Vous êtes ici : Accueil > Actualité > Droit au Corps : bilan 2021 et perspectives 2022

Droit au Corps : bilan 2021 et perspectives 2022

En 2021, Droit au Corps a continué à agir conformément à sa vision, dont tous les axes sont déployés. En 2022, la priorité sera plus que jamais donnée à l’axe santé, avec comme action phare le lancement d’une vaste campagne de communication à l’attention des institutions de santé dans la francophonie, porteuse de cette liste de revendications. Il est important de comprendre que parmi les 4 grands segments de circoncision (médical, musulman, ancestral et juif), notre priorité tactique est de faire tomber le « domino » médical qui sert d’alibi aux 3 autres segments, comme l’explique notre stratégie mondiale.

Nos bilans annuels jalonnent l’histoire de notre collectif qui a émergé en 2011.

Sommaire

1. Santé sexuelle : relayer les bonnes pratiques et accompagner les individus circoncis en souffrance

a. Ouverture du forum dédié au plan de résorption de la faille de santé publique sur le pénis
b. L’Observatoire de la santé du pénis évolue
c. Réseau juridique
d. Réseau santé
e. Droit au Corps sur le terrain
f. Publications
g. Naissance du site internet de CoSH
h. Perspectives 2022

2. Ouvrir un débat public sur les conditions du consentement à la circoncision

a. Appel au débat
b. Lettre ouverte à Sandrine Rousseau
c. Perspectives 2022

3. Développer la coalition internationale pour l’abandon des mutilations sexuelles

a. Naissance du site internet & nouveaux membres
b. Journée mondiale pour l’autonomie génitale
c. 25ème congrès de l’Association mondiale pour la santé sexuelle
d. Traduction en anglais et en hébreu de notre principal dépliant
e. Perspectives 2022

4. Divers

5. Comment soutenir le Droit au Corps ?

Santé sexuelle : relayer les bonnes pratiques et accompagner les individus circoncis en souffrance

Ouverture du forum dédié au plan de résorption de la faille de santé publique sur le pénis

Le dossier publié en 2019 a montré l’ampleur de la faille de santé publique concernant le pénis, et a proposé un plan pour résorber cette faille. En première étape de ce plan, dès 2020, l’Observatoire de la santé du pénis a été mis en place. 

En 2021, nous avons ouvert ce forum dont l’objectif est de faciliter la coordination des multiples acteurs concernés par le plan de résorption de cette faille, inauguré par 2 nouvelles lettres ouvertes de Droit au Corps aux Conseils nationaux professionnels de pédiatrie et d’urologie, et au Conseil national de l’Ordre des médecins.

L’Observatoire de la santé du pénis évolue

Jusqu’à présent, l’Observatoire de la santé du pénis se contentait de signaler les cas problématiques. Désormais, il met aussi en avant les « exemples à suivre ». Explications dans cet article

Voir le dernier exemple à suivre ajouté à l’Observatoire : Dr Corentin Lacroix.

Réseau juridique

La constitution de notre réseau juridique a connu une première étape majeure avec la rencontre entre un grand avocat français, qui milite notamment pour les droits de l’enfant, et des responsables de l’association. Droit au Corps est maintenant en capacité d’orienter les personnes demandeuses d’un service juridique vers cet avocat.

Réseau santé

Les liens avec différents professionnels continuent de se tisser et se resserrer, et nous espérons pouvoir alimenter notre nouvelle page réseau santé cette année.

À noter un nouveau soutien public de poids pour Droit au Corps : Mohamed A Baky Fahmy, professeur émérite de chirurgie pédiatrique à l’université al-Azhar basée au Caire, en Égypte, et dont les publications font référence internationalement. 

Droit au Corps sur le terrain

En 2021, notre association a tenu 2 stands d’information et de prévention : 

Publications

Nouveaux témoignages qui montrent que la circoncision peut engendrer des souffrances pour la personne qui l’a subie, lourdes et pour la vie entière, comme pour des proches et même des professionnels de santé :

Naissance du site internet de CoSH

Le site internet de la Confédération sexualité humaine (CoSH), dont notre association est membre fondateur, a ouvert : confederationsexualitehumaine.org.

Perspectives 2022

  • lancement d’une vaste campagne de communication à l’attention des institutions de santé dans la francophonie, porteuse de cette liste de revendications ; cette campagne sera déployée internationalement grâce à la Coalition Internationale pour l’Abandon des Mutilations Sexuelles, The Bodyguards, dont notre association est membre fondateur ;
  • constituer un réseau de professionnels de santé capable de répondre aux attentes du public confronté à la faille de santé publique, qui nous contacte régulièrement ;
  • mettre en place un Comité Scientifique « santé » garant de la qualité des initiatives de Droit au Corps ;
  • prendre pied dans l’éducation à la sexualité, éventuellement par la création d’un site Internet comblant les lacunes de l’existant en matière de santé sexuelle masculine, notamment en direction des jeunes. La sexualité étant un sujet beaucoup plus attractif et positif que la circoncision, il s’agirait d’un canal de communication plus efficace que notre approche actuellement restreinte à la « circoncision » ;
  • développer notre réseau d’experts en Droit afin de prendre en charge les demandes en service juridique de la population francophone ;
  • mobiliser davantage le réseau des participants de notre collectif pour des actions de proximité, telles que tenir un stand ou distribuer des dépliants.

Ouvrir un débat public sur les conditions du consentement à la circoncision

Appel au débat

Lancé en 2019, cet Appel a été signé dans près de la moitié des pays sur la planète. Si vous ne l’avez pas encore fait, n’hésitez pas à lire et signer.

Lettre ouverte à Sandrine Rousseau

Fin septembre, nous avons appris que Sandrine Rousseau avait inscrit une prise de position contre la circoncision dans son programme électoral. Voici le message que nous avons alors diffusé aux membres et sympathisants de Droit au Corps :

[Objet] La circoncision au programme des élections présidentielles 2022 !

Info-Flash - Urgent

Chers sympathisants de Droit au Corps,

France - La candidate Sandrine Rousseau a inscrit cette prise de position révolutionnaire contre la circoncision, dans son programme électoral

« LUTTER CONTRE TOUTES LES FORMES DE DISCRIMINATION - Garantir l’intégrité physique et morale des enfants […]

Malgré les mesures législatives et des politiques engagées pour protéger les enfants, ils continuent d’être victimes de violences. En particulier concernant les mutilations génitales féminines, la circoncision des jeunes garçons pour des motifs religieux [etc.] » 

Sa candidature se jouera du 25 au 28 septembre, lors du 2e tour de la primaire écologie : partagez cette information autour de vous le plus rapidement possible. Une candidate revendiquée « féministe » à la présidentielle 2022, s’engageant à lutter contre la circoncision de façon ouverte à travers son programme, serait un pas de géant pour notre cause ! Cette prise de position est probablement la 1ère grande victoire visible de DaC après des années d’un travail souterrain discret mais tenace, et liée à la large diffusion de l’Appel au Débat que nous avons orchestrée en 2019.

Droit au Corps

Voici le passage intégral du programme électoral :

GÉNÉRATIONS FUTURES

Il est temps de protéger les générations futures et de prendre en compte les droits des enfants.

LUTTER CONTRE TOUTES LES FORMES DE DISCRIMINATION

Garantir l’intégrité physique et morale des enfants intersexué.e.s et faciliter les démarches liées à la transition de genre

Malgré les mesures législatives et des politiques engagées pour protéger les enfants, ils continuent d’être victimes de violences. En particulier concernant les mutilations génitales féminines, la circoncision des jeunes garçons pour des motifs religieux, les interventions médicales à un âge précoce sur les enfants intersexués ainsi que les piercings, les tatouages ou les opérations de chirurgie plastique qui sont pratiqués sur les enfants, parfois sous la contrainte. Une sensibilisation accrue doit être portée sur les risques que présentent ces pratiques pour la santé physique et mentale des enfants. Nous devons faire appliquer les interdictions inscrites dans la loi et éventuellement compléter les mesures législatives et politiques qui contribuent à renforcer la protection des enfants dans ce contexte en prenant avant tout en considération l’intérêt supérieur de l’enfant.

Malheureusement, dès la deuxième semaine d’octobre, le passage sur la circoncision (en gras par nous ci-dessus) a purement et simplement disparu du programme, sans aucune explication. En conséquence, nous avons adressé cette lettre ouverte à Sandrine Rousseau.

Perspectives 2022

Transformer l’Appel au Débat initié en 2019 par notre association, en l’étendant du seul gouvernement français à tous les gouvernements du monde ainsi qu’à l’ONU, via la Coalition Internationale pour l’Abandon des Mutilations Sexuelles, The Bodyguards.

Développer la coalition internationale pour l’abandon des mutilations sexuelles

Naissance du site internet & nouveaux membres

Le site internet de la coalition est en ligne : thebodyguards.org.

Nouveaux membres en 2021 :

Journée mondiale pour l’autonomie génitale

La Journée mondiale pour l’autonomie génitale (Worldwide Day of Genital Autonomy) a lieu chaque année le 7 mai. Retrouvez la présentation de l’événement sur le site officiel ainsi que les vidéos des intervenants tout le long de ce 7 mai 2021.

25ème congrès de l’Association mondiale pour la santé sexuelle

Voici la présentation vidéo faite par Tim Hammond, membre expert de la coalition, lors de ce congrès, grâce à un financement de Droit au Corps :

Traduction en anglais et en hébreu de notre principal dépliant

La traduction de notre dépliant Circoncision : pourquoi agir ? a été réalisée bénévolement par nos collègues australiens en anglais et par un membre de Droit au Corps en hébreu. Nous ajouterons prochainement ces nouvelles traductions sur notre page supports de communication.

Perspectives 2022

Consolider et développer la coalition pour en faire un outil opérationnel permettant de mener des actions internationales que des organisations locales comme Droit au Corps ne peuvent engager à leur niveau. Typiquement, si l’on veut corriger les erreurs de la Classification Internationale des Maladies gérée par l’OMS, il faut mettre en place un réseau de professionnels de santé sympathisant de notre cause pour exercer une pression à l’échelle de cette institution.

Divers

En 2021, Droit au Corps s’est doté d’un tout nouveau logo : explications.

À noter l’ouverture de la page Nos partenaires, qui recense les organisations avec lesquelles nous collaborons.

Comment soutenir le Droit au Corps ?

> Participer, l’inscription est gratuite et sans engagement (au 31 décembre 2021, Droit au Corps compte 235 participants dont 74 adhérents)

> Faire un don : toute contribution aussi modeste soit-elle est la bienvenue

> Diffuser nos supports de communication

> Suivre l’association sur Facebook, Twitter, Instagram (nouveauté !), YouTube, et partager nos contenus

Rappelons que toutes les actions que nous réalisons nécessitent d’intenses efforts de la part de personnes entièrement bénévoles, notre collectif ayant des ressources financières trop limitées pour envisager de créer l’emploi dont nous aurions besoin, même à temps partiel. Une fois encore, un grand merci à toutes les bonnes volontés qui ont contribué, selon leurs moyens, aux succès de cette année !

Partager / Share :

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page