Vous êtes ici : Accueil > Actualité > La circoncision ne réduit pas la diffusion du VIH / SIDA

La circoncision ne réduit pas la diffusion du VIH / SIDA

En bref : Les chercheurs affirment que le procédé ne réduit la transmission que de 1,3 % et non pas de 60 %.

Circoncision médicale

Des médecins circoncisent un homme à l’hôpital de Kibuli. D’après une nouvelle étude, la circoncision ne réduit pas la diffusion du VIH.

Kampala

Contrairement aux récentes affirmations populaires selon lesquelles la circoncision masculine réduit la transmission du VIH/Sida de 60 %, un groupe de chercheurs a contesté ces résultats et affirmé que cette action ne peut qu’augmenter la diffusion du VIH/Sida ou, au mieux, seulement réduire la transmission de 1,3 %.

Dans une étude publiée par Thomson Reuteurs en Australie, les chercheurs Gregory Boyle et George Hill fondent leur assertion sur une récente étude ougandaise traitant de la transmission du VIH d’homme à femme, qui a montré qu’un nombre croissant de femmes a contracté le virus après des rapports non protégés avec des partenaires infectés et circoncis.

Ils ont conclu que la circoncision masculine est à associer à l’augmentation de 61 % de la transmission du VIH. « Au travers des trois tests de femme à homme, sur les 5,411 hommes soumis à la circoncision, 64 (soit 1,18%) sont devenus séropositifs, tandis que sur les 5,497 de référence, 137 (soit 2,49%) sont devenus séropositifs », ont déclaré Boyle et Hill.

« La baisse de l’infection VIH, dans l’absolu, n’était donc que de 1,31 %, ce qui n’est pas significatif. Un examen des données épidémiologiques montre que la circoncision masculine ne protège pas de la transmission du VIH dans plusieurs pays de l’Afrique subsaharienne tels que le Cameroun, le Ghana, le Lesotho, le Malawi, le Rwanda et la Tanzanie, qui ont tous un taux de prévalence de l’infection au VIH plus élevé chez les hommes circoncis, » ont-ils conclu.

L’Ouganda a déployé des efforts en faveur de la circoncision il y a deux ans, après que l’Organisation Mondiale de la Santé et l’ONUSIDA aient recommandés en 2007 la circoncision masculine comme mesure de prévention du VIH, sur la base d’essais cliniques randomisés concernant la transmission de femme à homme en Afrique du Sud, au Kenya et en Ouganda, qui suggéraient que la circoncision pouvait réduire de 60 % le risque d’infection.

Des milliers d’hommes ont subi cette ablation chirurgicale en Ouganda. Cependant, le président Museveni a fustigé en juillet dernier l’appel à la circoncision masculine en tant que mesure de réduction du VIH/Sida, affirmant que ce n’était qu’une diversion et appelant à l’abstinence.

Hier, le docteur Asuman Lukwago, secrétaire permanent au Ministère de la Santé, a déclaré ne pas être au courant de ces nouvelles découvertes et que dans le cas où elles devraient s’avérer vraies le pays abandonnerait cette méthode au profit d’autres méthodes viables.

« Nous ne l’attaquons pas mais ne sommes pas non plus complaisants à son sujet. Nous travaillons dans un monde d’information et de preuves, et si une preuve contradictoire est apportée nous réagirons et changerons nos politiques, comme nous l’avons fait pour les médicaments contre la malaria », a-t-il déclaré.

Source : Saturday Monitor

Traduction française : Droit au Corps

Pièce jointe : étude de Boyle et Hill (PDF)

Partager / Share :

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page