Vous êtes ici : Accueil > Actualité > Mutilations génitales : l’actualité du mois de mars 2014

Mutilations génitales : l’actualité du mois de mars 2014

Droit au Corps vous propose chaque mois un retour sur l’actualité concernant les mutilations génitales imposées, que celles-ci soient féminines (excision) ou masculines (circoncision).

Pour suivre l’actualité en continu, suivez-nous sur TwitterFacebook et Google+ !

Sommaire :

  1. Genital Integrity Awareness Week 2014
  2. CAN-FAP défie Bill Gates
  3. Excision : Trop de Souffrance (vidéo)
  4. Un humoriste dénonce la circoncision (vidéo)
  5. Circoncision : tout l’actualité
  6. Excision : toute l’actualité

Genital Integrity Awareness Week 2014

La Genital Integrity Awareness Week (semaine de sensibilisation à l’intégrité génitale) est une manifestation qui a lieu chaque année à Washington D.C..

Comme son nom l’indique, le but est de sensibiliser le public au droit humain fondamental qu’est l’intégrité génitale.

L’événement fêtait cette année sa 21ème représentation consécutive et s’est déroulé du 24 au 30 mars, ce dernier jour étant celui où le projet de loi fédéral interdisant les mutilations sexuelles féminines est entré au vigueur aux États-Unis : c’était en 1997.

Les intactivistes demandent donc fort logiquement que les petits garçons soient eux aussi protégés contre toute forme d’atteinte à leur intégrité génitale.

Article de Intact NewsArticle de Ynetnews

Voici quelques photos de l’événement prises par James Loewen :

Manifestation intactiviste : GIAW 2014

Protection des organes génitaux pour les filles ET les garçons !”

Intact Genitals are a Human Right

Tout est dit !

Jonathon Conte, GIAW 2014

Jonathan Conte

Bloodsteined Men, GIAW 2014

Bloodsteined Men and their friends

Evil Empire Requires Baby Circumcision

Apparition de Dark Vador ! “L’empire du mal exige la circoncision des bébés”

Accéder aux albums photos de James Loewen : album 1, album 2.

Vidéo de l’événement :

Autres vidéos :

CAN-FAP défie Bill Gates

A l’occasion d’une conférence qui s’est tenue le 18 mars à Vancouver et à laquelle participait Bill Gates, le Canadian Foreskin Awareness Project (CAN-FAP) en a profité pour manifester contre les programmes de circoncision de masse menés dans certains pays d’Afrique afin de lutter contre le VIH/SIDA.

Ces programmes sont notamment financés par la Fondation Bill-et-Melinda-Gates. C’est pourquoi Glen Callender, le fondateur de CAN-FAP, a désigné Bill Gates comme étant l’ “ennemi numéro un du prépuce.”

CAN-FAP manifeste contre la circoncision des africains

CAN-FAP manifeste contre les campagnes de circoncision en Afrique (Photo : James Loewen)

> Interview de Glen Callender à lire sur Vice.com ;
> Interview radio sur Detroit Sports 105.1 ;
> Quelques articles de presse : Metro NewsHuffington PostCanoeVocativ.

Reportage de James Loewen :

Dans son émission télévisée, le présentateur américain Seth Meyers s’est moqué de l’événement. Glen Callender lui a alors répondu en vidéo avec l’humour qu’on lui connait !

Excision : Trop de Souffrance

Too Much Pain (Trop de Souffrance) est le titre d’une série de vidéos sur l’excision.

Dans la première partie, des femmes réfugiées racontent pourquoi elles ont dû fuir suite à leur engagement à mettre fin à la pratique des mutilations génitales féminines :

Pour accéder à l’ensemble des vidéos, cliquez ici.

Un humoriste dénonce la circoncision

Bryan O’Gorman, un humoriste canadien, dénonce la circoncision imposée aux enfants dans un sketch que nous vous invitions à découvrir (à partir de 3:18) :

Dans des registres différents, voir aussi les sketchs de Joe Rogan ou encore Michel Leeb.

L’actualité de la circoncision

En France

Christian Castagnola, Vice-Président de l’Association Française d’Urologie (AFU) et Responsable du Comité d’Éthique et de Déontologie de l’AFU, a rédigé un édito disponible sur le site officiel de l’association et dont voici un extrait :

Dans notre pays, de manière assez surprenante, le débat sur la circoncision ne rencontre que peu d’écho. Alors que le mouvement intactiviste se développe, que certains religieux proposent de repousser la circoncision à la majorité du garçon (mouvement Brit Shalom…), que la laïcité est au cœur du débat politique, comment pourrions-nous échapper à cette réflexion sociétale ! A l’heure de la rationalisation des soins, des recommandations de bonne pratique, de la pertinence des indications, du bénéfice-risque, de l’évaluation et de la gestion du risque, la circoncision rituelle est l’irruption dans notre consultation du sacré, voire du mystique. Et, devant la demande d’une famille, elle laisse l’urologue dans une position inconfortable vis à vis de sa prise en charge. […]

Mohamed Louizi, ancien président de l’association des Etudiants Musulmans de France, a lancé un appel citoyen sur son blog, intitulé “Sauvons nos garçons !” :

Pour briser cette « loi » du silence … pour interpeller ces «notables» proclamés et autoproclamés et les mettre devant leurs responsabilités morales … pour bousculer cet ordre religieux établit … pour libérer cette parole qui doute … pour interpeller les pouvoirs publiques … pour protéger ces enfants et bébés innocents … pour mener des actions citoyennes de tout genre et sous toutes formes légales, cette cause devra réunir toutes celles et tous ceux qui croient en sa justesse et en son urgence !

C’est pourquoi, je lance aujourd’hui - le jour de mon 36ème anniversaire - cet « APPEL » citoyen, en direction de toute personne, femme et homme, croyante ou non, parent ou pas … qui pense que cette cause mérite que l’on s’y intéresse.

La visée première de cette initiative est de constituer une équipe de travail, basée physiquement et domiciliée légalement en métropole lilloise, pour commencer, organisée dans un cadre associatif à but non lucratif (association loi 1901), qui réfléchira aux contenus, exprimera sous toutes formes et supports des éclairages religieux, médicaux, psychologiques, … et autres. Et mettra en place des plans d’actions plaçant, dans la durée, cette question au cœur du débat sociétal, avec l’organisation périodique de nombreuses rencontres, conférences, tables rondes, échanges d’expériences, ateliers de témoignages … et pourquoi pas, célébrer une « journée de sensibilisation contre la circoncision » ! […]

L’Association contre la Mutilation des Enfants (AME) a publié son Journal pour les Droits de l’Enfant numéro 57 : à lire sur leur site.

En Amérique du Nord

New-York : un rabbin bafoue fièrement le droit de consentement parental concernant le rite controversé metzitzah b’peh qui consiste à placer sa bouche sur le sexe du bébé tout juste circoncis afin d’en aspirer le sang (Forward) ;

Québec : polémique après les propos d’une candidate politique qui a qualifié la circoncision (ainsi que le baptême) de viol (Huffington Post) ; Elle s’est ensuite excusée sans toutefois rectifier ses propos (La Presse).

Pourquoi circoncire des pénis en parfaite santé ? C’est ce que demande Alice Dreger, professeur à la faculté de médecine Feinberg de l’université Northwestern à Chicago : lire l’article.

People : la prise de position du célèbre acteur Alan Cumming contre la pratique a fait l’objet d’un article à lire sur Salon.com ; les critiques que lui adresse la journaliste ont trouvé réponse sur le blog Circumcision Diaries.

Sexe : des femmes américaines expliquent leurs préférences entre pénis intacts et circoncis (Your Tango). A quand un article demandant aux hommes s’ils préfèrent des vulves avec ou sans lèvres ?

Pourquoi les parents américains choisissent-ils de faire circoncire leur enfant ou de le garder intact ? Le blog de maman The Stir a regroupé 24 arguments issus de parents : la moitié pro-circoncision, l’autre moitié anti-circoncision.

Voici d’ailleurs un nouveau témoignage de maman qui regrette d’avoir fait circoncire son fils, quand une autre est au contraire heureuse de prendre une photo de son fils au côté du prépuce fraîchement coupé.

Et afin d’illustrer à quel point les parents américains sont poussés par le corps médical à faire circoncire leurs enfants, l’association The Whole Network a demandé des témoignages sur sa page Facebook : on comprend tout de suite mieux pourquoi la circoncision est encore si répandue aux États-Unis (voir également notre article de référence).

The Whole Network a également publié sur son site internet un article qui s’attaque à l’argument selon lequel il est préférable de circoncire un individu durant l’enfance plutôt qu’à l’âge adulte. Lire l’article : Is Circumcision Better to do as a Baby ?

Interview de Shalom Auslender, écrivain et essayiste américain issu d’une famille de juifs orthodoxes, à lire sur Wiener Zeitung :

Il ne fait aucun doute que l’acte de la circoncision est brutal, vicieux et archaïque.

Le blog Joseph4GI lance une série d’articles intitulée Circumcision Phallusies : lire la première partie.

En Europe

Danemark : l’association Intact Denmark a rencontré un père musulman qui a choisi de laisser ses enfants intacts (Just a Snip) ;

Lors d’une émission de radio, le ministre de l’Enfance et de l’Egalité a répondu à un auditeur qui lui demandait pourquoi les jeunes garçons n’étaient pas protégés de la circoncision :

Ayant appris plus de choses sur la circoncision des garçons depuis un an, j’avoue avoir pris conscience que cette question n’est pas aussi simple que je l’avais pensé auparavant.

C’est pourquoi j’ai changé mon point de vue, car cette pratique nuit à la sexualité de beaucoup d’hommes et a certaines conséquences physiques.

Même s’il s’insère dans un contexte religieux, nous devons oser tenir ce débat sur la circoncision.

Je respecte totalement la religiosité d’autres personnes, mais cela ne signifie pas que j’accepte en aucune façon que l’on puisse faire n’importe quoi au nom de la religion.

Le débat est donc extrêmement difficile, mais il faut oser le tenir.

Pays-Bas : deux cadres de la division jeunesse du parti au pouvoir ont appelé à une interdiction de la circoncision non-thérapeutique des garçons mineurs (JTA) ;

Norvège : le ministre de la Santé a déclaré que sa proposition de loi exigerait que la circoncision rituelle ne puisse avoir lieu qu’à l’hôpital, afin de prévenir des complications, ajoutant que son gouvernement n’avait jamais considéré une interdiction de la pratique (The Local) ; Quelques jours plus tard, on apprenait que le syndicat des infirmiers norvégiens avait demandé au gouvernement d’interdire la circoncision, pour des raisons autres que médicales, en dessous de l’âge de 15 ans (The Time of Israel) ;

Hongrie :  lors d’une conférence organisée par le Centre Rabbinique Européen, un porte-parole du gouvernement hongrois a assuré qu’il n’y avait aucun risque que la circoncision (ainsi que l’abattage rituel) ne soient remis en cause dans le pays comme c’est le cas actuellement dans d’autres pays européens (JTA) ; Lors de la même conférence, le Grand Rabbin de Russie, Berel Lazar, a qualifié les opposants à la circoncision d’antisémites qui essaieraient de s’attaquer à l’âme des juifs et a appelé les participants à faire tout ce qui était possible pour que chaque garçon juif soit circoncis (Jerusalem Post) ;

Israël : suite de l’affaire Elinor ; ce mois-ci, le procureur général a écrit à la Haute Cour de Justice que c’était aux tribunaux des affaires familiales et non pas aux tribunaux rabbiniques de décider si un enfant doit être circoncis dans le cas ou les parents sont en désaccord sur la question (Jerusalem Postactualité du mois dernier : voir La circoncision dans le monde -> Israël) ; Un juge statuant dans une affaire de circoncision ratée a exhorté le Parlement israélien de réglementer la pratique (TLV1, avec l’intervention d’Eran Sadeh).

En Afrique

Dans les pays ciblés par les programmes de circoncision, des hommes circoncis pensent qu’ils ne peuvent plus contracter le VIH et abandonnent ainsi l’utilisation du préservatif (Voice of America) ; Rappelons que la circoncision ne protège pas du sida : (re)lire notre article de référence sur le sujet ainsi que notre entretien avec Michel Garenne, démographe à l’Institut Pasteur.

Afrique du Sud : chaque année, les cérémonies de circoncisions font des dizaines de morts, c’est pourquoi les autorités sanitaires assurent avoir pris toutes les précautions et prônent la circoncision médicalisée (allAfrica) ; Un homme ayant perdu son pénis lors d’une de ces cérémonies a justement été passé à tabac pour avoir osé en parler en public, accusé de faire honte à la coutume (Mail & Guardian) ; Un psychologue questionne la pratique dans un article à lire sur The Sunday Independent ;

Liberia : un enfant âgé d’un an a eu le pénis coupé suite à une circoncision ratée (allAfrica : article 1article 2).

Malawi : l’ONG Banja La Mtsogolo a lancé une mini campagne de circoncision masculine ciblant plus de 5500 hommes (Nyasa Times) ;

Mali : dans son nouvel album, le chanteur Habib Koité a consacré une chanson sur les dangers de la circoncision, après qu’une mère ait perdu son enfant (La Libre Belgique) ; La chanson s’appelle Khafole, un extrait est disponible ici ;

Ouganda : la communauté chrétienne résiste à l’appel de la circoncision (allAfrica) ;

Tanzanie : la campagne pro-circoncision se renforce (Daily News) ; 29 000 circoncisions sont prévues d’ici à septembre dans la région de Rukwa (Daily News) ;

Zimbabwe : une législatrice s’oppose à la circoncision des enfants et indique qu’elle introduira prochainement une mention au parlement (Voice of America) ; La circoncision devient de plus en plus populaire dans le pays, grâce aux médias et à des célébrités : depuis l’année dernière, 200 000 hommes ont été circoncis dans le pays et l’ONG Population Services International prévoit d’arriver à 1,3 million en 2017 (The StandardallAfrica).

L’actualité de l’excision

Pays par pays

France : le Docteur Pierre Foldès, l’inventeur de la technique de réparation chirurgicale des femmes excisées, a fait l’objet d’articles dans Le Parisien et La Croix ;

A Saint-Denis, un hôpital veut offrir une maison aux femmes mutilées (Le Parisien) ;

A l’occasion de la journée contre les MGF, le ministère des Droits des femmes a édité un nouveau dépliant : Les mutilations sexuelles féminines, un crime puni par la loi ;

Le documentaire Marche en Corps 2013 a été diffusé ce mois-ci (Ouest France, voir la bande-annonce) ;

A lire sur le blog d’Isabelle Alonso : “Le ‘point du mari’, qu’est ce que c’est ? Une pratique qui persiste et qui aménage le corps des femmes en fonction des désirs (supposés, en plus !) et plaisir de leur partenaire.”

Grande-Bretagne : deux hommes ont été inculpés en Angleterre pour mutilation sexuelle féminine, une première depuis l’entrée en vigueur en 1985 d’une loi criminalisant cette pratique (20minutes) ;

États-Unis : les mutilations génitales féminines sont en augmentation. Cela s’explique par la hausse de l’immigration en provenance de pays d’Afrique pratiquant l’excision. Le Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention, CDC) estime que 150.000 à 200.000 fillettes sont à risque de subir une excision (NBC News) ;

Burkina Faso : l’hôpital destiné à la reconstruction du clitoris des femmes excisées et financé par le mouvement raëlien ne verra finalement pas le jour (Journal des femmesLes Inrocks) ;

Côte d’Ivoire : à l’occasion de la journée internationale de la femme, le préfet de la ville de Ouangolodougou a exhorté les populations de la localité à abandonner les mutilations génitales (abidjan.net) ;

Les populations de Massadougou et les femmes de Kakologo sensibilisées sur les violences basées sur le genre (abidjan.net) :

Nous avons beaucoup appris. Par exemple pour nous, l’excision et le fait de battre les femmes, font partie de nos coutumes, de nos traditions. On ne savait pas que cela était interdit par la loi. Nous qui avons participé à la réunion, nous allons sensibiliser nos frères qui étaient absents

Djibouti : les différents organes de médias djiboutiens viennent d’adopter un plan d’action pour la période 2014-2015 pour amplifier la sensibilisation contre les mutilations génitales féminines (Xinhua) ;

Égypte : un médecin sera jugé pour avoir pratiqué une excision sur une adolescente (Suhair al-Bata’a) qui est décédée des suites de cette opération dans le nord du pays (Le Parisien, Egalité Maintenant) ;

Kenya : une femme a été condamnée à sept années de prison pour avoir pratiqué l’excision sur une mineure (Standard Digital) ; un article de allAfrica.com fait un point sur la situation dans le pays et montre bien à quel point il est difficile de faire évoluer les mentalités ;

Sénégal : le pays continue d’enregistrer de nouveaux cas d’excision, malgré l’interdiction de la pratique et les vastes campagnes de sensibilisation pour son abandon (Afrinquinfos) ; Afin que les cas d’excision puissent être dénoncés et les procédures judiciaires enclenchées, les acteurs engagés se sont réunis à Dakar pour réfléchir sur de nouvelles stratégies (APS) ; Le Réseau islam et population forme des imams sur la problématique de l’excision (Le soleil) ; l’ONG Tostan est toujours active dans le pays afin de sensibiliser les populations sur les droits humains et notamment l’excision (APS) ;

Somalie : les autorités de la région du Puntland ont interdit les mutilations génitales féminines après des années de débat sur la question (Horseed Media).

Témoignages et interviews

Entretien de la militante Aïscha Dabale à lire sur rfi.fr :

J’ai déclaré que personne ne toucherait à mes filles ou à aucune autre petite fille. On me prenait alors pour une débile mentale, car chez nous, les Afars, c’était un tabou de s’attaquer à ces pratiques.

A lire sur Excision, parlons-en : l’interview de Philipe Baqué dont le film documentaire intitulé Femmes, entièrement femmes a été diffusé le 14 mars sur TV5 monde ;

Canal C, une télévision locale belge, a interviewé Fabienne Richard, coordinatrice du Groupe pour l’abolition des mutilations sexuelles (GAMS) de Belgique : voir l’interview vidéo.

Témoignage de Ali Brahim Hemmeda, jeune femme originaire de Djibouti, qui a rejoint le GAMS : à lire sur Stratégies concertées.

Une information importante nous a échappé ? Merci de nous la signaler dans les commentaires !

Partager / Share :

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page