est pas à même de consentir. Article 16-3 du Code civil

De plus, le Code de déontologie médicale indique :

Aucune intervention mutilante ne peut être pratiquée sans motif médical très sérieux et, sauf urgence ou impossibilité, sans information de l’intéressé et sans son consentement. – Article 41 du Code de déontologie médicale

La circoncision pratiquée sur un enfant en bonne santé consiste en l’ablation de tissus sains et fonctionnels : il s’agit donc d’une mutilation sexuelle qui viole le Code civil et le Code de déontologie médicale.

 

La circoncision : des origines à nos jours

La circoncision est l’opération chirurgicale la plus ancienne connue chez l’homme et la plus pratiquée, encore aujourd’hui, sur les individus de sexe masculin.

Dès lors, plusieurs questions peuvent se poser :

  • Quelle est son origine, son histoire ?
  • Pour quelles raisons est-elle pratiquée ? Dans quelles régions du monde ?
  • Comment est-elle réalisée ?
  • Quels sont les taux de prévalence dans les différents pays ?

Toutes les réponses à ces questions dans notre dossier : La circoncision dans le monde.

De plus, il subsiste de très nombreuses idées reçues sur la circoncision, lesquelles ont pour conséquence de pérenniser la pratique : tour d’horizon et explications.

 

Gravure d'une circoncision dans un temple égyptien

Gravure d’une circoncision sur le mur d’un temple égyptien.

Le prépuce : tous les bébés naissent avec !

Les  bébés de sexe masculin naissent avec un prépuce qui recouvre et protège le gland du pénis. De la même manière, les bébés de sexe féminin naissent avec un prépuce, appelé aussi capuchon du clitoris, qui recouvre et protège le gland du clitoris.

Pénis d'enfant intact

Sexe du petit garçon : le prépuce recouvre le gland.

Un peu d’anatomie : le prépuce, c’est quoi au juste ? Quelles sont ses fonctions ? Comment se développe-t-il ?  Lire notre article sur le prépuce !
Les parents se posent souvent des questions sur le décalottage et le phimosis : explications avec cette interview du Docteur Winckler.

Il ne faut jamais forcer le décalottage : il est physiologiquement naturel chez l’enfant que le prépuce soit collé au gland et ne puisse être rétracté.

La rétraction du prépuce se fera de manière naturelle et progressive, au fil du temps, à un âge très variable qui s’étale de l’enfance à l’adolescence.

Lorsque le décalottage est possible, le gland est mis à nu lors de l’érection :

Sexe masculin intact au repos et en érection

Au repos, le prépuce recouvre et protège le gland. En érection, il se rétracte et assure le confort lors des rapports sexuels.

Intact, entier, naturel : tels sont les qualificatifs que l’on peut employer pour parler d’un pénis qui n’a pas été altéré par la circoncision.
Le terme « non circoncis » est incorrect : dire qu’un pénis est non circoncis suppose en effet que l’état naturel d’un pénis serait d’être circoncis, alors que l’état naturel d’un pénis est d’être intact, avec un prépuce.

Prise en charge de la douleur

La circoncision est une opération très douloureuse et l’on sait aujourd’hui que le nouveau-né ressent la douleur comme l’adulte.

L’idéal est d’effectuer une anesthésie générale mais cela comporte toujours un risque, surtout chez les plus jeunes. Et, même dans ce cas-là, la blessure provoquée par l’ablation du prépuce continuera à faire mal et à gêner la victime plusieurs jours après l’opération.

De plus, beaucoup d’enfants victimes de la circoncision ne reçoivent aucune anesthésie préalable : c’est souvent le cas aux États-Unis ou lors de circoncisions rituelles juivesmusulmanes et autres.

Circoncision d'un bébé américain

Aux États-Unis, la circoncision est souvent réalisée sans anesthésie.

Le saviez-vous ? Chez l’enfant, le prépuce est physiologiquement collé au gland afin de le protéger. Lors de la circoncision, il faut alors séparer le prépuce du gland, ce qui est très douloureux.

Un anesthésique local à base de crème EMLA est parfois utilisé, mais cela n’est pas du tout efficace.

Interview du Docteur Annequin, spécialiste de la douleur chez l’enfant :

Techniques opératoires en milieu hospitalier

Différentes méthodes et différents outils peuvent être utilisés pour amputer le prépuce : méthode traditionnelle avec des pinces ou dispositifs spécialement dédiés à la procédure comme nous le verrons plus loin.

La circoncision, comme toute opération chirurgicale, ne peut se justifier que par une raison médicale valable combinée à l’absence d’alternative à l’intervention chirurgicale. Dans ce cas, on parle alors de posthectomie.
Or, la très grande majorité des circoncisions réalisées de par le monde le sont pour des raisons non médicales, sur des enfants en bonne santé.
Attention : de nombreuses posthectomies sont mal diagnostiquées et pourraient être évitées !

En effet, certains médecins mal renseignés ou pro-circoncision : 

  • ne savent pas différencier un phimosis pathologique (résultant d’une maladie) d’un phimosis physiologique, état naturel qui ne nécessite pas de traitement ;
  • n’informent pas les parents sur les alternatives à la circoncision (dermocorticoïde, plastie du prépuce), qui devraient pourtant être proposées en premier lieu ;
  • effectuent des décalottages forcés qui entraînent des lésions et résultent finalement sur le diagnostic d’une circoncision.

Méthode traditionnelle

Photos du pénis d’un enfant en train d’être circoncis dans un hôpital avec scalpel et pinces hémostatiques :

Photo de la circoncision d'un enfant

Notez la quantité de peau qui sera perdue suite à la procédure.

Photo circoncision masculine hôpital

Certains refusent d’y voir d’une mutilation sexuelle (pourquoi ?)

Photo d'un pénis en train d'être circoncis

On distingue parfaitement que la face intérieure du prépuce est une muqueuse.

Dispositifs spéciaux

De nombreux dispositifs ont été spécialement développés pour pratiquer la circoncision.

C’est le cas de la pince Gomco, l’appareil le plus utilisé pour circoncire les bébés aux États-Unis :

Pince ou clamp Gomco

La pince Gomco a été inventée en 1934

Vidéo d’une circoncision infantile réalisée avec une pince Gomco :

Autre vidéo de circoncision avec pince Gomco.

Un autre dispositif très populaire pour pratiquer la circoncision est le Plastibell.

Outil de circoncision Plastibell

Le Plastibell a été inventé en 1950

Vidéo d’une circoncision infantile avec le Plastibell :

Pour plus de photos et d’images sur le déroulement d’une circoncision, consultez cette page.

Les différents types de circoncision

Selon le circonciseur et l’outil utilisé durant la procédure, le résultat obtenu n’est pas toujours le même et on peut catégoriser les circoncisions comme suit :

Tout d’abord, la circoncision peut être soit serrée, soit relâchée :

  • Circoncision « serrée » (tight) : lorsque beaucoup de peau a été excisée.
  • Circoncision « relâchée » (loose) : une quantité variable de peau a été préservée.

Ensuite la circoncision peut être soit basse, soit haute :

  • Circoncision « basse » (low) : la cicatrice est proche de la couronne du gland car le circonciseur a enlevé plus de muqueuse que de peau.
  • Circoncision « haute » (high) : la cicatrice est située sur la hampe du pénis car le circonciseur a enlevé plus de peau que de muqueuse.

Cela donne donc un total de 4 variantes possibles.

Pénis circoncis haut et serré avec cicatrice très visible

Circoncision haute et serrée : la cicatrice est très visible et l’on note la différence de couleur entre la peau et la muqueuse.

Photo d'un pénis circoncis bas et relâché

Circoncision basse et relâchée : la cicatrice est moins visible et il reste assez de peau pour maintenir un certain coulissement du pénis.

En fonction du degré de circoncision subi, les hommes doivent utiliser leur salive ou un lubrifiant afin de se masturber ou se faire masturber : il n’y a en effet plus de prépuce ni assez de peau pour coulisser sur le pénis.
Pénis circoncis, cicatrice haute

Ici, beaucoup de peau a été enlevée : impossible de se masturber sans lubrifiant.

Les conséquences de la circoncision

Quelle que soit la manière dont la circoncision a été réalisée, chaque victime perd définitivement son prépuce et les fonctions qui y sont associées, en plus de garder une cicatrice souvent inesthétique ainsi qu’un gland kératinisé à l’aspect dur et sec, puisque la muqueuse de celui-ci n’est plus protégée par le prépuce.

Conséquences de la circoncision masculine

En savoir plus :

  • La circoncision a non seulement des conséquences sur la sexualité de l’homme circoncis, mais également sur celle de sa partenaire sexuelle (à notre connaissance, il n’y a pas encore d’études qui ont été menées sur les conséquences éventuelles chez le partenaire sexuel) : comprendre pourquoi.
  • La circoncision peut entraîner des troubles psychologiques chez l’enfant ou l’adulte : découvrez comment.
  • Le risque de complication est réel, même lorsque l’opération est réalisée par un professionnel de santé et dans des conditions optimales : en savoir plus.
Le saviez-vous ? Certains hommes circoncis se lancent dans une procédure de restauration du prépuce, leur permettant de regagner en sensibilité et d’améliorer ainsi leur sexualité et leur état psychologique.

Une mutilation sexuelle banalisée

Raisons de l’acceptation de la pratique

Comment se fait-il que la circoncision soit considérée comme une pratique acceptable dans une société qui se dit civilisée et dans laquelle les enfants font l’objet d’une attention particulière ?

Principalement parce que la procédure est médicalisée : c’est-à-dire qu’elle est réalisée par un médecin, avec des outils appropriés, en milieu hospitalier. Dans notre imaginaire, cet environnement médical sécurisé et optimal tend à nous retirer toute méfiance, voire à nous réconforter.

La circoncision est également sujette à une politique de banalisation à l’échelle internationale de la part des pro-circoncisions de tous bords.

Ainsi, l’ignorance l’emporte : lorsqu’une personne entend parler de la circoncision pour la première fois, c’est souvent en des termes rassurants comme : « Oh, ce n’est rien : on enlève juste un petit bout de peau inutile, ça ne fait pas mal ! », voire en des termes favorables, comme : « Cela a même des avantages pour la santé ! », diffusant ainsi de nombreuses idées reçues.

C’est pourquoi l’opinion publique ne se scandalise pas, ne se pose pas de questions sur le sujet ou se rassure derrière la médicalisation de la pratique.

Mutilation : un terme excessif ?

Pour toutes les raisons évoquées ci-dessus, la circoncision masculine est rarement considérée comme une mutilation sexuelle.

Pourtant, si la circoncision n’est pas effectuée en milieu hospitalier, les gens sont généralement bien plus enclins à la considérer comme telle :

Circoncisions collectives d’enfants

Circoncisions collectives d’enfants

Ce n’est pas parce que le circonciseur est un médecin et qu’un lieu banal est remplacé par une salle d’opération que la circoncision cesse d’être une mutilation sexuelle : la médicalisation et la banalisation de la pratique rendent la circoncision plus tolérable pour notre société, mais elle n’est pas pour autant acceptable. Les enfants continuent d’être mutilés et les circonciseurs, rémunérés, même si cela est fait plus « proprement » (risques de complications diminués, car opération pratiquée dans un cadre et des conditions optimales).

 

Et si les mutilations génitales féminines étaient médicalisées ? Faites par des médecins à l’hôpital, avec des degrés de douleurs et de complications réduits, deviendraient-elles pour autant acceptables ? NON !

Voilà pourquoi la prudence est de mise : certains partisans des mutilations génitales féminines essaient en effet d’amener à la médicalisation de ces pratiques afin de les dédramatiser et de les faire mieux accepter aux yeux de tous.

L’âge ne change rien

Un autre argument surprenant considère que si la pratique est faite sur un enfant, alors elle est acceptable.

Dans certaines régions du monde, des hommes adultes sont circoncis de force : personne ne conteste le fait qu’ils sont victimes d’une atteinte à l’intégrité physique et d’une mutilation sexuelle.

Si l’on considère qu’un adulte a droit à l’intégrité génitale, pourquoi en serait-il autrement pour un enfant ?

De plus, un enfant n’est pas en mesure de fuir ou de se défendre : c’est pourquoi il est de notre devoir de mieux le protéger.

Une opposition malheureuse

La circoncision masculine est rarement considérée comme une « mutilation sexuelle » car certains estiment que cette appellation ne mérite de s’appliquer qu’aux femmes victimes de mutilations sexuelles, appelées mutilations génitales féminines (MGF).

Est considérée comme mutilation génitale féminine toute procédure qui implique l’ablation totale ou partielle des organes génitaux externes féminins et/ou toute autre blessure de ceux-ci pour raisons non médicales.

Donc quel que soit le degré de gravité de la procédure, celle-ci sera considérée comme une mutilation.

Ainsi, l’ablation du capuchon du clitoris (équivalente à l’ablation du prépuce) ou une piqûre rituelle sans perte de tissus sont considérés comme mutilation génitale féminine, et pas seulement l’excision du clitoris ou l’infibulation.

Dans ce cas, comment ne pas considérer comme mutilation génitale masculine l’ablation du prépuce des petits garçons pour raison non médicale ?

Tous les êtres humains n’ont-ils pas le même droit à l’intégrité physique ? 

Malgré cela, pour des raisons politiques ou stratégiques, les organismes et ONG comme l’Unicef ou Amnesty International refusent catégoriquement d’aborder la circoncision masculine et de la considérer comme mutilation sexuelle, trahissant ainsi leur mission de protéger tous les enfants.

Mutilation : non, le terme n’est pas excessif !

Quelles que soient les personnes qui s’en prennent au sexe d’autrui…

Mutilateurs d'enfants

Quels que soient leurs outils…

Outils de mutilation génitale

Quels que soient le sexe et l’âge de la victime…

Mutilation génitale d'hommes et de femmes

 

Toute procédure telle que l’ablation ou la blessure d’une partie du sexe féminin ou masculin pour une raison non médicale et effectuée sans le consentement libre et éclairé de l’individu est une mutilation sexuelle.

Institutions contre la circoncision

Ces dernières années, un nombre croissant d’institutions, médicales notamment, ont pris position contre la circoncision non thérapeutique imposée aux enfants.

En voici une liste non exhaustive :

Ces différents groupes rappellent que le prépuce est une partie intégrante et fonctionnelle du sexe masculin, que la circoncision non thérapeutique imposée à un enfant est contraire à l’éthique médicale et aux droits de l’enfant en plus d’être douloureuse et risquée.

L’intactivisme : mouvement pour l’intégrité génitale

Aux États-Unis, dans la seconde partie du XXème siècle,  un mouvement d’opposition à la circoncision infantile fait son apparition.

Ce mouvement prendra le nom d’intactivisme, de l’anglais intactivism : contraction des mots intact (intact) et activism (activisme).

Les intactivistes demandent à ce que les garçons comme les filles jouissent du même droit à l’intégrité physique et soient donc légalement protégés contre les mutilations sexuelles.

Lire notre article de référence : Le mouvement intactiviste, qu’est-ce que c’est ?

Droit au Corps s’inscrit bien sûr dans la lignée du mouvement intactiviste.

Symbole de l'intégrité génitale

Symbole de la lutte pour l’intégrité génitale.

Témoignages et actions contre la circoncision :

L'intactiviste Jonathon Conte

L’intactiviste Jonathon Conte manifeste : « La circoncision viole les droits de l’homme »

Vidéo d’une manifestation intactiviste à Washington, D.C. :

Aller plus loin

Le sujet vous intéresse ? Vous souhaitez en apprendre plus sur la circoncision, ses causes et ses conséquences ?

Pour d’autres sites internet sur le sujet, voir notre page : Sites de référence sur la circoncision.

Si vous recherchez un livre sur le sujet, la référence en français à ce jour est l’ouvrage de Sami A. Aldeeb Abu-Sahlieh : Circoncision masculine – circoncision féminine: débat religieux, médical, social et juridique (existe également en langues anglaise et arabe).

Nous vous recommandons également de consulter notre chaîne vidéo sur laquelle vous trouverez de nombreux témoignages, ainsi que celle de notre ami James Loewen qui reste la référence en la matière.

Pour passer rapidement en revue les différentes problématiques posées par la circoncision infantile, nous vous conseillons cette excellente présentation :

Autres vidéos recommandées (anglais) : 

Mots clés qui ont permis aux internautes de trouver l'article:

  • circoncision
  • circoncision adulte
  • circoncision masculine
  • restauration prepuce
  • photo circoncision

Un commentaire

  1. Qu’est ce que le prépuce et les conséquences de son ablation : « Le prépuce est une lèvre aux riches fonctions sexuelles, et donc un organe ; son ablation est une mutilation »

    https://www.academia.edu/4087434/Le_prepuce_est_une_levre_aux_riches_fonctions_sexuelles_et_donc_un_organe_son_ablation_est_une_mutilation_mis_a_jour_le_03.01.2014_

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Revenir en haut de la page