Vous êtes ici : Accueil > Actualité > Mutilations sexuelles : actualité du mois de septembre 2014

Mutilations sexuelles : actualité du mois de septembre 2014

Droit au Corps vous propose chaque mois un retour sur l’actualité concernant les mutilations sexuelles, que celles-ci soient féminines, masculines ou intersexes. Voici ce qu’il fallait retenir en ce mois de septembre 2014.

Pour suivre l’actualité en continu, suivez-nous sur FacebookTwitter et Google+ !

Sommaire :
  1. Actualité concernant la circoncision
  2. Actualité concernant l’excision
  3. Actualité concernant les mutilations intersexes

Actualité concernant la circoncision

Vidéo du mois

Ancien professeur de psychologie à l’université Bond (Australie), Gregory Boyle est l’auteur de nombreux articles ayant trait au domaine de la psychologie et s’est notamment intéressé aux conséquences psychologiques de la circoncision.

Dans cette vidéo réalisée par James Loewen, il condamne très fermement la circoncision imposée aux enfants, nous raconte sa propre expérience au regard de la pratique et nous fait part de ses observations sur les causes et les conséquences de la circoncision forcée :

Le site d’actualité Inquisitr.com a consacré un article à ce fort témoignage.

Europe

France

Jérôme Segal, enseignant-chercheur engagé dans la lutte contre la circoncision forcée, a publié une tribune dans Libération, intitulée “Etre juif et s’opposer à la circoncision”. Un doctorant nommé Mathias Alcalaï lui a répondu quelques jours plus tard dans une tribune intitulée “La circoncision n’est pas l’excision”, dans laquelle il défend la pratique de la circoncision infantile. Droit au Corps a donc publié la réponse suivante : “Circoncision et excision : deux formes de mutilations sexuelles”.

Un chirurgien accusé d’avoir facturé des circoncisions non thérapeutiques à la sécurité sociale a été reconnu coupable par le tribunal correctionnel de Toulouse “d’avoir escroqué la sécurité sociale en 2006 en facturant des centaines d’interventions fictives ou de circoncisions non justifiées par une pathologie.” (Le Figaro)

Royaume-Uni

Le Medical Practitioners Tribunal Service a interdit à un médecin ayant circoncis 41 garçons dans un environnement non stérile de pratiquer des circoncisions pendant deux ans ; le médecin effectuait ces opérations sans but lucratif, pour rendre service à des familles musulmanes et juives (BBC).

États-Unis

Une mère du comté de Clayton (Géorgie) a lancé une action en justice contre la clinique ayant effectué la circoncision de son petit garçon. La procédure se serait très mal déroulée, laissant l’enfant avec un pénis gravement mutilé.

Mais l’infirmière sage-femme qui a effectué la circoncision a déclaré que les allégations avancées par la mère étaient fausses et qu’elle n’avait pas fait d’erreur durant la procédure (WSB-TV).

Afrique

Sénégal

L’hôpital pour enfants de Diamniadio (HED) a organisé des séances de circoncision gratuite pour près de 350 enfants issus de familles défavorisées. “Et pour consoler [les enfants], il y a des cadeaux qui sont prévus”, a déclaré le docteur Fatou M’baye Sylla, directrice de l’hôpital (APS, Dakar actu). Cette action est bien sûr totalement contraire à l’éthique médicale.

Ouganda

Une nouvelle étude menée auprès de 314 travailleuses du sexe a révélé que plus de la moitié des répondants croient à tort qu’il n’est pas nécessaire de se protéger lors de rapports sexuels avec un homme circoncis (The Observer).

À lire sur allAfrica : le témoignage d’un homme intact qui a failli être circoncis de force, mais qui a pu s’enfuir à temps.

Madagascar

À Madagascar, [la circoncision] est une tradition ancestrale. Tous les garçons sont circoncis, en général vers l’âge de 2 ans, et actuellement les parents optent pour une opération à l’hôpital plutôt que traditionnelle pour des raisons d’hygiène” : reportage audio de Deutsche Welle, à écouter ici.

Malawi

Deux hommes ont été condamnés à huit mois d’emprisonnement pour avoir pratiqué une circoncision forcée sur un garçon de 12 ans (Nyasa Times).

Kenya

Le mois dernier, un garçon de 13 ans a perdu son pénis à cause d’une circoncision ratée ; suite à cet événement tragique, NPR se penche sur ce rite de circoncision qui touche des milliers de jeunes garçons chaque année (lire l’article).

Depuis 2007, l’OMS recommande la circoncision masculine dans certains pays d’Afrique à hauts taux de prévalence du SIDA comme moyen additionnel de lutte contre l’épidémie (toutes les informations dans cet article). Les informations suivantes sont en relation avec ce thème :

Afrique du Sud

Thabo Moatshe, un disc jockey travaillant au sein d’une radio locale de la province de Limpopo, a appelé ses auditeurs à rejeter la campagne de circoncision orchestrée par le gouvernement pour lutter contre le VIH/SIDA, qu’il estime biaisée et trompeuse. Ayant publiquement annoncé qu’il ne se ferait pas circoncire, il a déclaré : “La plupart des hommes pensent que juste parce qu’ils sont circoncis, ils n’auront pas besoin de se protéger. Aussi, on ne donne pas aux gens toutes les données afin qu’ils puissent faire un choix éclairé concernant la décision de subir une circoncision.” Il dénonce également le fait que les hommes ne sont pas informés sur les bénéfices qu’il y a à garder leur prépuce et dit avoir rejoint un groupe intactiviste (Sowetan).

Une nouvelle campagne encourageant les hommes à se faire circoncire a justement été lancée dans la province du Cap-Occidental. Son nom : Clever dick (“Bite intelligente”) (Health24).

Clever Dick Circumcision Campaign South Africa

Le personnage Clever Dick (“bite intelligente”) recommande aux hommes de se faire circoncire.

Zimbabwe

L’organisme de santé Population Services International (PSI) envisage d’importer sa campagne de circoncision dans les écoles, notamment en organisant des tournois de football pour attirer les jeunes garçons et les encourager à se faire circoncire (News Day).

Actualité concernant l’excision

France

À lire sur Excision, parlons-en ! ce mois-ci :

  • l’interview de Christine Loudes, qui dirige depuis cinq ans la campagne End FGM ;
  • l’interview de Abou Amel Camara, coordinateur national de l’ONG Tostan au Mali ;
  • l’interview de Isabelle Wachsmuth-Huguet, responsable EVIPNet, OMS à Genève ;
  • l’interview de Lassana Niakate, président de l’Association des Maliens de Montreuil.

Hélène Conway-Mouret, Sénatrice représentant les Français établis hors de France, ancienne ministre déléguée auprès de Laurent Fabius chargée des Français de l’étranger, et membre de la délégation parlementaire aux droits des femmes et à l’égalité entre les hommes et les femmes, a interrogé le Gouvernement sur la prévention, en France, des mutilations sexuelles féminines” (lire le compte rendu).

Par ailleurs, à l’occasion de la journée internationale de la fille (11 octobre), Excision, parlons-en ! propose deux rendez-vous : le 10 octobre à Dijon et le 12 octobre à Montreuil.

  1. Dijon, le Vendredi 10 octobre
    Excision, parlons-en ! et l’association SAFE / Gams Bourgogne organisent à Dijon une rencontre sur le thème : “Excision, comment en parler aux petites filles ?” ;
  2. Montreuil, le dimanche 12 octobre
    De 14h à 18h, à la salle des fêtes de Montreuil, Forum d’associations, stands et débats sur le thème “Les migrants acteurs de l’abandon de l’excision”.

Isabelle Gillette-Faye, directrice de la Fédération GAMS (Groupe pour l’Abolition des Mutilations Sexuelles), a accordé un entretien à 50/50 magazine (à lire ici).

À noter que le GAMS participera, mardi 14 octobre à 20h, à la soirée organisée par l’équipe de l’Unité de soins des femmes excisées de l’hôpital Bicêtre sur le thème : “Quelle prise en charge aujourd’hui pour les femmes excisées ?”  (toutes les informations).

Enfin, nous vous recommandons le visionnage du film Au nom de l’amour, dans lequel Christine BEYNIS, alors présidente du GAMS, livre un témoignage fort et émouvant :

Royaume-Uni

La première clinique spécialisée du pays pour les filles victimes de mutilation sexuelle a vu le jour à Londres (trust.org).

Les forces frontalières ont mis en garde contre une nouvelle tendance : des exciseurs font le voyage jusqu’au Royaume-Uni afin de réaliser des mutilations sexuelles féminines, alors que c’était d’habitude les filles qui étaient emmenées dans leur pays d’origine pour y être mutilées (The Guardian).

Yvette Cooper, secrétaire d’État de l’ombre, a déclaré que les tribunaux devraient être dotés de nouveaux pouvoirs pour empêcher que des filles soient emmenées à l’étranger si elles courent un risque d’être sexuellement mutilées (The Guardian).

Dans le comté du Grand Manchester, les autorités policières ont déclaré que jusqu’à 2000 filles du comté sont considérées à risque d’être sexuellement mutilées  (BBC).

Dans le comté de Staffordshire, plus de 400 personnes ont assisté à une conférence sur les mutilations sexuelles féminines (ITV, avec vidéo).

Afrique

La chaîne TV5 Monde a consacré un numéro du magazine “Africanités” à la lutte contre les mutilations sexuelles féminines (voir l’émission).

Kenya

Un procureur a signalé qu’il devient de plus en plus risqué pour les Kenyans de pratiquer une mutilation sexuelle sur leur(s) fille(s) et que près de 50 procédures judiciaires était en cours (trust.org).

Le pays a lancé une ligne téléphonique pour sauver les filles des mutilations sexuelles féminines et des mariages précoces et forcés, ainsi qu’aider à poursuivre les auteurs de ces crimes (trust.org).

L’exciseuse responsable de la mort d’une adolescente de 16 ans le mois dernier s’est finalement présentée à la police. La femme est repartie libre après avoir signé un accord et prêté serment de s’engager à ne plus pratiquer la mutilation (Trust.org, The Star (photo)). Le journal The Star a pu s’entretenir avec elle (lire l’article).

Dans le district de Kuria, plus de 600 filles ont manifesté contre les mutilations sexuelles et pour l’éducation (The Star).

Quand cesseront les mutilations sexuelles féminines au Kenya ? C’est ce que se demande Siddharth Chatterjee, représentant du Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP), dans un billet publié sur son blog.

Burkina Faso 

Les encadreurs pédagogiques des Enseignements secondaire et supérieur de la région du Centre étaient ce lundi 29 septembre à la Maison de la femme pour une journée de formation et de sensibilisation. Une rencontre qui s’inscrit dans l’optique de la généralisation du programme d’enseignement sur les MGF. La cérémonie d’ouverture était présidée par la première dame, Chantal Compaoré” (lire la suite sur LeFaso.net).

Égypte

Il s’agit du tout premier procès concernant un cas de mutilation sexuelle féminine en Égypte : un médecin accusé d’avoir sexuellement mutilé une fille de 13 ans l’année dernière risque jusqu’à deux ans de prison et une amende de 700 dollars. Le père de la victime fait également face à des accusations. Selon l’UNICEF, 91 % des femmes égyptiennes sont victimes de mutilations sexuelles, la plupart étant effectuées par des médecins (Voice of America).

Irak

Au Kurdistan du sud, une enquête a révélé que la majorité de la population est opposée aux mutilations sexuelles féminines (The Guardian).

Mali

Droit au Corps a publié un article pour promouvoir une collecte de dons destinée à lutter contre l’excision au Mali, avec interview de Bafing Kul, artiste engagé contre la pratique (à lire ici).

Sénégal

Une étude menée dans le cadre d’un programme conjoint UNICEF-UNFPA pour le compte du ministère de la Famille révèle que plus de 76 % des populations interrogées pensent que les causes de l’augmentation de la pratique de l’excision à Dakar et sa persistance dans la région de Tambacounda sont d’ordre culturel (lire l’article de l’Agence de Presse Sénégalaise).

Par ailleurs, “des communautés de onze villages situés dans la commune de Fafacourou, dans le département de médina Yero foula, ont réitéré [samedi 27 septembre] leur volonté d’abandonner totalement les pratiques de l’excision, des mariages précoces et forcés dans cette zone enclavée de la région de Kolda (Sud)”, rapporte l’Agence de Presse Sénégalaise.

Tanzanie

Le gouvernement du district de Tarime, dans la région de Mara, a adressé une forte mise en garde à ceux qui voudraient prendre part à la pratique de mutilation sexuelle féminine, qui a lieu traditionnellement à la fin de l’année. Tarime est l’une des zones ciblées par une campagne nationale de lutte contre les injustices faites aux filles, comme les mutilations sexuelles ou les mariages précoces et forcés  (allAfrica).

Mutilations sexuelles intersexes

À lire sur le site australien de l’Organisation Internationale des Intersexes, la déclaration adressée au Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

Extrait :

We face deep-seated stigma and human rights abuses. We may be subjects of infanticide in Uganda; or sex assignment based on parent attitudes towards dowries in Malaysia. Intersex girls are excluded from policies preventing Female Genital Mutilation. We’re being cleansed from the gene pool in the UK and other countries.

Medically unnecessary interventions take place on children everywhere, without informed consent, explicitly intended to make bodies conform to sex or gender norms. The Special Rapporteur on Torture, and a joint UN agencies statement on forced sterilization have raised concern about surgeries to “fix” children’s sex, without informed consent.

La série télévisée Faking It met en scène un personnage dont on apprend qu’il est né intersexe. L’occasion pour la chaîne MTV de réaliser une vidéo expliquant brièvement ce qu’est l’intersexuation : 9 things you need to know about being intersex (“9 choses que vous devez savoir sur le fait d’être intersexe”). Si le thème des mutilations sexuelles n’est pas ici abordé, cette vidéo sera toujours utile pour les personnes désirant en apprendre plus sur cette condition méconnue :

Une information importante nous a échappé ? Merci de nous la signaler dans les commentaires !

Partager / Share :

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page