Vous êtes ici : Accueil > Actualité > Mutilations sexuelles : bilan d’actualité de juillet 2015

Mutilations sexuelles : bilan d’actualité de juillet 2015

Droit au Corps vous propose chaque mois un retour sur l’actualité concernant les mutilations sexuelles féminines, masculines et intersexes. Voici ce qu’il fallait retenir en ce mois de juillet 2015.

Pour suivre l’actualité en continu, suivez-nous sur FacebookTwitter ou Google+ !

Sommaire :

Actualité concernant l’excision

Discours d’Obama au Kenya

Dans un discours prononcé lors d’une visite historique au Kenya, le président des États-Unis Barack Obama a notamment condamné les violences faites aux femmes, dont les mutilations sexuelles féminines.

C’est à partir de 29:55 dans l’extrait vidéo suivant :

Nous espérons qu’un président américain condamnera également un jour les mutilations sexuelles masculines et intersexes ayant lieu dans son propre pays.

Lauren Sardi, professeure adjointe de sociologie, a relevé ce double standard dans une colonne publiée sur le site du New Haven Register. Sa conclusion : « Avant de pointer du doigt les autres pays, c’est une bonne idée de d’abord jeter un œil à nos propres traditions. Nous pourrions être surpris par ce que nous apprenons sur nous-mêmes. »

L’occasion pour nous de vous informer, si vous l’aviez ratée, de la publication de notre lettre ouverte à la journaliste et militante féministe Mona Eltahawy : Mutilations sexuelles : vers une compassion universelle.

Rappelons que les mutilations sexuelles féminines, bien qu’illégales et fermement condamnées, existent aussi aux États-Unis (voir plus bas), et qu’elles étaient encore encouragées au siècle dernier par certains scientifiques pour les mêmes raisons que la circoncision.

Vigilance à l’occasion des vacances d’été

Nous en parlions le mois dernier, les vacances d’été sont synonyme de risque pour des milliers de petites filles et d’adolescentes d’être sexuellement mutilées lors d’un voyage dans le pays d’origine de leurs parents.

Une nouvelle vidéo du Conseil de l’Europe met en garde contre ce risque :

Rappelons que l’association Excision, parlons-en ! a publié le mois dernier une fiche réflexe intitulée “Prévenir les risques d’excision avant les vacances scolaires”.

Royaume-Uni

« Pour la première fois, la justice anglaise a autorisé la police à saisir les passeports de deux mineures qui risquaient d’être excisées pendant leurs vacances en Afrique. Une loi passée en octobre 2014 permet aux autorités d’interdire de sortie du territoire des jeunes filles risquant d’être mutilées, ainsi que toute personne soupçonnée d’organiser ces voyages, rapporte le Guardian. » (Lire la suite sur Slate)

À lire également : London airport staff battle to stop FGM during summer holidays (The Daily Telegraph)

France

Si vous n’y êtes pas abonné, sachez que la newsletter de Excision, parlons-en ! est en ligne, de même pour le bulletin mensuel du GAMS n°3.

Aussi, n’hésitez pas à suivre le blog du GAMS, sur lequel sont publiés de nombreux billets, souvent des traductions d’articles en anglais.

Belgique

Voici un entretien avec Fabienne Richard, directrice du GAMS Belgique, à propos de MEN SPEAK OUT, un projet visant à « impliquer les hommes dans l’abolition des mutilations génitales féminines (MGF) et, dans un sens plus large, l’abolition des violences faites aux femmes et la promotion de l’égalité des sexes via une approche basée sur les droits humains. »

États-Unis

L’association Égalité Maintenant lance une pétition pour protéger les femmes et les filles des mutilations génitales féminines. « Aux États-Unis, jusqu’à 507 000 femmes et filles ont subi ou risquent de subir des mutilations génitales féminines (MGF). » (Lire la suite sur le site de Egalité Maintenant)

Égypte

Pouvons-nous réellement éliminer les MGF en Égypte d’ici 2030 ? C’est le titre d’un article publié sur openDemocracy par Amel Fahmy, cofondatrice de HarassMap et directrice générale de Tadwein, un centre de recherche sur l’égalité des sexes en Égypte.

Un article publié sur Vocativ s’intéresse aux mères égyptiennes qui vont sur Internet pour demander des conseils concernant la circoncision de leur(s) fille(s).

Kenya

Malgré les progrès réalisés par le Kenya au cours de ces dernières années dans la lutte contre les mutilations génitales féminines, une nouvelle tendance menace : les filles sont excisées dans des pays voisins.

Reportage vidéo de AFP TV :

Australie

Des femmes victimes de mutilation sexuelle demandent à bénéficier de la chirurgie réparatrice qui n’est pas facilement accessible dans le pays, rapporte ABC. « Je pense que c’est un droit humain pour les femmes d’avoir accès à cette chirurgie si elles le veulent, » a déclaré Paula Ferrari, directrice générale de No FGM Australia. « Et présentement il y a des obstacles qui rendent difficile l’offre de cette chirurgie aux victimes australiennes. » (lire l’article de ABC).

Actualité concernant la circoncision

États-Unis

Suite de l’affaire Chase : Heather Hironimus, la mère du petit Chase, sera en mesure d’éviter les poursuites judiciaires si elle respecte certaines conditions. Elle a en effet accepté un arrangement avec la justice (Sun Sentinel).

Reportage de la chaîne de télévision américaine WPTV :

À ce jour, on ne sait toujours pas si le petit Chase a été circoncis ou non.

Afrique du Sud

« Trente-deux jeunes garçons sont morts et plus de 150 ont été hospitalisés cette année lors des cérémonies traditionnelles d’initiation pratiquées par certaines ethnies sud-africaines, a indiqué le gouvernement mardi [21 juillet], alors que la saison des initiations tire à sa fin. » (lire la suite sur France 24)

Algérie

« Durant chaque mois de Ramadhan, le débat autour de la circoncision refait surface. Des médecins tentent de sensibiliser les gens sur la dangerosité de sa pratique par des non spécialistes et dans des environnements non aseptisés. » (Lire la suit sur Algérie Focus)

« La présidente de l’Association nationale des hémophiles d’Alger, Latifa Lemhen a mis l’accent sur la nécessité d’élaborer un protocole médical définissant l’âge et les conditions de circoncision des enfants pour éviter des décès dus à l’ignorance par certaines familles de cette maladie héréditaire. » (Lire la suite sur Algérie Presse Service)

Maroc

La Nouvelle Tribune a publié sur son site Internet une enquête sur les incidents liés à la circoncision. « S’agit-il réellement de cas isolés, ou bien les incidents sont-ils si nombreux que l’on devrait s’en inquiéter ? S’agit-il de simples risques liés à la chirurgie ou d’erreurs médicales ? Et pourquoi n’en parle-t-on pas ? », s’interroge l’hebdomadaire marocain.

Les conséquences de la circoncision

Pour les anglophones : la présentation de Tim Hammond faite à Francfort en mai dernier à l’occasion de l’événement « Genital Autonomy 2015 » et qui porte sur les conséquences de la circoncision infantile est maintenant disponible en vidéo (49 minutes).

Mutilations sexuelles intersexes

États-Unis

Le site Internet Law Street Media a publié un article s’intéressant à la question des opérations chirurgicales pratiquées sur les enfants intersexes :

« Alors que beaucoup de gens des États-Unis se préoccupent souvent de la ‘mutilation génitale féminine’ dans d’autres pays, très peu de médias traditionnels mettent l’accent sur les opérations chirurgicales non consensuelles des organes génitaux de nourrissons qui sont fréquemment pratiqués dans les hôpitaux aux États-Unis. Environ une personne sur 1.200 naissances aux États-Unis est un enfant intersexué, et les médecins traitent généralement ces nourrissons avec des chirurgies génitales.

Quel est le but de ces chirurgies génitales, et pourquoi est-ce que les personnes intersexes et les défenseurs qualifient souvent ces chirurgies de mutilations génitales ? »

L’Organisation Internationale des Intersexes aux États-Unis s’est réjouie de cette publication.

Québec

Un article de recherche publié dans la revue Intervention et intitulé L’enfant intersexué : dysphorie entre le modèle médical et l’intérêt supérieur de l’enfant évoque entre autre le problème des “chirurgies normatives” que subissent beaucoup d’enfants intersexes. Voir notamment la partie 2.2 : “Le traumatisme lié à la chirurgie”.

Une information importante nous a échappé ? Merci de nous la signaler dans les commentaires !

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page