Vous êtes ici : Accueil > Actualité > Mutilations génitales et sexisme : des médecins britanniques dénoncent

Mutilations génitales et sexisme : des médecins britanniques dénoncent

Si l’on considère que tous les êtres humains ont droit à l’intégrité physique, pourquoi condamner uniquement les mutilations génitales faites aux femmes en excluant celles faites aux hommes et aux intersexes ? Des médecins britanniques ont récemment dénoncé ce sexisme.

Du 22 au 26 juin 2014, l’Association Médicale Britannique (British Medical Association - BMA) a tenu son congrès annuel dans la ville de Harrogate, en Angleterre. De nombreux sujets ont été abordés durant ces 5 jours, comme en témoigne l’agenda de l’événement.

British Medical Association

Logo de l’Association Médicale Britannique

Le 25 au matin, une motion portant sur les mutilations génitales féminines a été débattue dans la section “éthique médicale”. L’objet du texte était de protéger les filles et les femmes de ces pratiques via un certain nombre de propositions. Plusieurs médecins se sont ainsi succédés à la tribune afin d’argumenter pour ou contre.

Surprise : alors que l’on s’attendait logiquement à ce que tous les intervenants s’expriment en faveur de la motion, deux médecins ce sont prononcés contre !

Les Docteurs Antony Lempert et John Fitton ont en effet dénoncé le sexisme de la motion qui vise à protéger seulement les femmes contre les mutilations génitales et exclue les hommes et les intersexes.

Voici la vidéo du débat, où l’on peut voir le Docteur Lempert s’exprimer à partir de 3:33 et le Docteur Fitton à partir de 13:10 :

British Medical Association debate on FGM motion 324 from Richard Duncker on Vimeo.

Traduction de l’intervention du Docteur Lempert (à partir de 4:18) :

Qu’en est-il des 11 bébés qui dans la seule année 2011 ont été admis à l’unité de soin pédiatrique à l’Hôpital de Birmingham, conséquence directe de la mutilation génitale masculine infantile qui est invariablement non thérapeutique et qui supprime définitivement un tissu érogène et fonctionnel de personnes trop jeunes pour consentir ou résister ?

La politique de la BMA indique que toute forme de discrimination doit être éliminée du service national de santé. La violation de l’intégrité physique n’est pas spécifique au sexe. Ses nombreuses formes devraient être abordées ensemble. Cette motion serait discriminatoire envers les garçons et les personnes intersexuées.

Je sais que beaucoup de personnes ici se soucient également de cela, mais ont peur des conséquences. Eh bien prenons notre courage à deux mains plutôt que de regarder ailleurs.

Toute chirurgie excisionnelle, irréversible et non thérapeutique sur le corps d’une personne non consentante ne doit pas être tolérée par la BMA.

Prenons le sujet de la protection de l’enfance avec autant de sérieux que le Conseil de l’Europe, les protecteurs des enfants dans les pays [nordiques], l’Association Allemande de Pédiatrie, nos semblables aux Pays-Bas, qui sont unis pour qualifier toutes formes d’opérations génitales mutilantes et non thérapeutiques comme étant une violation du droit fondamental d’une personne à l’autonomie et à l’intégrité physique.

Si vous devez voter pour cette motion, faites en sorte qu’elle soit considérée comme une ‘référence’ et non pas comme politique formelle de la BMA. Il s’agit d’une motion importante, mais elle est vraiment mauvaise en l’état. Merci.

Traduction de l’intervention du Docteur Fitton :

Je me prononce contre (…) parce que cette motion est discriminatoire. Elle est complètement sexiste et je ne pense pas que l’on souhaite que la BMA soit qualifiée de sexiste par la presse. (…)

Les milliards de personnes normales (non mutilées) dans le monde trouveraient absurde le fait que ayons à débattre de cela sur notre minuscule île si tolérante, sans parler du fait que nous accolions le mot  ‘féminine’ au terme ‘mutilation génitale’.

Mutilation génitale féminine, mutilation génitale masculine, toute mutilation génitale est une violation.

J’avais plus de cinquante ans quand j’ai vu mon premier cas d’enfant qui hurlait après une mutilation dans une de ces ‘cliniques mutilantes’ qui ont fait leur apparition dans nos comtés.

Ces cliniques font du commerce sur les coutumes primitives de nos immigrés venus du Moyen-Orient et de l’Afrique subsaharienne.

Il est scandaleux que l’Ordre des Médecins Britannique ferme les yeux sur ce business. Et bon sang, quel business rentable ! Et j’utilise le mot ‘sang’ pour vous rappeler ces enfants qui meurent parfois d’hémorragie. Ce business de la mutilation n’a aucune place dans notre profession et tout docteur qui en profite devrait avoir honte.

Et méfiez-vous : si on peut poursuivre pour agression sexuelle 40 ans après l’acte, ceux qui mutilent ne sont pas à l’abri de poursuites.

Vous pourriez penser que c’est déraisonnable, étant donné que la mutilation dans certains pays a fait partie des traditions depuis des siècles. Mais ceux qui se sont opposés à l’esclavage étaient eux aussi considérés comme déraisonnables. Jusqu’à récemment, le sexisme a été la norme et ceux qui parlaient en faveur des femmes étaient mis à l’écart.

Le processus de civilisation est donc lent, mais je vous en prie, accélérez un peu les choses.

Si vous ne pouvez pas vous résoudre à voter contre, abstenez-vous jusqu’à ce que la motion n’inclut pas le mot ‘féminine’. Je vous demande d’envoyer un message au comité afin de choisir une motion plus civilisée et non sexiste l’année prochaine.

S’il vous plaît, abstenez vous ou votez contre cette motion sexiste. Merci.

La motion a finalement été adoptée à une vaste majorité, à l’exception de la partie qui proposait de faire examiner les petites filles lors de visites médicales scolaires, un point considéré comme délicat à mettre en oeuvre.

Notons que les intactivistes de l’organisation Men Do Complain ont manifesté devant le lieu du congrès (Intact News). Deux médecins opposés à la circoncision des enfants ont ainsi pu être interviewés (voir la vidéo).

À lire également, un article publié en juin 2012 par le Docteur Lempert et un de ses collègues : Religious Surgery on Children.

Partager / Share :

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page