Le prépuce, qu’est-ce que c’est au juste ?

« Des informations exactes sur le prépuce lui-même sont presque toujours absentes des discussions sur la circoncision. Comment les parents peuvent-ils prendre une décision rationnelle concernant la circoncision si on ne leur dit rien sur la partie qui sera coupée ? » – Dr Paul M. Fleiss [1]

« En tant qu’étudiant en médecine, on n’apprend rien sur le prépuce. Dans mon manuel d’anatomie, il y a deux lignes sur le prépuce : « C’est la peau qui se replie sur elle-même et se rattache au gland du pénis », et la deuxième ligne est : « C’est la peau qui est généralement enlevée pendant la circoncision ». Et c’est tout, dans tout le manuel. » – Dr Stewart Blandon [2]

Le prépuce est une structure anatomique complexe qui possède plusieurs fonctions majeures. [3-5] Cet article traite d’anatomie et de fonctions du prépuce chez l’homme adulte et s’intéresse également à son rôle positif dans la sexualité des partenaires.

Note : d’autres aspects du prépuce, notamment chez l’enfant, sont abordés dans le dossier Santé du pénis.

Avertissement

Dans un but pédagogique, cet article contient des photos et images d’organes sexuels.
david sculpture michel ange organes sexuels
David de Michel-Ange, détail (photo retaillée)

Sommaire

  1. Apparence du prépuce
    Chez l’homme*
    Chez la femme*
    Degré de couverture variable
  2. Anatomie du prépuce
    Structure : une double couche
    Surface : jusqu’à 100 cm²
    Terminaisons nerveuses spécialisées
    Fibres musculaires et élastiques
    Riche en vaisseaux sanguins
  3. Fonction protectrice, hygiénique et immunologique
  4. Fonction sensorielle et érogène
    Le prépuce, une « zone érogène spécifique » (Winkelmann, 1959)
    Une innervation supérieure côté frein (Moldwin et Valderrama, 1989)
    La bande striée, une « muqueuse sensorielle spécialisée » (Taylor, 1996)
    Le delta frénulaire, la « zone la plus sensible du pénis » (McGrath, 2001)
    Le prépuce contient les zones les plus sensibles du pénis (Sorrells, 2007)
  5. Fonction mécanique et sexuelle
    Le mécanisme d’enroulement-coulissement
    Plaisir et confort dans l’activité sexuelle
  6. Rôle positif du prépuce dans la sexualité des partenaires
  7. Le prépuce, un « organe à part entière »
  8. Singularité du pénis humain
  9. Pour aller plus loin
  10. Références

Apparence du prépuce

Chez l’homme*

Le prépuce recouvre plus ou moins le gland du pénis et peut être rétracté.

Pénis avec prépuce qui recouvre le gland et rétracté
Pénis : à gauche le prépuce recouvre partiellement le gland, à droite le prépuce est rétracté et laisse apparaître le gland. (photo)
photo penis repos avec prepuce recouvrant et decouvrant le gland
Pénis : à gauche le prépuce recouvre largement le gland, à droite le prépuce est partiellement rétracté. (photo)
penis au repos et en erection avec prepuce decalotte
Pénis : à gauche le prépuce recouvre le gland, à droite le pénis est en érection avec le prépuce rétracté. (photo)
Rétractabilité du prépuce : et chez l’enfant ?

Chez l’enfant, le prépuce n’est souvent pas rétractable car le pénis n’est pas encore assez développé. Un prépuce non rétractable est l’état le plus fréquent avant l’adolescence, il s’agit d’un état normal. Plus d’informations dans cet article : Développement normal du pénis : ce qu’il faut savoir.

Chez la femme*

Bien que cet article se limite au prépuce du pénis, il est intéressant de constater que la femme possède aussi un prépuce, appelé « prépuce clitoridien » ou « capuchon du clitoris », qui partage des similitudes anatomiques et physiologiques avec le prépuce du pénis. [3,6]

Prépuce clitoridien ou capuchon du clitoris
Vulve : à gauche le prépuce (1) recouvre totalement le gland, à droite le prépuce est rétracté et laisse apparaître le gland (2). (source inconnue)
vulve avec prepuce recouvrant gland du clitoris puis retracte
Vulve : en haut le prépuce (1) recouvre partiellement le gland (2), en bas le prépuce est rétracté et laisse apparaître le gland. (photo)

Degré de couverture variable

Comme le montrent les photos ci-dessus, il existe une variabilité dans la couverture préputiale du gland. « Chez certains hommes adultes, le gland du pénis est entièrement recouvert par le prépuce, tandis que chez d’autres, il ne l’est que partiellement. De la même manière, le gland du clitoris peut être partiellement ou complètement recouvert par le prépuce ; il s’agit simplement d’une variation anatomique. », notent les Drs Cold et Taylor. [3]

* cisgenre

Anatomie du prépuce

« Avant d’aborder la structure du prépuce, il convient de noter deux principes de base de l’anatomie. Premièrement, la structure et la fonction sont étroitement liées. Si nous savons à quoi ressemble une structure, nous pouvons raisonnablement deviner sa fonction. Si le prépuce semble être spécialisé pour une fonction particulière, il l’est probablement. Deuxièmement, aucune partie d’un organe n’est une unité autonome. […] le prépuce ne peut être compris que comme une partie de l’ensemble du pénis. » – Dr John R. Taylor [7]

Structure : une double couche

Le prépuce est construit d’une double couche, comme les lèvres ou les paupières :

  • une couche de peau à l’extérieur, qui est un prolongement de la peau du pénis ;
  • une couche de muqueuse à l’intérieur, à la texture lisse, semblable à la face intérieure de la bouche ou du vagin. [3,4,7,8]

À l’extrémité du prépuce, l’endroit où peau et muqueuse se rejoignent est appelé jonction muco-cutanée, à l’apparence souvent plissée et fripée comme les petites lèvres chez la femme. À l’intérieur de cette jonction se trouve la bande striée, un anneau de muqueuse unique, d’apparence striée ou ondulée (abordée en détail plus loin). [3,4,7,8]

Enfin, le frein relie le prépuce au gland. En anatomie, un frein est une fine languette de tissu qui limite les mouvements d’un organe mobile du corps, comme le frein de la langue ou le frein du clitoris.

penis avec prepuce tire pour observation
Pénis avec le prépuce légèrement tiré pour mieux l’observer. (image)

S’il est retiré du pénis et déplié, le prépuce a l’apparence suivante :

prepuce deplie avec peau muqueuse bande striee frein
Spécimen de prépuce déplié : on retrouve la couche de peau (outer foreskin) et la couche de muqueuse (inner foreskin) avec le frein (frenulum) et la bande striée (ridged band). (image)

Note : une fois le pénis assez développé, le prépuce peut être rétracté derrière le gland, ce qui peut présenter un intérêt dans le cadre de la toilette, mais aussi de la sexualité (plus d’informations à la partie Fonction mécanique et sexuelle).

Surface : jusqu’à 100 cm²

Chez l’adulte, la surface totale du prépuce mesure en moyenne entre 30 et 50 cm² et peut atteindre 100 cm², [9-11] ce qui représente entre un tiers et la moitié de la surface totale de la peau du pénis. [5,8,12,13]

comparaison surface prepuce deplie avec telephone portable
Comparaison de la superficie d’un spécimen de prépuce avec celle d’un téléphone iPhone 5s mesurant environ 50 cm². (Foregen)
Note : l’unité de longueur utilisée sur la photo est le pouce.
photos pliage prepuce penis
Spécimen de prépuce déplié puis plié et disposé comme il l’est naturellement sur le pénis. (photo)
À lire comme une bande dessinée : de gauche à droite et de haut en bas.

Vincenzo Aiello, fondateur de Foregen, montre de quelle manière le prépuce est naturellement agencé sur le pénis.

Terminaisons nerveuses spécialisées

Le prépuce contient de nombreuses terminaisons nerveuses, notamment des mécanorécepteurs qui sont des récepteurs sensoriels réagissant à la déformation mécanique. [3,4,6,8,14-21]

Ont ainsi été observés dans le prépuce :

corpuscules de meissner dans le prepuce
Corpuscules de Meissner dans le prépuce observés au microscope par le Dr Taylor en 1996 (zoom x100). [8]

Les récepteurs sensoriels les plus nombreux dans le prépuce sont les corpuscules de Meissner, concentrés dans la bande striée et le frein. [3-5,8,21] À noter que la densité et le nombre de corpuscules de Meissner augmentent considérablement pendant l’adolescence. [21]

À ce jour, le nombre de terminaisons nerveuses spécialisées présentes dans le prépuce n’a pas été compté avec précision, mais le Pr McGrath estime qu’il y en a entre 1 000 et 10 000, [22] et qu’elles sont en quantité dix fois supérieure que dans le bout des doigts. [5]

Cette vidéo explique brièvement le rôle des récepteurs sensoriels de la peau.
Note : les « disques tactiles » sont les disques de Merkel, ou corpuscules de Merkel.
Voir aussi cette image récapitulative.

La première référence à l’innervation du prépuce aurait été faite par le Dr Bichat en 1801, tandis que le Dr Dogiel serait le premier à avoir décrit des corpuscules de Meissner dans le prépuce et le frein en 1893. [14] Dans la première partie du XXe siècle, d’autres chercheurs décrivent des terminaisons nerveuses spécialisées dans le prépuce, mais il faut attendre les années 1950 et les travaux du Dr Winkelmann pour une avancée majeure des connaissances (plus d’informations à la partie Fonctions sensorielles et érogènes).

Fibres musculaires et élastiques

Le prépuce contient des fibres musculaires qui forment le muscle péripénique (peripenic muscle), un prolongement du muscle dartos, [3,4,8,23,24] investies de fibres élastiques. [3,4,24]

C’est grâce à ces fibres que le prépuce est ainsi maintenu contre le gland lorsque le pénis est au repos (plus d’informations à la partie Fonction protectrice, hygiénique et immunologique).

observation prepuce au microscope
Couches du prépuce observées au microscope par les Drs Cold et Taylor en 1999 (zoom x25). [3]
Les fibres musculaires sont identifiées par « D » (dartos muscle). Les fibres élastiques sont de la couleur la plus foncée.
M = muqueuse, LP = lamina propria, DE = derme, E = épithélium externe glabre

Chez l’adulte, le prépuce contient moins de fibres musculaires que chez l’enfant, mais plus de fibres élastiques, ce qui explique en partie leur différence d’aspect (plus « relâché » chez l’adulte). [3,24] Cette élasticité permet une adaptation de la peau lors de l’activité sexuelle (plus d’informations à la partie Fonction mécanique et sexuelle).

La peau du prépuce est très élastique, notamment chez l’adulte. (photos)

Le muscle péripénique est connu depuis au moins 1907 et a possiblement été décrit pour la première fois par le Dr Sappey en 1860. [23]

Riche en vaisseaux sanguins

Le prépuce est hautement vascularisé, c’est-à-dire riche en vaisseaux sanguins. [3,4,8,25] Son approvisionnement en sang est assuré par quatre artères. [25]

observation vaisseaux sanguins dans le prepuce
Vascularisation de la bande striée du prépuce observée par le Dr Taylor en 1996. [8]

Cette riche vascularisation jouerait un rôle anti-infectieux (plus d’informations à la partie Fonction protectrice, hygiénique et immunologique).

prepuce avec veines apparentes
Veines clairement apparentes dans le prépuce. (photo)

Fonction protectrice, hygiénique et immunologique

« Tout comme les paupières protègent les yeux, le prépuce protège le gland et garde sa surface douce, humide et sensible. Il maintient également une chaleur, un pH et une propreté optimaux. » – Dr Paul M. Fleiss [26]

Le tissu externe du prépuce « a la fonction protectrice d’internaliser le gland (clitoris et pénis), le méat urinaire (chez l’homme) et l’épithélium préputial interne, diminuant ainsi l’irritation ou la contamination extérieure. », notent les Drs Cold & Taylor. [3] De plus, le prépuce maintient l’humidité de l’espace entre le prépuce et le gland (sac préputial). [27] « Le gland protégé reste doux, humide et sensible tout au long de la vie. », précisent les Drs Warren et Bigelow. [28] Pour ces raisons, le prépuce est parfois comparé à la paupière de l’œil. [1,26,29,30]

Les fibres musculaires et élastiques permettent de maintenir le prépuce contre le gland lorsque le pénis est au repos. [3,4,24] De plus, les fibres musculaires situées à l’extrémité du prépuce sont organisées de telle manière qu’elles forment une sorte de sphincter qui tend à fermer l’orifice lorsque le pénis est au repos, [3,4,23,24] empêchant toute substance étrangère d’accéder à l’espace préputial. [4]

L’organisation des fibres musculaires empêche les substances étrangères d’accéder à l’espace préputial. (photos)

Dans un article publié en 1998, les Drs Fleiss, Hodges et Van Howe passent en revue la littérature scientifique et notent que le prépuce a « des propriétés hygiéniques et immunologiques cliniquement démontrées ». [31]

Ils rapportent notamment que :

  • l’action sphinctérienne de l’orifice préputial fonctionne comme un clapet anti-retour : permettant à l’urine de s’écouler, mais empêchant l’entrée de substances étrangères ;
  • le smegma protège et lubrifie le gland et la face interne du prépuce ;
  • l’humidité sous-préputiale contient du lysozyme, une enzyme qui s’attaque aux bactéries en détruisant leur paroi et que l’on trouve dans d’autres liquides organiques comme les larmes ;
  • l’humidité sous-préputiale contient des cytokines, protéines impliquée dans le développement et la régulation des réponses immunitaires ;
  • la composition naturelle de la flore bactérienne préputiale est similaire à celle des yeux, de la bouche, de la peau et des organes génitaux féminins ;
  • le mécanisme d’enroulement-coulissement du prépuce (abordé plus loin) permet un mouvement doux entre les muqueuses des deux partenaires lors du coït, réduisant le risque de blessure et donc d’infection ;
  • le prépuce est richement vascularisé et rappellent que les parties du corps les plus vascularisées sont celles qui sont les moins vulnérables aux infections ;
  • le prépuce contient des cellules de Langerhans, qui jouent un rôle de défense immunitaire.

En 1999, le Dr Lee-Huang et son équipe signalent que le lysozyme joue un rôle actif contre le VIH-1. [32]

En 2007, le Dr de Witte et son équipe rapportent que les cellules de Langerhans du prépuce produisent une substance appelée langerine, « une barrière naturelle à l’infection par le VIH-1, » et concluent que « les stratégies de lutte contre l’infection [au VIH] doivent améliorer, préserver ou, à tout le moins, ne pas interférer avec l’expression et la fonction de la langerine. » [33]

Dans une étude publiée en 2017, le Dr Sennepin et son équipe s’intéressent à l’immunologie du pénis et notent que le tissu préputial a « un important potentiel anti-infectieux. » [34]

Quelle pratique d’hygiène pour le pénis ?

Contrairement à certaines idées reçues, le soin du pénis ne requiert aucun effort particulier, que ce soit avant, pendant ou après la puberté. Plus d’informations dans cet article : Santé du pénis : hygiène et bonnes pratiques.

Fonction sensorielle et érogène

« Le prépuce est sans aucun doute l’unité sensorielle principale du pénis. » – Pr Kenneth A. McGrath [5]

Le prépuce, une « zone érogène spécifique » (Winkelmann, 1959)

En 1956, le Dr Winkelmann estime que « les données disponibles sur l’innervation du prépuce sont limitées. Alors que de nombreux articles ont été écrits sur les autres régions des organes génitaux externes, peu de choses ont été dites sur cette structure. » [14] Son étude est la première à se concentrer spécifiquement sur l’innervation du prépuce plutôt que sur l’innervation de l’ensemble du pénis, et la première à publier des photomicrographies des nerfs du prépuce. [35] Il décrit le prépuce comme « une région d’une grande sensibilité et dotée d’une abondante réserve nerveuse » et observe dans le prépuce du nouveau-né des réseaux de fibres nerveuses ainsi que des corpuscules de Pacini. [14]

Corpuscules de Pacini dans le prépuce observés au microscope par le Dr Winkelmann en 1956. [14]
Fig. 11 : coupe sagittale (zoom x 170) Fig. 12 : coupe verticale (zoom x 160) Fig. 13 : coupe transversale (zoom x 200)

Dans une étude publiée en 1959, le Dr Winkelmann classe le prépuce dans les « zones érogènes spécifiques », tout comme le pénis, le clitoris, la vulve, la peau périanale, la lèvre, le mamelon et la conjonctive. Il s’agit des zones où peau et muqueuse se rejoignent (régions muco-cutanées), qu’il décrit comme des « sites spécifiques de sensations fines ». [15]

Une innervation supérieure côté frein (Moldwin et Valderrama, 1989)

En 1989, les Drs Moldwin et Valderrama publient une étude dont les résultats suggèrent « l’existence d’un réseau neuronal étendu dans le tissu prépucial », présent dès la naissance. Ils observent que la densité des faisceaux de nerfs est plus élevée dans la face ventrale du prépuce (le côté du frein), environ 2 fois plus que dans la partie latérale et 3 fois plus que dans la partie dorsale. [36]

Frein du pénis sur un sexe intact
La face du prépuce côté frein est la plus innervée, rapportent les Drs Moldwin et Valderrama. (photo retaillée)

La bande striée, une « muqueuse sensorielle spécialisée » (Taylor, 1996)

En 1996, le Dr Taylor et son équipe décrivent ce qu’ils nomment la bande striée (ridged band), un anneau de muqueuse strié situé à l’intérieur de l’extrémité du prépuce et donc généralement caché de la vue lorsque le prépuce recouvre le gland, mais visible lorsqu’il est rétracté. [8]

La bande striée se situe à l’intérieur de l’extrémité du prépuce lorsque celui-ci recouvre le gland. (image)
Cette animation permet de voir où se situe la bande striée lorsque le prépuce recouvre et découvre le gland.
Skin = peau, Mucosa = muqueuse, Ridged band = bande striée
Bande striée du prépuce
Quand le prépuce est rétracté, la partie principale de la bande striée (désignée par la flèche noire) se trouve sur le dessus et les côtés de l’axe du pénis. (photo)
Sous le pénis, la bande striée se fond dans le frein. (photo retaillée)

Les chercheurs observent que la bande striée est « richement innervée » ; elle contient notamment des corpuscules de Meissner en nombre supérieur à ceux de la muqueuse lisse. Ils notent que la bande striée est une « structure unique » qui « présente les caractéristiques d’une muqueuse sensorielle spécialisée » et « semble être un composant important du mécanisme sensoriel global du pénis humain. » Enfin, ils estiment que « le prépuce doit être considéré comme une unité structurelle et fonctionnelle composée de parties plus ou moins spécialisées. » [8]

Note : la bande striée est parfois appelée « bande frénulaire » (frenular band) parce qu’elle se fond dans le frein. [4] Le Pr McGrath a proposé le nom latin Cingulus rugosus. [37]

En 1999, les Drs Cold et Taylor écrivent que « le prépuce est un tissu érogène spécialisé et spécifique, tant chez l’homme que chez la femme. » Ils soulignent la présence de mécanorécepteurs dans le prépuce, des corpuscules de Meissner pour la plupart, mais aussi des corpuscules de Pacini et des cellules de Merkel. [3]

Le delta frénulaire, la « zone la plus sensible du pénis » (McGrath, 2001)

En 2001, le Pr McGrath identifie une structure préputiale qu’il nomme delta frénulaire (frenular delta), une zone triangulaire située sous le frein et extrêmement innervée. « Le delta frénulaire est considéré par les hommes comme la zone la plus sensible de leur pénis », précise-t-il. [4]

Delta frénulaire mis en évidence sur un pénis au prépuce rétracté
Vue ventrale (en haut) et latérale (en bas) d’un pénis avec le prépuce rétracté : le delta frénulaire est délimité en gris clair. [4]
De gauche à droite : anastomose, bordure jonctionnelle [peau-muqueuse], veine frénulaire, bande striée, zone [de muqueuse] lisse, frein.

Le prépuce contient les zones les plus sensibles du pénis (Sorrells, 2007)

En 2007, le Dr Sorrells et ses collègues publient une étude dans laquelle ils mesurent la sensibilité du pénis au toucher fin, en prenant en compte 17 zones. Leurs résultats indiquent que les zones les plus sensibles du pénis sont situées sur le prépuce : il s’agit de la jonction muco-cutanée, de la bande striée et du delta frénulaire. [38]

Illustration tirée de l’étude du Dr Sorrells avec ajout de couleurs pour mieux discerner la différence de sensibilité entre chaque zone du pénis. [38]
Les parties les plus sensibles correspondent aux couleurs rouge et violet.

Les résultats de cette étude confirment les travaux des Drs Winkelmann, Moldwin et Valderrama, Taylor, et du Pr McGrath.

Dans un entretien vidéo de 2010, le Pr McGrath affirme que « le prépuce est sans aucun doute l’unité sensorielle principale du pénis » (vidéo disponible à la partie Le prépuce, un « organe à part entière »). [5]

Et le gland ?

Contrairement à une idée reçue, le gland n’est pas l’unité sensorielle principale du pénis, comme le confirme entre autres l’étude du Dr Sorrells.

Il a été démontré que le gland présente une sensibilité principalement « protopathique », c’est-à-dire de faible niveau et mal localisée. Il contient une prédominance de terminaisons nerveuses libres et peu de récepteurs sensoriels spécialisés, lesquels sont principalement présents dans sa couronne (point n°8 dans l’illustration tirée de l’étude du Dr Sorrells ci-dessus). [39,40]

Les Drs Cold & McGrath expliquent que par conséquent, le gland « n’a pratiquement aucune sensation de toucher fin et ne peut ressentir qu’une pression profonde et une douleur à un seuil élevé. » [6] Autrement dit, « le gland ne dispose pas de l’équipement neural permettant d’envoyer ce qu’on appelle des sensations tactiles fines. Il envoie seulement une sensation brute de terminaison nerveuse. », précise le Pr McGrath. [5]

Le gland a bien sûr un rôle primordial dans le fonctionnement du pénis, mais cela dépasse le champ d’application de cet article. Citons néanmoins le Dr Taylor : « Structurellement, le pénis est hautement intégré. Le gland, le prépuce et la peau de la hampe pénienne fonctionnent comme une seule unité, et non comme un ensemble de parties distinctes ayant des fonctions entièrement différentes. Les fonctions du gland et du prépuce sont similaires et se chevauchent, mais elles prennent tout leur sens à différents moments de la relation sexuelle. » [41]

Fonction mécanique et sexuelle

« Lorsque je bande, la sensation du gland qui se dilate et se déplace à l’intérieur du prépuce, stimulant les nerfs internes du prépuce, est fantastique. La sensation du gland qui essaie d’ouvrir l’ouverture du prépuce est un chatouillement très accentué et érotique. Après l’érection, le fait de tirer [le prépuce] vers l’arrière à mi-chemin provoque un chatouillement torride, et le fait de le tirer complètement vers l’arrière et de l’étendre le long de la hampe [du pénis] pour la première fois est presque éblouissant. La sensation de ma peau qui est poussée d’avant en arrière pendant l’acte sexuel, qui s’étire sur la couronne [du gland], puis qui est tirée vers l’avant, est exquise. La pointe de ma peau qui se déplace sur le gland ressemble à un élastique qui roule sur le gland. Je peux éjaculer simplement en étirant fermement le prépuce vers l’arrière pendant une dizaine de minutes et en laissant le frein développer sa sensation et sentir ce merveilleux picotement ardent qui mène à l’éjaculation. » – Témoignage d’un homme [42]

« Lorsque j’avais des rapports sexuels avec des femmes, l’un de mes principaux plaisirs était le « clic » lorsque mon prépuce se déroulait et laissait mon gland pénétrer en elle. Le sexe anal ne m’apportait pas grand-chose, car mon prépuce était bloqué par le préservatif. Maintenant que j’ai appris à mettre un préservatif avec beaucoup d’excédent et une goutte de lubrifiant, mon prépuce est à nouveau mobile et je peux à nouveau apprécier ce « clic ». » – Témoignage d’un homme [42]

« Les hommes qui ont leur propre prépuce savent exactement comment je l’aime et utilisent souvent l’une de mes techniques préférées, en déplaçant mon prépuce seul entre leur pouce et leur index. C’est exquis. » – Témoignage d’un homme [42]

Le mécanisme d’enroulement-coulissement

Une fois le pénis assez développé, le prépuce peut être rétracté derrière le gland. C’est ce que l’on appelle le décalottage, qui peut présenter un intérêt dans le cadre de la toilette, mais aussi de la sexualité comme nous allons le voir ci-après.

Plus précisément, lors du décalottage, le prépuce s’enroule et coulisse à la fois, exposant ainsi sa face interne composée de la bande striée et de la muqueuse lisse.

Pénis dont le prépuce recouvre le gland puis est rétracté au fur et à mesure. (photos)
Les lignes tracées à l’extrémité et à la base du prépuce permettent de constater jusqu’où il peut se déplacer.
On observe distinctement la bande striée sur les photos 3 et 4, ainsi que la muqueuse lisse sur les photos 4 et 5.

Lors de l’érection, le prépuce possède une peau suffisamment lâche et élastique, et en quantité suffisante, pour s’adapter à l’augmentation en taille du pénis. [3,5,24,28,29,31]

Pénis au repos (gauche) puis en érection, avec le prépuce découvrant le gland partiellement (milieu) et totalement (droite). (source inconnue)
La ligne pointillée permet de constater l’adaptation de la peau du prépuce à l’augmentation en taille du pénis.

Une fois le pénis en érection, le prépuce reste mobile : il peut faire un va-et-vient le long du gland et de la hampe. [24,28,43] C’est ce qu’on appelle le mécanisme d’enroulement-coulissement.

Mécanisme d’enroulement-coulissement du prépuce (source inconnue)
Voir aussi : vidéo d’une représentation 3D (YouTube)

Ce mécanisme aurait été décrit pour la première fois par le Dr Lakshmanan en 1980 : « La couche externe du prépuce, tout comme la peau du corps du pénis, glisse librement dans un mouvement de va-et-vient […]. Le frein tendu aide à maintenir en position la boucle oblique du prépuce rétracté. » [24,44]

Note : dans la littérature scientifique, les auteurs parlent de gliding action (action de glissement), [28] de gliding mechanism (mécanisme de glissement) [43] ou encore de rolling action (action de roulement). [45] Droit au Corps a choisi d’utiliser l’expression « mécanisme d’enroulement-coulissement ».

Et si le prépuce n’est toujours pas rétractable à l’âge adulte ?

Certains hommes adultes ont un prépuce non rétractable. Cela peut être la conséquence d’un décalottage forcé subi durant l’enfance, ayant blessé le prépuce et entraîné une sténose préputiale.

Mais certains hommes rapportent un prépuce non rétractable sans qu’il s’agisse d’une conséquence d’un traumatisme. À notre connaissance, ce phénomène est rare, mais n’est pas systématiquement et statistiquement documenté. Pour certains, cet état ne pose aucun problème d’hygiène, sexuel ou d’inconfort. [46-48] En cas de gêne, de simples exercices manuels suffisent généralement à obtenir un prépuce rétractable en quelques semaines.

Plaisir et confort dans l’activité sexuelle

Durant l’activité sexuelle, l’enroulement-coulissement du prépuce stimule les récepteurs sensoriels du pénis, notamment ceux situés dans le prépuce lui-même et en particulier dans la bande striée, ce qui entraîne des sensations érogènes. [3,26,28,29,31,43,44,49,50-56]

Le Dr Bigelow explique : « La gaine cutanée mobile du pénis […] permet au prépuce de glisser à plusieurs reprises d’avant en arrière (ou de se déplier et de se replier) sur le gland pendant les préliminaires et les rapports sexuels. Le Dr Ritter [en 1992] a inventé l’expression « la dynamique du plaisir » pour décrire la stimulation mutuelle entre l’expansion et la contraction du prépuce lui-même et du gland lorsque le prépuce glisse d’avant en arrière sur le gland. Le Dr Ritter note : “La réponse psychique et physiologique de l’homme à cette unité cyclique de stimulation du pénis est extrêmement intense et agréable. Si sa partenaire participe à cette manœuvre, le plaisir est incommensurablement accru.” » [43]

Les Drs Cold et Taylor écrivent : « L’interaction complexe entre la sensibilité protopathique du gland, faible en récepteurs corpusculaires, et la bande striée du prépuce […], riche en récepteurs corpusculaires, est nécessaire pour un comportement copulatoire normal. » [3]

animation mecanisme deroulement glissement prepuce coit sexualite
Coït : l’enroulement-coulissement du prépuce stimule les récepteurs sensoriels du pénis.

Le Dr Taylor souligne qu’en plus d’être sensible au toucher, la bande striée est réflexogène. Ainsi, l’étirement de la bande striée « déclenche d’importants réflexes sexuels et des sensations érogènes », ce qui participe au déclenchement de l’orgasme et de l’éjaculation, et « peut également déclencher et maintenir l’érection. » [35,50-53,55,56]

En 2013, le Dr Bronselaer et ses collègues rapportent : « Les résultats de la présente étude soulignent le rôle important joué par le prépuce pour la sensibilité et le fonctionnement du pénis et pour la satisfaction sexuelle globale des hommes. » Leur étude signale notamment « des preuves solides de la sensibilité érogène du prépuce », les hommes interrogés éprouvant « un plaisir sexuel léger à très fort grâce au prépuce lorsqu’ils sont stimulés par eux-mêmes ou par leurs partenaires » et rapportant que « la stimulation de leur prépuce génère également une intensité modérée à forte de l’orgasme ». [54]

Le Dr Earp fait remarquer que le prépuce « peut être étiré, roulé d’avant en arrière sur le gland et manipulé d’une autre manière pendant les rapports sexuels et les préliminaires, ce qui permet toute une gamme de fonctions sexuelles – ainsi que les sensations concomitantes ». [57]

De plus, l’enroulement-coulissement du prépuce favorise le confort physique dans l’activité sexuelle. [3,26,28,29,31,43,49,54,58,59]

En effet, la mobilité du prépuce favorise le confort lors de la pénétration vaginale ou anale et « joue également un rôle de facilitation dans les préliminaires, la masturbation et l’intromission (insertion du pénis) », note l’association de médecins Doctors Opposing Circumcision (DOC). [60]

Déjà en 1953 le Dr Whiddon faisait remarquer que le pénis en érection « pénètre dans le vagin sans effort ou en tout cas sans frottement, le prépuce se dépliant au fur et à mesure que le pénis avance et chaque partie restant en contact avec les zones successives des parois vaginales, jusqu’à ce que finalement le gland découvert repose sur le col de l’utérus. » [58] Une étude publiée en 2002 a montré que l’insertion du pénis nécessite moins de force et est plus confortable lorsque le prépuce recouvre la majeure partie du gland. [59]

« L’une des fonctions du prépuce est de faciliter un mouvement doux et régulier entre les surfaces muqueuses des deux partenaires pendant les rapports sexuels. Le prépuce permet au pénis d’entrer et de sortir du vagin de manière non abrasive à l’intérieur de sa propre gaine de peau autolubrifiante et mobile. », explique le Dr Fleiss. [31]

L’idée selon laquelle le prépuce joue un rôle dans le plaisir et le confort sexuel est connue de longue date. [42]

Témoignages et études

Beaucoup d’hommes ne se posent pas la question de savoir quelles parties du pénis leur procurent plus ou moins de plaisir : ils voient leur pénis comme un ensemble et ne s’attardent pas sur telle ou telle partie, ou du moins pas consciemment. Mais certains hommes plus curieux de leur anatomie ou ayant été invités à s’y intéresser peuvent décrire en détail leurs sensations, dont le plaisir lié au prépuce. Retrouvez de tels témoignages sur cette page.

De nombreuses études se sont intéressées à la différence de sexualité entre hommes ayant un prépuce et hommes n’en ayant plus suite à une circoncision, et beaucoup suggèrent que le prépuce joue un rôle positif dans la sexualité de l’homme. Pour des raisons pratiques et parce que la circoncision n’est pas l’objet du présent article, ces études sont abordées en détail ici : Les conséquences de la circoncision sur la sexualité.

Rôle positif du prépuce dans la sexualité des partenaires

« Je pense que le pénis naturel [avec prépuce] est plus vivant. Mon mari [qui a un prépuce] semble avoir une érection plus facilement, peut la maintenir plus longtemps, et je pense que ses orgasmes sont plus forts. J’aime la sensation subtile de son prépuce lorsqu’il se déplace le long de la hampe de son pénis pendant que nous faisons l’amour, c’est un peu comme un massage. […] Il peut être très amusant de jouer avec le prépuce. » – Témoignage d’une femme [61]

« Il est beaucoup plus sensible, et c’est plus facile de lui faire plaisir. Les choses que je ressens quand il est en moi sont incroyables, comme des vagues déferlant sur mes parois [vaginales]. » – Témoignage d’une femme suite à sa première expérience avec un homme ayant un prépuce [62]

« J’aime le sexe avec un pénis intact [avec prépuce]. J’aime les différentes options qu’il offre en matière de jeu… c’est comme un tout nouveau monde à explorer et à apprécier à sa juste valeur. J’aime la façon dont il bouge dans ma bouche pendant le sexe oral, la façon dont je peux le faire remonter sur le gland et le faire redescendre avec mes lèvres. J’aime la sensation de fluidité du prépuce qui glisse pendant les rapports sexuels, la façon dont il facilite la pénétration et rend le lubrifiant totalement inutile. » – Témoignage d’une femme [62]

« [L]e pénis intact [avec prépuce] procure beaucoup plus de plaisir à la femme lors des rapports sexuels. […] lorsque la surface extérieure du prépuce adhère aux petites lèvres, elle crée un délicieux tiraillement sur le capuchon clitoridien. J’ai passé des années à me demander pourquoi mère nature avait créé un organe masculin si totalement incapable de plaire à l’anatomie féminine. PUIS j’ai fait l’amour avec un homme intact et tout est devenu clair. Mère nature n’est pas aussi stupide que je le pensais. Seuls les êtres humains le sont. » – Témoignage d’une femme [62]

Le prépuce, via son mécanisme d’enroulement-coulissement, peut bénéficier aux partenaires sexuel(le)s de par :

  • une facilité pour stimuler le pénis avec la main, la bouche ou toute autre partie du corps ; [60,61,63-65]
  • un confort lors de l’insertion du pénis (intromission) dans le vagin ou dans le rectum ; [58-60]
  • un confort durant le coït vaginal ou anal ; [31,43,49,60,61,64-66]
  • un confort en retenant les sécrétions vaginales dans le vagin ; [29,43,60,61,64-66]
  • une facilité à atteindre l’orgasme. [60,61,64-66]

« [Le mécanisme d’enroulement-coulissement] permet des rapports sexuels plus agréables pour les deux partenaires. Pendant l’excitation sexuelle, la femme produit normalement une lubrification naturelle qui permet une entrée confortable du pénis dans le vagin. Pendant le rapport, le pénis naturel, dans une plus ou moins grande mesure, entre et sort de sa propre gaine cutanée, jusqu’au moment de l’éjaculation où le gland se dilate davantage. Cette gaine cutanée agit comme une sorte de « mécanisme de glissement » pour le pénis à l’intérieur du vagin. Par conséquent, l’humidité naturelle fournie par la femme reste en grande partie dans le vagin et n’est pas asséchée par les poussées répétées de l’homme. Cette condition permet à la femme d’être beaucoup plus à l’aise et de profiter de rapports sexuels prolongés. », explique le Dr Bigelow. [43]

Action de glissement durant la pénétration vaginale
Lorsque le pénis entre dans le vagin, le prépuce est repoussé ; lorsqu’il en ressort, le prépuce revient couvrir le gland. De cette façon, le prépuce apporte du confort aux deux partenaires. 
(source illustration : Berkeley, B., FORESKIN, private publication, 1983, pp. 53-56., dans Bigelow, 43)

Les infirmières Milos et Macris expliquent : « Au cours d’une activité hétérosexuelle, les surfaces muqueuses du gland […] et du prépuce se déplacent d’avant en arrière sur les surfaces muqueuses des lèvres et du vagin, assurant ainsi une stimulation sexuelle non traumatique de l’homme et de la femme. Ce contact muqueuse contre muqueuse fournit la lubrification naturelle nécessaire aux relations sexuelles et prévient à la fois la sécheresse responsable des rapports douloureux et les frottements et abrasions qui permettent l’entrée des maladies sexuellement transmissibles, tant virales que bactériennes. » [49]

« Cette dynamique s’applique également aux rapports sexuels anaux », précise DOC. [60]

animation mecanisme deroulement glissement prepuce coit sexualite
Voir aussi : vidéo d’une représentation 3D (YouTube)

« La fonction du prépuce pour les femmes lors des rapports sexuels est de sceller la lubrification naturelle à l’intérieur du vagin et de fournir une action de massage interne douce. Le pénis […] entre et sort de son prépuce, ce qui procure une sensation de roulement et de glissement sans frottement. Les hommes [ayant un prépuce] ont tendance à faire des mouvements plus courts qui maintiennent leur corps davantage en contact avec [la partie externe du] clitoris, ce qui favorise l’orgasme féminin. », complète la Dre Narvaez. [66]

L’idée selon laquelle le prépuce du pénis joue un rôle positif pour la partenaire sexuelle est connue de longue date. [42,67-69] Déjà au XIIe siècle Maïmonide rapportait : « La femme qui s’est livrée à l’amour avec un [homme ayant un prépuce] peut difficilement se séparer de lui. » [67] Le Dr Darby rappelle : « Au cours de la Renaissance et du XVIIIe siècle, le rôle central du prépuce dans la fonction sexuelle masculine et le plaisir des deux partenaires a été reconnu par les anatomistes Berengario da Carpi, Gabriello Fallopio et William Harvey, dans des manuels de sexualité populaires comme Aristotle’s Masterpiece, et par des médecins comme John Hunter ». [69]

Témoignages et études

Les personnes qui ont des relations sexuelles avec un homme ayant un prépuce n’ont pas forcément conscience de son apport dans la sexualité. Certaines l’ont néanmoins bien compris et décrivent le plaisir qu’elles en tirent. Retrouvez de tels témoignages sur cette page.

Des études se sont intéressées à la différence de sexualité entre partenaires d’hommes ayant un prépuce et partenaires d’hommes n’en ayant plus suite à une circoncision, et certaines suggèrent que le prépuce joue un rôle positif dans le confort et la satisfaction des partenaires. Pour des raisons pratiques et parce que la circoncision n’est pas l’objet du présent article, ces études sont abordées en détail ici : Les conséquences de la circoncision sur la sexualité.

Le prépuce, un « organe à part entière »

Parce qu’il remplit des fonctions majeures, certains spécialistes considèrent le prépuce comme un organe à part entière. [5,37,59,70-73] C’est le cas du Pr McGrath, anatomiste néo-zélandais qui a notamment décrit le delta frénulaire en 2001. [5]

Dans cette vidéo, le Pr McGrath parle d’anatomie du prépuce et explique certaines de ses fonctions :

Version écrite avec illustrations

« Je considère [le prépuce] comme un organe à part entière, parce qu’il a au moins deux fonctions majeures. La première fonction est mécanique. […] La seconde fonction majeure est sensorielle. […] Le prépuce est sans aucun doute l’unité sensorielle principale du pénis. […] C’est donc un organe fascinant du point de vue neurologique et son agencement spécialisé est la raison pour laquelle on ne peut pas considérer le prépuce comme étant juste de la peau ordinaire. Ce n’est pas le cas : il est hautement spécialisé. Par conséquent, du fait des deux fonctions que j’ai mentionnées, c’est un organe à part entière. » – Pr Kenneth A. McGrath [5]

Singularité du pénis humain

Il est intéressant de constater que les terminaisons nerveuses du pénis humain sont organisées différemment que chez les autres primates. [6]

Schéma du gland et du prépuce chez l’homme (à gauche) et chez le macaque rhésus (à droite). [6]
Les récepteurs sensoriels spécialisés (encapsulated nerve endings) sont désignés par les points noirs.

« Le singe rhésus a moins de récepteurs corpusculaires dans le prépuce et plus de récepteurs corpusculaires dans le gland. Chez l’homme, cependant, le gland du pénis présente peu de récepteurs corpusculaires et une prédominance de terminaisons nerveuses libres, ce qui correspond à une sensibilité protopathique. », expliquent le Dr Cold et le Pr McGrath. Par contre, chez l’homme, « le prépuce contient une forte concentration de récepteurs tactiles dans la bande striée. » [6]

« Les humains ont donc développé un pénis qui est complètement unique et ce qui me fascine, c’est que cela s’est produit sur une durée tellement courte : environ 4,5 à 5 millions d’années, c’est-à-dire un clin d’œil à l’échelle de l’évolution. De grands mystères sont ainsi liés au pénis humain. », souligne le Pr McGrath. [5]

Les auteurs concluent : « Les résultats de cette étude démontrent que le prépuce humain n’est pas « vestigial » mais qu’il constitue en fait un progrès évolutif par rapport au prépuce des autres primates. » [6]

Pour aller plus loin

The Prepuce, page d’introduction et de ressources conseillées par l’association Doctors Opposing Circumcision

The Prepuce: Anatomy and Physiology of the Foreskin, vidéo réalisée par Steve Scott, directeur de l’association NOCIRC of Utah

Santé du pénis : hygiène, décalottage, « phimosis », circoncision, dossier de Droit au Corps :

Observatoire de la santé du pénis, initié par Droit au Corps en 2020

La restauration du prépuce : comment ça marche ?, article de Droit au Corps

Références

1. What Your Doctor May Not Tell You About Circumcision: Untold Facts on America’s Most Widely Performed – and Most Unnecessary – Surgery, Paul M. Fleiss, MD, and Frederick M. Hodges, DPhil., New York: Warner Books, 2002

2. The Prepuce, doctorsopposingcircumcision.org, 2016, consulté le 06/09/2022

3. Cold CJ, Taylor JR. The prepuce. BJU Int 1999;83 Suppl. 1:34-44.

4. McGrath K. The frenular delta: a new preputial structure. In: Denniston GC, Hodges FM, Milos MF, editors. Understanding Circumcision: A Multi-Disciplinary Approach to a Multi-Dimensional Problem. New York: Kluwer/Plenum, 2001; pp. 199-206.

5. McGrath K. Entretien vidéo réalisé par James Loewen, 2010

6. Cold CJ, McGrath KA. Anatomy and histology of the penile and clitoral prepuce in primates. In Male and Female Circumcision, Denniston GC, Hodges FM, Milos MF (eds.) Kluwer Academic/Plenum Publishers, New York, 1999.

7. Taylor JR., Anatomy of the prepuce, research.cirp.org, 2004, consulté le 06/09/2022

8. Taylor JR, Lockwood AP, Taylor AJ. The prepuce: specialized mucosa of the penis and its loss to circumcision. Br J Urol 1996;77:291-295.

9. Werker PMN, Terng ASC, Kon M. The prepuce free flap: dissection feasibility study and clinical application of a super-thin new flap. Plast Reconstr Surg 1998;102(4):1075-82.

10. Kigozi et al. Foreskin surface area and HIV acquisition in Rakai, Uganda (size matters), AIDS. 2009 Oct 23;23(16):2209-13.

11. Morten Frisch & Brian D. Earp (2018) Circumcision of male infants and children as a public health measure in developed countries: A critical assessment of recent evidence, Global Public Health, 13:5, 626-641, DOI: 10.1080/17441692.2016.1184292 

12. Immerman RS, Mackey WC. A proposed relationship between circumcision and neural reorganization. J Genet Psychol 1998; 159(3):367-78.

13. Earp, B. D., & Darby, R. (2015). Does science support infant circumcision? The Skeptic, 25(3), 23-30.

14. Winkelmann RK. The cutaneous innervation of the human newborn prepuce. J Invest Dermatol 1956;26(1):53-67.

15. Winkelmann RK. The erogenous zones: their nerve supply and significance. Mayo Clin Proc 1959;34(2):39-47.

16. Jiang, H.Y., Guo, D., Tan, M.B., Xu, S.M. & Wang, G.X. (2006) Observations on Meissner’s corpuscle in prepuces of different ages. Chinese Journal Urology, 27, 707–709.

17. Hua, L. (2007). Observation of Meissner’s corpuscle on fused phimosis. Journal of Guangdong Medical College.

18. Bhat, Ghulam & Bhat, Mohammed & Kour, Kulbeer & Shah, Dr Bashir. (2008). Density And Structural Variations Of Meissner’s Corpuscle At Different Sites In Human Glabrous Skin. Journal of the Anatomical Society of India. 57. 30-33.

19. Malkoc E, Ates F, Tekeli H, Kurt B, Turker T, Basal S. Free nerve ending density on skin extracted by circumcision and its relation to premature ejaculation. J Androl. 2012 Nov-Dec;33(6):1263-7. doi: 10.2164/jandrol.112.016709. Epub 2012 May 17. PMID: 22604629.

20. Martín-Alguacil N, Cooper RS, Aardsma N, Mayoglou L, Pfaff D, Schober J. Terminal innervation of the male genitalia, cutaneous sensory receptors of the male foreskin. Clin Anat. 2015 Apr;28(3):385-91. doi: 10.1002/ca.22501. Epub 2015 Feb 2. PMID: 25644189.

21. García-Mesa Y, García-Piqueras J, Cobo R, Martín-Cruces J, Suazo I, García-Suárez O, Feito J, Vega JA. Sensory innervation of the human male prepuce: Meissner’s corpuscles predominate. J Anat. 2021 Oct;239(4):892-902. doi: 10.1111/joa.13481. Epub 2021 Jun 12. PMID: 34120333; PMCID: PMC8450466.

22. 20,000 nerve endings (voir McGrath’s estimate), en.intactiwiki.org, 2017, consulté le 06/09/2022

23. Jefferson G. The peripenic muscle; some observations on the anatomy of phimosis. Surgery, Gynecology, and Obstetrics (Chicago) 1916; 23(2):177-81.

24. Lakshmanan S., Prakash S. Human prepuce: some aspects of structure and function. Indian J Surg 1980;44:134-7.

25. Hinman F, Jr. The blood supply to preputial island flaps. J Urol 1991;145:1232-5.

26. Fleiss, P. The case against circumcision. Mothering Magazine (Santa Fe). Winter 1997.

27. Parkash S, Rao R, Venkatesan K, Ramakrishnan S. Sub-preputial wetness: its nature. Ann Natl Med Sci India 1982; 18: 109-12

28. Warren J, Bigelow J. The case against circumcision. Br J Sex Med 1994; Sept/Oct: 6-8.

29. Bensley, Gillian & Boyle, Gregory J.. (2001). Physical, Sexual and Psychological Effects of Male Infant Circumcision: an Exploratory Survey

30. Denniston, George C., Frederick Mansfield Hodges and Marilyn Fayre Rn Milos. (2004) Flesh and Blood. Springer US.

31. Fleiss P, Hodges F, Van Howe RS. Immunological functions of the human prepuce. Sex Trans Inf 1998;74(5):364–7.

32. Lee-Huang S, Huang PL, Sun Y, et al. Lysozyme and RNases as anti-HIV components in beta-core preparations of human chorionic gonadotropin. Proc Natl Acad Sci U S A 1999;96(6):2678–81.

33. de Witte L, Nabatov A, Pion M, et al. Langerin is a natural barrier to HIV-1 transmission by Langerhans cells. Nat Med 2007;13:367–371.

34. Sennepin A, Real F, Duvivier M, Ganor Y, Henry S, Damotte D, Revol M, Cristofari S, Bomsel M. The Human Penis Is a Genuine Immunological Effector Site. Front Immunol. 2017 Dec 14;8:1732. doi: 10.3389/fimmu.2017.01732. PMID: 29312291; PMCID: PMC5735067.

35. Meislahn, H.S., Taylor, J.R. (2004). The Importance of the Foreskin to Male Sexual Reflexes. In: Denniston, G.C., Hodges, F.M., Milos, M.F. (eds) Flesh and Blood. Springer, Boston, MA. https://doi.org/10.1007/978-1-4757-4011-0_3

36. Moldwin RM, Valderrama E. Immunochemical analysis of nerve distribution patterns within prepucial tissue. J Urol 1989;141(4) Part 2:499A.

37. Fahmy MAB. (2021). Normal and abnormal prepuce. Springer. 

38. Sorrells ML, Snyder JL, Reiss MD, et al. Fine-touch pressure thresholds in the adult penis. BJU Int 2007;99:864–9.

39. Halata Z, Munger BL. The neuroanatomical basis for the protopathic sensibility of the human glans penis. Brain Res 1986;371(2):205-30.

40. Halata Z, Spaethe A. Sensory innervation of the human penis. Adv Exp Med Biol 1997;424:265-6.

41. Taylor JR., Function of the foreskin, research.cirp.org, 2004, consulté le 06/09/2022

42. Pleasures of the Foreskin, circumstitions.com, consulté le 06/09/2022

43. Bigelow, J. (1992). The joy of uncircumcising!: Restore your birthright and maximize sexual pleasure. Hourglass Book Pub.

44. Hill G (2003) Foreskin motion generates Meissner corpuscle stimulation, Rapid response to: Kirby R S. The Joy of Uncircumcising! Restore Your Birthright and Maximize Sexual Pleasure BMJ 1994; 309 :679 doi:10.1136/bmj.309.6955.679a

45. Young H. Fine-touch pressure thresholds in the adult penis. BJU Int. 2007 Sep;100(3):699. doi: 10.1111/j.1464-410X.2007.07072_1.x. PMID: 17669150.

46. Penile hygiene for intact (non-circumcised) males, cirp.org, 2004, consulté le 06/09/2022

47. Phimosis & Balantis, doctorsopposingcircumcision.org, 2016, consulté le 06/09/2022

48. Hill George. Phimosis: Non-retractile foreskin. Version 25. genitalwholeness. 2012 May 28.

49. Milos MR, Macris DR. Circumcision: male – effects upon human sexuality. In: Human Sexuality: an Encyclopedia Vern L. Bullough and Bonnie Bullough. (eds.) New York: Garland Publishers, 1994:pp. 119-122.

50. Taylor JR. Letter. Pediatrics News 2000;34(10):50.

51. Taylor JR. Letter. Can Fam Physician 2003;49:1592.

52. Taylor JR. Fine touch pressure thresholds in the adult penis (letter). BJU Int 2007;100(1):218.

53. Taylor JR. The forgotten foreskin and its ridged band. J Sex Med 2007;4(5):1516.

54. Bronselaer GA, Schober JM, Meyer-Bahlburg HF, T’Sjoen G, Vlietinck R, Hoebeke PB. Male circumcision decreases penile sensitivity as measured in a large cohort. BJU Int. 2013 May;111(5):820-7. doi: 10.1111/j.1464-410X.2012.11761.x. Epub 2013 Feb 4. PMID: 23374102.

55. Taylor JR., Frequently Asked Questions (FAQ), research.cirp.org, 2004, consulté le 06/09/2022

56. Taylor JR., Newsletter, research.cirp.org, 2004, consulté le 06/09/2022

57. Brian D. Earp (2015) Sex and Circumcision, The American Journal of Bioethics, 15:2, 43-45, DOI: 10.1080/15265161.2014.991000

58. Whiddon D. The Widdicombe file. Lancet 1953;ii (15 Aug):337-8.

59. Taves D. The intromission function of the foreskin. Med Hypotheses 2002;59(2):180.

60. Sexual Impact, doctorsopposingcircumcision.org, 2016, consulté le 06/09/2022

61. O’Hara, K., & O’Hara, J. (2001). Sex as nature intended it: The most important thing you need to know about making love, but no one could tell you until now. Turning Point Publications.

62. Feedback January 1 – December 31, 2006, circumstitions.com, consulté le 06/09/2022

63. Zwang G. Functional and erotic consequences of sexual mutilations. In: GC Denniston and MF Milos, eds. Sexual Mutilations: A Human Tragedy New York and London: Plenum Press, 1997 (ISBN 0-306-45589-7)

64. O’Hara K, O’Hara J. The effect of male circumcision on the sexual enjoyment of the female partner. BJU Int 1999;83 Suppl 1:79-84.

65. sexasnatureintendedit.com, consulté le 06/09/2022

66. Narvaez Darcia F. Circumcision: Social, Sexual, Psychological Realities – Part 3: Should circumcision tradition trump ethics and empirical evidence? Psychology Today, 2011

67. Maïmonide, Moïse (d. 1204): Le guide des égarés, trad. Salomon Munk, Verdier, Lagrasse, 1979., dans Aldeeb Abu-Sahlieh, Sami A.: Circoncision masculine – circoncision féminine: débat religieux, médical, social et juridique, L’Harmattan, 2001, p. 233.

68. Rabbi Isaac ben Yedaiah. Translation in: Marc Saperstein. Decoding the Rabbis: A Thirteenth-Century Commentary on the Aggadah. Cambridge, Mass, and London, England: Harvard University Press, 1980: pp.97-98.

69. Darby RJ. Medical history and medical practice: persistent myths about the foreskin. Med J Aust. 2003 Feb 17;178(4):178-9. doi: 10.5694/j.1326-5377.2003.tb05137.x. PMID: 12580747.

70. Sorrells ML. Entretien vidéo réalisé par James Loewen, 2009

71. Phimosis, décalottage forcé : interview du docteur Beaugé, Droit au Corps, 2015

72. Dritsas LS. Below the belt: doctors, debate, and the ongoing American discussion of routine neonatal circumcision. Bull Sci Technol Soc 2001;21(4):297-311.

73. Hofvander, Y. (2004). Circumcision of Boys. In: Denniston, G.C., Hodges, F.M., Milos, M.F. (eds) Flesh and Blood. Springer, Boston, MA. https://doi.org/10.1007/978-1-4757-4011-0_9