Vous êtes ici : Accueil > Actualité > Circoncision : le Conseil de l’Europe répond au Président israélien

Circoncision : le Conseil de l’Europe répond au Président israélien

La récente résolution du Conseil de l’Europe a logiquement entraîné de nombreuses réactions à travers le monde, y compris au niveau politique. Après le ministère israélien des Affaires étrangères et le Vice-Premier ministre turc vendredi dernier, c’est le Président israélien qui a réagit.

Dans une lettre datée du 6 octobre, le Président israélien Shimon Peres s’adresse au Secrétaire Général du Conseil de l’Europe en expliquant que « le rituel de la circoncision masculine a été pratiqué par la communauté juive durant des milliers d’années et représente un élément fondamental de notre tradition et une obligation en tant que Juifs. »

Il ajoute que « les communautés juives à travers l’Europe seraient bien malheureuses de voir leur liberté culturelle et religieuse entravée par le Conseil de l’Europe. »

Peres demande alors aux membres de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe de « reconsidérer cette résolution. »

» Lire la lettre de Shimon Peres «

Shimon Peres

Thorbjørn Jagland, le Secrétaire Général du Conseil de l’Europe, a répondu à Shimon Peres dans une lettre datée du 8 octobre.

Il commence par rassurer le président israélien : « Je tiens à souligner que l’Assemblée parlementaire est un organe consultatif qui ne représente pas la position du Conseil de l’Europe dans son ensemble. »

« Bien que notre organisation est bien sûr entièrement engagée à respecter les droits des enfants à l’intégrité physique, rien dans le corps de nos normes juridiques ne nous amènerait à mettre sur un pied d’égalité la question des mutilations génitales féminines et la circoncision des jeunes garçons pour des raisons religieuses. », continue-t-il.

Il précise alors que les mutilations génitales féminines sont interdites par une convention du Conseil de l’Europe mais qu’il « n’existe pas de dispositions juridiques similaires concernant la pratique de la circoncision des jeunes garçons pour des raisons religieuses. »

Conclusion : « Pour ma part, je peux vous assurer l’engagement continu et sans équivoque du Conseil de l’Europe à la tolérance et à la liberté de religion, qui n’est pas seulement un impératif moral, mais un droit protégé par la Convention européenne des droits de l’homme. »

» Lire la lettre de Thorbjørn Jagland «

Thorbjørn Jagland

Le même jour, dans un tweet adressé au Président Peres et au Jerusalem Post, l’attaché de presse de Jagland a fait savoir que ce dernier avait déclaré : « Les mutilations génitales féminines violent les droits humains. Pas la circoncision masculine.  »

Une phrase qui a choqué de nombreux défenseurs des enfants, des droits de l’Homme et bien évidemment les intactivistes, qui militent pour le droit à l’intégrité génitale de tous les enfants quel que soit leur sexe.

Bien que la volonté de rassurer le Président Peres soit compréhensible, la réponse de Jagland est navrante.

En quoi est-il pertinent de systématiquement insister sur le fait que la circoncision masculine diffère des mutilations génitales féminines ? Si le CE respecte le droit des enfants à l’intégrité physique, tous les enfants ne devraient-ils pas être protégés contre les atteintes qui leur sont faites ? Pourquoi l’ablation du prépuce serait-elle écartée ? Où est la limite ? Jagland doit aussi faire un choix : la liberté de religion des parents prime-t-elle sur le droit des enfants à l’intégrité physique ?

Comme l’a bien dit Sami Aldeeb dans un récent entretien accordé à La Libre Belgique :

Chaque atteinte est inacceptable. Tous les enfants sont sur un pied d’égalité. Qui va mettre le curseur, la limite ? On l’explique peu mais sans rentrer dans les détails, la circoncision connaît quatre formes, de même que l’excision. Et il existe des circoncisions plus graves que certaines excisions. A Oman, on coupe deux millimètres du capuchon du clitoris. Une forme de circoncision va enlever toute la peau du pénis, comme un saucisson ; les séquelles sont terribles. Qui va juger et déclarer qu’un tel a droit à la protection de son intégrité et pas l’autre ?

Source : humanrightseurope.org (1) (2)

Partager / Share :

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page